x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Peut-on espérer une baisse des charges de copropriété en 2017 ?

Charges de copropriété

Deux ans de suite, en 2014 et 2015, les charges de copropriété ont baissé dans le Grand Paris, a révélé une étude de la Fnaim publiée l'été dernier. A l'échelle de la France, elles s'étaient avérées quasi-stables. Quels sont les éléments qui jouent sur l'évolution des charges et sait-on déjà ce qui nous attend l'année prochaine ? 

 

Les charges de copropriété sont destinées à entretenir l'immeuble et les parties communes et sont prévues grâce à un budget prévisionnel. A ces charges générales peuvent parfois s'ajouter des charges spéciales. 

 

Des postes variables

 

D’une année sur l’autre, le montant des charges générales dont il faut s’acquitter varie. A quoi cela tient-il ?

D’après l’Observatoire des charges de copropriété du Grand Paris établi par la Fnaim, les postes qui pèsent le plus sont le chauffage et les salaires. Le chauffage a ainsi coûté en moyenne 283,26 € par lot à Paris l’année dernière.

Il est aisé de comprendre comment cette charge peut fluctuer : les prix sont fortement dépendants de la météo et du coût des matières premières.

Des éléments qui ont d’ailleurs joué pour beaucoup dans la baisse de ce poste de dépense au cours des deux dernières années dans le Grand Paris.

 

Les frais sur lesquels agir

 

Il est donc une composante du montant des charges qui échappe au propriétaire. Il lui est toutefois possible d’agir, dans le but de les réduire.

Les travaux de rénovation énergétique, ainsi que des comportements plus vertueux peuvent par exemple nettement faire baisser les coûts de chauffage.

Tout ce qui constitue des rémunérations, salaires ou paiements de services et travaux peut également être négocié ou soumis à la concurrence.

En premier lieu le syndic. Ses honoraires représentent une part non négligeable du montant des charges et plus il y a de travaux ou d'actions à entreprendre dans votre copropriété plus il faudra le payer.

Or, il est possible de négocier les honoraires de votre syndic, voire même d'en changer ! La comparaison entre leurs tarifs a été facilitée par une obligation d'uniformisation de présentation de leurs prestations.

N'hésitez donc pas à comparer et à changer, lorsque le contrat qui vous lie arrive à échéance. 

Faites de même pour tous les travaux. Il s'agit ici de charges exceptionnelles, comme par exemple pour un ravalement ou la réfection des toits, mais ils peuvent très vite faire gonfler la facture. 

 

Des changements en 2017 
A partir de l'année prochaine, les copropriétaires devraient moins ressentir les effets d'un vote de travaux importants, entraînant une dépense imprévue. En effet, la loi Alur impose la création, le 1er janvier 2017, d'un fond de travaux. Il sera alimenté par les cotisations annuelles des copropriétaires.

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

votre logement neuf à partir de 100 000 € avec TVA réduite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com