x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Toyota C-HR, l'inattendu crossover japonais

toyota c-hr

Pour tirer son épingle du jeu sur un segment ultra concurrentiel, Toyota a misé sur le design. Mais est-ce le seul atout de ce pétillant C-HR ? Voyons ensemble si ce crossover a plus à nous offrir qu’un simple look de robot, au demeurant pas déplaisant.

 

Ca passe ou ça casse

 

En le voyant, que la séduction opère ou non, il est évident que Toyota prend des risques à proposer un tel design sur un marché parfois peu enclin à l’originalité. Le constructeur n’en n’est pas à son coup d’essai avec une Auris et une Prius qui dénotent clairement sur nos routes.

Et puis rappelons-nous du Juke, encore un japonais, au physique plus qu’atypique, mais qui compte parmi les hits de Nissan et se place dans le top 10 de son segment, encore en 2016, malgré un net recul depuis l’arrivée du Captur.

Bref, Toyota réussit son effet et nous livre un C-HR (Coupé High Rider) aux lignes tranchées qui ne laissent aucune place à l’indifférence.

 

Toyota C-HR

 

Son bouclier avant aux arêtes saillantes rejoint des élargisseurs d’ailes qui musclent ce petit SUV de seulement 4,36 m de longueur (pour 1,79 m de largeur et 1,56 m de hauteur).

 

"La calandre nid d’abeille souligne joliment le bouclier."

 

Détail stylistique qui a son importance, les poignées hautes des portes arrière donnent l’impression d’une carrosserie trois portes de prime abord.

 

Toyota C-HR

 

A l’intérieur, le spectacle se poursuit avec une planche de bord finement travaillée et dont les matériaux inspirent un très bon niveau de qualité.

Là encore, l’on peut aimer ou non sa proéminence qui donne un effet de confinement, et l’écran tactile, à la fois intégré et remontant, qui trône littéralement entre un jonc chromé et une vague laquée noire.

 

"Avec 377 l de volume, le coffre du C-HR est assez accueillant."

 

Comme d’habitude, nous regrettons la diminution des surfaces vitrées (vitres arrière et lunette) qui joue en faveur du physique mais pas de la vision ni de la luminosité.

 

Toyota C-HR

 

Les finitions

 

Quatre niveaux de finition pour ce C-HR : Active, Dynamic, Graphic et Distinctive.

Ces deux dernières peuvent disposer en option du Pack Premium qui comprend les feux LED, la sellerie cuir noir diamanté et le système de navigation avec cartographie 3D. En effet, le GPS n’est inclus de série sur aucune version.

En revanche dès la finition Active, l’on bénéficie de la détection des piétons, l’alerte de franchissement de ligne avec aide au maintien dans la file, de la commutation automatique des feux de route et du régulateur de vitesse adaptatif.

 

Toyota C-HR

 

"Le C-HR fait l’impasse sur le diesel."

 

Une belle dotation en sécurité pour une entrée de gamme qui démarre à 22 900 € avec le 1.2 l 116 ch, ou 30 400 € avec le même bloc essence en quatre roues motrices et boîte auto CVT.

L’hybride démarre quant à elle à 28 500 € (avec 750 € de bonus) avec son 1.8 l 122 ch, pour culminer à 31 500 € dans sa finition la plus haute.

Seuls deux blocs au catalogue de ce C-HR dont la puissance raisonnable se marie bien sur la route avec un centre de gravité bas et une direction suffisamment précise pour la plupart des conducteurs.

 

Toyota C-HR

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Beau physique, belle finition intérieure, volumes et agrément de conduite satisfaisants, ce C-HR possède de nombreuses qualités qui le rendent polyvalent et relativement pratique. Il est aussi l’un des deux seuls de sa catégorie, avec le Kia Niro, à proposer un bloc hybride.

 

 

 

Vous avez sûrement eu l'occasion de voir la publicité à la TV :
 

Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

réservez gratuitement votre essai auto en concession

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com