x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Pourquoi investir dans les contrats à impact social ?

investissement

Et si on se montrait solidaire ? Voici, pour les investisseurs, une bonne résolution pour l’année 2017, qui devrait être facilitée par l’arrivée, en France, d’un nouveau produit d’investissement : les contrats à impact social​. Un mode d’investissement qui permettra de financer des projets à portée sociale.

 

Pour qui, pour quoi ?

 

Les contrats à impact social ont été créés dans les pays anglo-saxons au début des années 2010. L’objectif : réinventer le financement des projets sociaux, en pleine période de marasme économique. Quelques années plus tard, le modèle intéresse la France.

Si le gouvernement insiste sur le fait qu’il n’est pas question de couper les subventions publiques, il voit toutefois ici une occasion de faire financer des projets sociaux par des investisseurs privés, généralement peu intéressés par le secteur.

 

Quel intérêt pour l’investisseur ?

 

Si les investisseurs privés sont généralement peu friands d’investissements sociaux, c’est pour cause de manque de rendement.

C’est ici que porte la spécificité des contrats à impact social. L’Etat est également partie prenante. En fonction de la réussite du projet, il rembourse l’investissement réalisé et peut même verser un bonus.

Le cabinet de la secrétaire d’Etat à l’Economie sociale et solidaire, Martine Pinville, a ainsi expliqué, comme le rapportent Les Echos, que : « Ici, le payeur au résultat est l’Etat, mais d’autres acteurs publics, comme les collectivités locales, peuvent se lancer aussi. Il y a un vrai intérêt des investisseurs et de l’écosystème de l’économie sociale et solidaire. » 

 

Comment mesurer le succès d’un projet social ?

 

Les projets retenus seront assortis d’objectifs chiffrés, afin de servir de base au remboursement et au versement d’un bonus de la part de l’Etat.

Concrètement, l’un des premiers projets mis en œuvre à compter du 1er janvier 2017 est porté par l’Adie, organisme qui soutient le micro-crédit, et par BNP Paribas.

Il s’agira d’accompagner 500 personnes en zone rurale et de parvenir à en réinsérer 320, le tout dans 6 départements sélectionnés et d’ici 6 ans.

A la clé en cas de succès, un remboursement de 1,3 million d’euro de la part de l’Etat, plus un bonus pour les investisseurs. En cas de réussite partielle, le remboursement de l’Etat sera donc diminué.

Ce système pourrait faire des émules car plus d’une centaine de projets ont été proposés. Les deux premiers projets sélectionnés sont centrés sur les territoires fragiles et l’emploi, mais les thématiques sociales retenues pourraient se diversifier.

 

L'association Adie vous en dit plus sur les contrats à impact social :
 

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

simulez votre investissement locatif pour réduire vos impôts

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com