x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Comment les assurances santé prennent-elles en charge les troubles psychologiques ?

Assurance santé

Les maladies mentales sont liées à plusieurs contextes et peuvent se manifester par différents symptômes touchant tantôt le comportement, la personnalité et le langage. Ce sont des troubles qui nécessitent des soins médicaux, des thérapies ou un traitement médicamenteux sur une période qui peut varier sensiblement d'une personne à l'autre.

Voici quelques exemples : la dépression, l'insomnie, la phobie, l'amnésie, un TOC, des troubles alimentaires, la schizophrénie, le stress, la paranoïa.

 

Qu'appelle-t-on "maladie mentale" ?

 

Un trouble psychologique est provoqué par un contexte particulier et affecte une personne sur le plan mental et psychologique.

On parle notamment d'environnement "pathogène", c'est-à-dire une situation ou un contexte précis qui risque de provoquer un trouble type de façon permanente ou temporaire.

D'autres facteurs doivent être pris en compte pour bien comprendre l'origine d'une maladie psychologique, comme les habitudes de vie, ou encore l'environnement familial, certains événements traumatisants vécus (proches ou lointains).

Les maladies psychologiques se manifestent par plusieurs symptômes : les troubles de la personnalité, du comportement et du langage.

 

Comment soigner ces troubles ?

 

En fonction des origines qui ont causé le trouble, il faudra avoir une approche médicale sur plusieurs niveaux.

Ainsi, on combinera plusieurs traitements. Pour débloquer rapidement le cœur du problème, une thérapie cognitive et comportementale sera très efficace, et permet de se débarrasser d'un comportement nuisible.

Pour une thérapie en profondeur, la psychanalyse ou la thérapie systémique permet de remonter aux racines du trouble. D'autres disciplines permettent de traiter les maladies psychologiques, notamment des thérapies basées sur l'hypnose.

La prescription de médicaments psychotropes est parfois aussi nécessaire.

 

Qui prend en charge les frais médicaux ?

 

En France, les frais de soins pour des troubles psychologiques se montent en moyenne à 10 % de l'ensemble des frais médicaux déboursés chaque année.

Pour la sécurité sociale, ce sont des traitements qui sont pris en charge au même titre qu'une autre affection ou maladie.

Si la personne atteinte d'une affection psychologique suit le parcours de soins coordonné, la sécurité sociale rembourse les frais engendrés à hauteur de 70 % des montants totaux occasionnés.

En cas de consultation sans utilisation du parcours de soins coordonné, le remboursement peut être minoré par la sécurité sociale.

Pour bénéficier d'une meilleure couverture de remboursement, le patient est encouragé à souscrire un contrat auprès d'une mutuelle santé, laquelle peut prendre en charge jusqu'à 300% des dépenses liées à une maladie psychiatrique.

Certaines mutuelles proposent des forfaits globaux pour des soins psychologiques ou psychanalytiques. Ce sont des spécificités qui peuvent être détaillées par un courtier en assurance.

 

Concernant les arrêts de travail ?
Au même titre qu'un arrêt maladie usuel, une personne souffrant d'une maladie psychologique et mise en arrêt maladie par le médecin doit prévenir son employeur dans les 48 heures. Des indemnités sont versées selon l'application des conventions collectives en vigueur. Si le médecin traitant estime qu'une prolongation d'arrêt de travail est nécessaire, il doit le signifier. L'employeur est en droit de demander un deuxième avis et de requérir des contrôles de complaisance pour s'assurer qu'il n'y a pas d'abus.

 

Le burn-out

 

En France, plus de 3 millions de salariés présentent des symptômes d'épuisement au travail. Le burn-out est qualifié comme un syndrome d'épuisement professionnel.

Toutefois, la difficulté de définir la pathologie et son diagnostic retardent l'entrée en vigueur d'une loi sur cette maladie.

Le principal problème réside aussi dans le fait de pouvoir protéger les médecins du travail, lesquels prennent le risque d'être poursuivis par les employeurs dès le moment qu'un lien est établi entre l'activité professionnelle du patient et sa souffrance psychique.

En 2015, le nombre de plaintes s'est élevé à 200. 

Aujourd'hui, le burn-out n'est donc pas encore considéré comme un accident du travail. C'est une affection qui se manifeste par plusieurs syndrome : un épuisement psychologique, mental mais également physique.

Stephanie H.

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les assurances santé pour économiser jusqu'à 50 %

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com