x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Comment obtenir un crédit immobilier sans apport personnel ?

Comment obtenir un crédit immobilier sans apport personnel ?

En France, un achat immobilier semble reposer sur une règle non écrite mais presque immuable: point de crédit immobilier sans apport personnel. Alors est-on vraiment privé de l'accès à la propriété si l'on ne peut apporter, dès le départ, de contribution personnelle dans le financement de son projet ?​

 

Un bon point de départ

 

Soumettez aux banques une demande de crédit sans apport personnel, il est possible qu’elles écartent votre dossier sans réellement s’y pencher. Toutes les portes ne sont pas fermées pour autant.

A l’automne dernier, Meilleurtaux.com publiait le résultat d’une étude portant sur le montant des apports lors de crédits immobiliers. Surprise, ils n’ont pas été aussi bas depuis 2004, soit plus d’une décennie !

L’année dernière, le montant de l’apport moyen était ainsi de 20 729 €. Une baisse considérable par rapport aux années précédentes, puisque ce chiffre se montait à 57 735 € en 2015 et 70 000 € en 2014.

A quoi doit-on cette amélioration ? A la baisse des taux des crédits et à une plus grande ouverture de la part des banques face à des dossiers moins « traditionnels ».

 

Se passer totalement d’apport ?

 

Dans cet environnement favorable, il est donc légitime de se demander s’il est possible de se passer totalement d’apport pour décrocher un crédit.

Plusieurs cas de figure se distinguent. D’une part, l’absence d’épargne qui puisse constituer un apport. Un constat notamment vrai pour les primo-accédant ou les jeunes, qui n’ont pas forcément eu le temps nécessaire pour mettre de l’argent de côté.

Autre possibilité, celle d’épargnants qui ne souhaitent pas placer leurs économies dans l’achat de leur bien immobilier mais les réservent pour un autre projet ou pour conserver un filet de sécurité.

Dès lors, comment convaincre les banques ? Il est indispensable de constituer un dossier solide, qui fera passer l’absence d’apport au second plan.

 

  • Premier point, les revenus et la situation professionnelle.

Inutile de dire que si, outre le manque d’apport, vous n’êtes pas en CDI, vous pouvez passer votre chemin.

Un emploi stable, un revenu fixe, des perspectives d’évolution, tels sont les arguments en mesure de convaincre les banques, surtout si vous êtes jeune.

La banque pourra aussi être attentive aux spécificités de votre parcours. Peut-être que votre projet immobilier résulte d’un divorce et justifie que vous n’ayez pas d’apport. 

Si votre situation professionnelle est solide et que vous n’avez jamais fait l’objet d’incidents de paiement, vous devriez trouver un établissement prêt à satisfaire votre demande.

 

  • Deuxièmement, il est important de viser un bien en ligne avec ses revenus.

La banque regardera en effet votre « reste à vivre », c’est-à-dire le montant qui vous restera chaque mois pour assurer vos frais courants, une fois la mensualité du crédit remboursée.

Il est communément admis que le remboursement ne doit pas constituer plus de 33 % environ des revenus mensuels.

 

  • Ensuite, pour appuyer votre dossier, vous pouvez également apporter des preuves de solvabilité.

Cela est particulièrement vrai pour les acquéreurs qui disposent déjà d’une épargne ou de produits d’investissement qu’ils ne souhaitent pas solder afin d’acheter leur bien.

Ce profil d’emprunteur est de plus en plus courant dans l’environnement économique et financier actuel.

En effet, les taux d’emprunt sont actuellement inférieurs à la rémunération apportée par de nombreux produits d’épargne. Il est donc stratégiquement intéressant de laisser son épargne fructifier et de souscrire un emprunt à un taux attractif.

 

  • Enfin, il existe un dernier cas de figure : les investisseurs qui souhaitent acheter un bien dans un objectif locatif, afin de réduire leur base imposable.

Les intérêts de l’emprunt sont en effet déductibles des revenus fonciers.

Une démarche bien connue des banques, qui sont également rassurées par la perspective du revenu locatif perçu par le futur propriétaire.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Quel que soit votre objectif, constituez un dossier solide, en analysant vos points forts. Il est également possible d’avoir recours à un courtier, pour vous épargner un fastidieux travail de demandes auprès des banques présentes sur le marché.

 

 
Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les crédits immo auprès de plus de 100 banques

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com