x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quel type de versement choisir au terme de son contrat d'assurance vie ?

assurance vie

L’assurance vie est largement utilisée comme un produit d’épargne retraite. Au terme de votre contrat, vous avez le choix entre le versement intégral de votre capital ou celui d’une rente viagère. Un statut qui a des implications diverses, notamment en matière de fiscalité. Alors quelle option choisir pour votre épargne retraite ?

 

La plupart des placements explicitement dédiés à la retraite ne permettent de toucher son capital que sous forme de rente viagère, comme le contrat Madelin, ou la grande majorité des PERP. De plus, sauf cas exceptionnels, le capital est bloqué. Contrairement à l'assurance vie : se posera donc la question de la sortie de votre capital. La réponse dépend de votre situation, car chaque option dispose d’avantages et d’inconvénients.

 

1. Sortie en capital, idéale pour financer un projet

 

Avec une sortie en capital, vous disposez immédiatement de l’intégralité de votre épargne. Vous pouvez donc financer un projet ou, au contraire, décider vous-même de vous allouer une rente chaque mois pour compléter votre pension retraite.

Le principal avantage est que, si vous ne dépensez pas tout ce capital, vous êtes libre de le transmettre à votre décès. Il n’est en aucun cas perdu.

Avec le versement d’une rente viagère, plus vous vivez longtemps, plus vous êtes bénéficiaire de votre contrat. Vous pourrez potentiellement toucher plus que ce que vous avez épargné. Ce ne sera pas le cas avec une sortie en capital.

Récupérer un capital important pour le faire dormir sur un compte non rémunéré, ce serait dommage ! N’oubliez donc pas de réfléchir à ce que vous allez faire de cette somme : achat immobilier, investissement sur un autre produit financier, donation…

 

2. Rente viagère, un bon complément de retraite

 

Le versement d’une rente viagère est une option qui présente une certaine sécurité.

Si vous désirez vous assurer un complément de revenu une fois à la retraite, elle permet le versement d’une somme d’argent (mensuelle, trimestrielle ou annuelle) jusqu’à votre décès, même si votre capital ne couvre pas toute votre durée de vie.

Cette rente peut également être versée au bénéficiaire de votre choix si telle est l’option sélectionnée dans votre contrat. Le montant de la rente peut faire l’objet de revalorisations.

A l'inverse, il est également possible que vous ne touchiez pas l’intégralité de votre capital.

Le montant de votre rente est défini en fonction de plusieurs critères : la valeur de rachat de votre contrat, les tables de mortalité en vigueur à la date de sa clôture, l’âge du bénéficiaire, le montant de réversion qui a été décidé au moment de la souscription.

Une fois le calcul effectué, le montant de votre rente est déterminé. Vous la touchez pour le restant de vos jours. Mais si vous décédez prématurément, l’assureur conserve le capital non versé.

Il est utilisé pour payer les rentes des autres assurés. Vous ne transmettez donc rien à vos héritiers (sauf rente réversible, une option disponible sur certains contrats mais qui vient minorer le montant de la rente).

 

Des options à la fiscalité différente

 

  • En cas de sortie en capital

La fiscalité de la sortie en capital est intéressante, à condition de conserver son contrat au moins 8 ans et de bénéficier ainsi de tous les avantages fiscaux qui lui sont attachés.

Voici un récapitulatif de la fiscalité applicable à l’assurance vie, en fonction de la durée de détention du contrat (à quoi s’ajoutent à chaque fois les prélèvements sociaux de 15,5 %).

 

 

Possibilité n°1

Possibilité n°2

De 0 à 4 ansPrélèvement forfaitaire libératoire de 35 %Intégration dans le revenu imposable
De 4 à 8 ansPrélèvement forfaitaire libératoire de 15 %Intégration dans le revenu imposable
A partir de 8 ansAbattement annuel de 4 600 € pour un célibataire ou 9 200 € pour un couple marié ou pacsé
puis
prélèvement forfaitaire libératoire de 7,5 %
Intégration dans le revenu imposable

 

  • En cas de versement de rente viagère

Une part de la rente viagère touchée est soumise à l’impôt sur le revenu. Cette part dépend de l’âge du bénéficiaire de la rente (le crédit-rentier).

  • 70 % : moins de 50 ans
  • 50 % : de 50 à 59 ans
  • 40 % : de 60 à 69 ans
  • 30 % : au-delà de 69 ans

A quoi s’ajoutent également les prélèvements sociaux (15,5 %).

 

  
 

Le conseil de Choisir.com

 

Il n’existe pas d’option meilleure que l’autre. Le choix dépend de votre situation personnelle et de vos besoins financiers une fois à la retraite. La plupart des assureurs vous permettent de prendre votre décision une fois que votre contrat d’assurance vie touche à son terme. Vous aurez donc une idée de votre situation financière et personnelle. D'autres vous offrent même une sortie mixte. Vous aurez le versement d’une petite rente viagère mais conserverez une partie en capital. Il pourra notamment être transmis à vos bénéficiaires à votre décès.
 

 

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez les assurances vie jusqu'à 2,20 % de rendement

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com