x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Pourquoi l’assurance auto est obligatoire ?

L’assurance auto est l’un des postes de dépenses incontournables dans le budget moyen des français. Toute personne propriétaire d’un véhicule dit terrestre, à moteur, doit être assuré pour être en règle au regard de la loi. Cette obligation est consignée dans le Code des Assurances.

La première raison qui doit vous pousser à souscrire une assurance auto relève de la loi. Si vous circulez à bord d’un véhicule non assuré, vous commettez un délit, et en plus d’une amende de 3 750 €, votre permis pourra vous être retiré, annulé et suspendu pendant une durée de 3 ans, sans compter que votre véhicule pourra lui aussi vous être confisqué durant cette période.

 

"Ne pas vous assurer, c'est commettre un délit au regard de la loi, et courir un grand risque financier."

 

Le minimum légal pour circuler "en règle" est de souscrire une assurance au tiers, la plus courante et la plus économique. Elle est également appelée "garantie de responsabilité civile". Comme son nom l’indique, cette garantie couvrira les dommages occasionnés par le véhicule assuré. Ces dégâts peuvent être corporels ou matériels et concerneront les passagers, les piétons, un autre véhicule ou tout objet ou installation étrangère au véhicule assuré.

Avant toute chose, il faut savoir que l’économie réalisée en conduisant sans assurance auto représente un montant insignifiant et même dérisoire en cas d’incident. En effet, les sommes dues en cas de blessure d’un tiers et/ou de réparation du véhicule d’un tiers peuvent rapidement atteindre des montants très élevées.

 

Cas concret : Steeve, 23 ans, décide de conduire son véhicule, alors qu’il n’est pas assuré. Il espère que son trajet sera sans embuches. S’il renverse un cycliste, s’il bouscule un piéton, s’il accroche un autre véhicule, qu’il soit considéré comme responsable ou non, Steeve demeure responsable à 100 % au regard de la loi. Ce défaut d’assurance et/ou de permis lui imposerait de réparer financièrement tous les dommages causés lors de l’incident (prise en charge, soins et traitements en cas de blessures, invalidité ou incapacité de travail, diagnostics et réparations des véhicules endommagés). La somme en jeu peut rapidement atteindre plusieurs chiffres après la dizaine !

Guide: 
Comment choisir son assurance auto ?
retour au sommaire lire la suite : Au tiers, vol incendie, tous risques : quelle form...

commenter cet article