x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Que choisir entre la finance éthique et la finance solidaire ?

Finance responsable

On entend parler de finance éthique mais aussi de finance solidaire. Les concepts sont proches, parfois flous, mais ne signifient toutefois pas la même chose. Voici ce que recouvrent ces notions, afin de vous guider dans vos placements, si ce qui vous intéresse est de pratiquer la finance autrement et de lui insuffler certains de vos principes.

 

La finance éthique et la finance solidaire sont des appellations qui permettent de guider vos investissements en direction de placements ou entreprises conformes à certaines valeurs ou comportements. La notion de finance éthique est floue et c’est en réalité l’investissement socialement responsable qui nous intéresse, car il recouvre des réalités concrètes.

 

Faire de l’investissement socialement responsable

 

Derrière la finance éthique se cache donc cette appellation d’ISR, pour investissement socialement responsable. Il s’agit d’une méthode qui permet d’évaluer les entreprises à l’aune de critères qui ne sont plus uniquement financiers.

Certaines agences de notation analysent donc les sociétés cotées en fonction de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance. C’est ce que l’on nomme ESG.

A quoi ça sert ? Ces critères vous permettent de sélectionner les entreprises sur lesquelles vous avez envie d’investir en Bourse, si vous jugez que la croissance économique seule ne justifie pas que vous y placiez votre épargne.

Cela vous permet par exemple de savoir si la société en question a un comportement de pollueur ou non, respecte les règles de parité, bref, tout ce qui constitue la politique « extra-financière » du groupe.

Pour savoir si l’entreprise dont vous avez envie d’acheter des actions constitue un placement ISR, vous pouvez vous tourner vers les analyses des agences de notation, mais aussi regarder si l’entreprise possède le label Novethic.

Depuis 2009, il distingue les sociétés qui affichent les meilleures performances en matière de critères ESG.

 

Passer par un fonds ISR

 

Comme il n’est pas toujours évident de sélectionner soit même des entreprises éthiques, il existe des fonds d’investissements ISR ou éthique.

Ils regroupent des entreprises sélectionnées sur la base de critères ESG.

Problème : le critère éthique n’est pas forcément le même pour tout le monde et un fonds éthique pourra ainsi contenir des entreprises qui travaillent dans le secteur pétrolier, ce qui peut sembler une aberration à ceux qui envisagent justement l’ISR comme un moyen de privilégier des groupes aux comportements écologiques vertueux.

Il faut donc analyser la stratégie et le critère de sélection des fonds d’investissement avant de décider d’y placer votre épargne.

Sachez que généralement, trois types d’approche se distinguent : 

 

  Méthode 

Stratégie d'investissement

Approche Best-in-classSélectionne les entreprises qui affichent les meilleurs scores sur les critères ESG, au sein de leur secteur d’activité 
Approche thématiquePermet de sélectionner des entreprises en fonction d’un biais spécifique 
Approche exclusiveExclut certains secteurs de l’univers d’investissement

 

Concrètement, avec une approche best-in-class, vous pouvez trouver dans le fonds tous types de secteurs d’activité, dont les fameuses entreprises pétrolières par exemple.

Les fonds thématiques sont, quant à eux, largement consacrés à l’environnement. Il existe, entre autres, des fonds dédiés à l’eau, l’agriculture, le bois, les infrastructures qui produisent de l’énergie verte…

Quant à l’approche exclusive, elle permet d’être certain que les fonds n’investiront jamais sur certains secteurs d’activité. On retrouve couramment les armes, le tabac, mais aussi les producteurs d’énergies fossiles… Les critères d’exclusion varient en fonction des fonds.

 

La finance solidaire : donner un objectif à son investissement

 

La finance solidaire se distingue de l’ISR dans le sens où c’est ici la finalité de l’activité de l’entreprise ou de la structure qui compte.

La finance solidaire sert à financer des sociétés ou structures dont les activités répondent à des objectifs sociaux.

On trouve ainsi, par exemple, la lutte contre l’exclusion et la pauvreté, le soutien aux personnes âgées, la réinsertion professionnelle, mais aussi des démarches à but écologique (énergies renouvelables, agriculture bio…).

Selon le site le ministère de l’Economie, les acteurs de la finance solidaire sont ainsi des coopératives, des mutuelles, des associations, des syndicats et des fondations.

Cela représente 10 % de l’emploi salarié en France.

Pour investir sur le secteur solidaire, le plus simple est là encore de passer par le biais d’un fonds d’investissement dédié. Pour les trouver, regardez s’ils disposent du label Finansol, qui distingue les fonds solidaires.

Les rendements de ces fonds sont moins élevés que pour des fonds d’investissement classiques. Il existe toutefois une contrepartie, qui consiste en un allègement de la fiscalité sur les intérêts perçus.

 

  
 

Le conseil de Choisir.com

 

Si l’ISR et la finance solidaire sont de plus en plus encadrés, notamment grâce à des agences de notation et des labels, il n’en demeure pas moins que certains profitent du flou que peuvent permettre les notions de solidaire et d’éthique. Vérifiez donc bien le contenu des fonds ISR ou solidaires que l’on vous propose et insistez pour connaître la méthode de sélection des entreprises ou structures qui les composent.
 

 

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez gratuitement les offres de bourses en ligne

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com