x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quels sont les avantages inclus dans les box TV ADSL ?

avantages box TV ADSL

Au-delà de la guerre des prix, la concurrence peut aussi aboutir à la course des techniques. Et ces dernières se retrouvent en nombre dans les box TV de nos fournisseurs. Chacun se vante de proposer le meilleur. Pourtant, toutes ne se valent pas.

 

C’est aujourd’hui devenu un des éléments par lequel chaque opérateur cherche à se différencier et en particulier cherche à différencier ses offres haut de gamme par rapport à celles de ses concurrents. Même si la quête du débit reste souvent le souci premier de l’Internaute, il faut bien se l’avouer, la quête du matériel toujours plus performant, prend une importance de plus en plus grande aux yeux des plus technophiles d’entre vous. Free et SFR ont ouvert la brèche en 2010. Depuis, les autres ont suivi. Entre la Bbox Miami, la Neufbox Evolution, la Livebox Play ou la Freebox Révolution, chacune promet le meilleur. Pourtant, les différences existent…

 

-Le bouquet TV (1)

 

Sur le papier, Free est celui qui promet le bouquet TV de base le plus complet puisqu’il fait état de 210 chaînes gratuites. En 2014, il a d’ailleurs à nouveau cherché à entretenir le mythe en incorporant gratuitement les trois canaux évasion de référence du groupe Fox International : National Geographic, Nat Geo Wild et Voyage. Une petite révolution censée démontrer que chaînes incluses ne rime pas forcément avec programmes de second choix. Mais aussi une réponse certaine à Bouygues Télécom qui a, lui, intégré dans son offre Miami des chaînes non moins nobles telles que Ushuaïa ou Histoire mais aussi à son tour National Geographic. Sur le papier, l’offre TV de SFR semble aussi particulièrement alléchante (200 canaux minimum) mais les apparences sont parfois trompeuses. Sans que cette dernière soit de mauvaise facture, elle intègre en effet moins de canaux bonus que Free et Bouygues. De son côté, Orange reste en retrait avec seulement  160 chaînes, l’opérateur historique préférant les inclure en nombre dans ses bouquets optionnels. Il convient cependant dans tous les cas de nuancer ces chiffres mis en exergue par les opérateurs au vu de l’importance des canaux étrangers et, d’autre part, par l’astuce consistant à comptabiliser comme chaîne à part entière chacune des entités régionales de France 3 !

Du côté de la Haute Définition, Orange prend cette fois-ci la tête du peloton avec 59 chaînes HD (gratuites et payantes) suivi de près par Free (56) puis par SFR (43). Bouygues finit bon dernier (29).

Vous êtes un téléphile avéré et vous en voulez toujours plus ? Orange compte parmi les opérateurs qui proposent le plus de bouquets optionnels. Parmi eux, le bouquet Famille Max pour 15 euros propose une quarantaine de chaînes pour toute la famille (mini-généralistes, jeunesse, découverte, musicales). SFR et Bouygues ne sont pas en reste avec leurs bouquets Divertissement+Sport et Bbox Grand Angle facturés respectivement 12.99€ et 12.90€. Enfin, Free est le seul FAI important à ne proposer aucun pack optionnel familial. S’il propose des chaînes payantes, ces dernières s’achètent avant tout à l’unité, ce qui peut très vite faire monter la facture.

 

Bilan : avantage à la Freebox Révolution

 

-Le décodeur : l’interface, la fluidité et la télécommande (1)

 

Sur la Freebox Révolution, l’interface « menu » suit une logique verticale. A l’inverse par exemple de SFR, l’avantage pour l’utilisateur vient du fait qu’il a ici un accès direct aux sous-menus, simplement en se déplaçant au sein de l’interface sans avoir à ouvrir au préalable la fenêtre d’un menu précis. La navigation s’en trouve donc considérablement simplifiée et fluidifiée. Même chose du coôté de la Livrbox Play TV d’Orange mais avec un menu à l’aspect « mosaïque » qui risque d’en désappointer plus d’un. Quant à Bouygues, l’accès aux différents menus se fait via les flèches directionnelles. Du côté du matériel, les télécommandes de l’opérateur historique et du trublion des télécoms sont également les plus abouties techniquement. Elles intègrent toutes deux un gyroscope permettant une navigation Web et la possibilité de commander son décodeur via les mouvements de sa main. Petit « plus » de la télécommande de la Livebox Play TV : elle intègre en son verso un petit clavier AZERTY particulièrement complet et pratique pour effectuer des recherches ou utiliser certaines applications. A l’inverse, la télécommande de Bouygues Télécom joue la carte de la sobriété et celle de SFR, la simplicité.

Enfin, regarder la TV, c’est aussi avoir la main sur la zapette. Sur ce point, Bouygues Télécom et Free marquent des points sur Orange et SFR avec des temps de zapping de 2 à 3 secondes contre 3 à 4 secondes pour les seconds.

 

Bilan : avantage à la Freebox Révolution et à la Livebox Play TV d’Orange

 

-L’enregistrement et le contrôle du direct (1)

 

Bouygues Télécom offre la possibilité théorique à l’abonné d’enregistrer sans limite. Seule contrepartie : vous devrez pour cela faire l’acquisition d’un disque dur externe (non fourni) à brancher via le port USB du décodeur. De son côté, Free avec sa Freebox Révolution offre un disque dur interne de 250 Go. Orange est à la traîne avec, respectivement des capacités de 160 et 240 Go, selon les offres. Enfin, le disque dur de la SFR Evolution explose en théorie à 500 Go mais l’opérateur n’en ouvre réellement par défaut que 120 Go. L’enregistreur numérique de Free compte aussi probablement parmi les plus efficaces et accessibles grâce à l’intégration de la fonction NAS, permettant de fait à l’abonné de partager en local et à distance ses enregistrements avec l’ensemble de ses terminaux connectés.

Orange est par ailleurs le seul opérateur à ne pas permettre à ses abonnés ADSL/VDSL (quel que soit leur débit réel) de regarder et d’enregistrer simultanément deux chaînes ADSL.

Du côté du contrôle du direct (ou Timeshifting), les limites du différé sont respectivement de 45 minutes, 1h30 et 2 heures chez Bouygues Télécom, Orange et SFR. Chez Free, il n’y a en revanche pas de limites en tant que tel de fixées, ces dernières dépendant de la capacité restante de votre disque dur.

 

Bilan : avantage à la Freebox Révolution

 

-Multimédia : la lecture de fichiers vidéos/photos (1)

 

Les décodeurs des opérateurs permettent tous aujourd’hui de lire vos contenus audio/vidéos/photos directement sur votre écran de télévision via une simple clé USB ou un disque dur. La Bbox Miami est cependant de ce point de vue celle qui lit le plus de formats et de fichiers, grâce au logiciel VLC Media Player. La Freebox Révolution n’est pas en reste et l’utilisateur risque dans sa vie quotidienne d’être très peu confronté à des soucis d’incompatibilité, à l’inverse notamment de SFR. Elle prend par ailleurs en charge l’AirMédia et est à ce titre la seule box TV à être compatible avec la technologie AirPlay d’Apple.

Elle est également la seule à inclure de fait un lecteur Blu-Ray. En effet, si la Livebox Play d’Orange offre aussi cette possibilité (à l’inverse de Bouygues Télécom et SFR), ce n’est que sur option et via un investissement initial de 99 euros, non remboursable.

 

Bilan : avantage à la Freebox Révolution

 

-Le Replay et la VOD (1)

 

Orange et SFR sont les deux opérateurs chez qui le replay est le plus développé avec pas moins de 53 chaînes dont les programmes sont disponibles à la demande. Ce nombre est de 50 pour Free. En revanche, Bouygues est bon dernier avec seulement 29 chaînes intégrant cette fonctionnalité.

Ce service est généralement gratuit (du moins pour les chaînes du bouquet de base) sauf dans le cas de Free. Le FAI est en effet de fait le seul, sous prétexte de préserver la bande passante, à facturer le Replay aux heures de grande affluence, c’est-à-dire en soirée et le week-end. Pour y avoir accès, l’abonné devra mettre la main à la poche : 0.99 euro pour une soirée ou 3.99 euros pour le mois complet.

Du côté de la VOD, Free et SFR sont de nouveau les leaders avec une moyenne de près de 10 000 vidéos disponibles à la demande. Si ces dernières sont réparties au sein d’un seul et même catalogue qui lui est propre chez l’opérateur au carré rouge, il n’en est en revanche pas de même pour Free chez qui elle sont dispersées entre différentes boutiques gérées par des tiers. Chez Bouygues et Orange, on tourne plutôt autour de 7000 à 9000 programmes disponibles.

 

Bilan : avantage à la Neufbox Evolution de SFR

 

-La télé connectée (1)

 

La télévision se conçoit de plus en plus connectée et les frontières entre télévision et tablettes sont appelées à devenir de plus en plus poreuses. Sur ce point, Bouygues avec sa Bbox Miami est sans conteste l’opérateur le plus avancé. Son décodeur TV est le seul des quatre à s’ouvrir sur le système d’exploitation Androïd de Google et à laisser l’accès à l’abonné à toute la bibliothèque du Playstore. Attention, toutes les applications ne sont pas forcément optimisées pour un affichage sur un écran TV. Orange et sa Livebox Play TV n’est pas en reste. L’opérateur propose un véritable magasin de plusieurs dizaines d’applications, toutes optimisées pour un fonctionnement sur un téléviseur. L’abonné choisit ensuite de télécharger et de créer un raccourci pour celles qu’il souhaite. Si quelques applications existent aussi au sein de la box de SFR, il s’agit avant tout de quelques services clés et leur nombre est beaucoup plus restreint.

Free se contente de son côté d’intégrer quelques services en ligne d’hébergement de vidéos (Youtube ou Dailymotion).

Mais une bonne télévision connectée se conçoit aussi via les réseaux sociaux. Or, sur ce point, seuls Orange et Free ont intégré des fonctionnalités permettant de les exploiter directement sur sa TV. Les deux donnent ainsi à l’abonné un accès à la fois à son compte Twitter et Facebook. Si les applications sont peut-être plus complètes chez Free, Orange offre pour sa part la possibilité d’échanger avec ses amis sur ce que l’on est en train de regarder en incorporant une zone de texte à gauche de l’interface TV et du programme en cours de diffusion.

Les box TV de SFR est la seule à ne proposer aucun navigateur Web.

 

Bilan : avantage à la Livebox Play TV d’Orange et à la Bbox Miami

 

-Les jeux (1)

 

Et si nos box TV étaient aussi devenues des consoles de jeux ? La question mérite plus que jamais d’être posée et c’est aujourd’hui un des arguments commerciaux avancés par les FAI afin de capter de nouveaux clients. Mais des différences, là encore, existent entre les opérateurs. Sur le haut de la marche, Bouygues Télécom se vante d’offrir tout le catalogue de jeux du Playstore. Soit une infinité, à la différence près que tous n’ont pas forcément été conçus pour un fonctionnement sur la TV. Orange et SFR proposent quant à eux pas moins de 175 jeux disponibles. Tous sont disponibles en location, à l’achat ou via des systèmes d’abonnement mensuel. Orange souhaite se démarquer en offrant à l’ensemble de ses usagers un accès gratuit à deux de ses titres. De son côté, Free fait état de 75 jeux. Mais, à la différence des 3 autres FAI, il ne s’agit pas ici d’une expérience de Cloud Gaming. Concrètement, les jeux sont alors essentiellement disponibles à l’achat puis se téléchargent directement sur le disque dur de la Freebox Révolution.

La manette est offerte chez Free et Bouygues Télécom. Elle est en revanche facturée respectivement 29.99 euros et 28 euros chez SFR et Orange. Chez ce dernier, cependant, la télécommande de la Livebox Play TV a la particularité de pouvoir se transformer en manette de jeux pour nombre de titres, même si elle n’offre pas le même confort d’utilisation que le matériel original.

 

Bilan : avantage à la Livebox Play TV d’Orange

 

-Le développement des services sur smartphones et tablettes. (1)

 

Les services Internet et TV des fournisseurs d’accès à Internet se conçoivent aussi de plus en plus via des applications, à la fois sur smartphones et tablettes. Free fait cependant figure de parent pauvre à ce niveau-là. Bien que des applications existent, celles-ci ont souvent des fonctionnalités réduites et n’ont pas toujours été conçues par Free mais par des tiers. Par exemple, l’application « Freebox TV mobile », qui permet à l’abonné d’avoir accès à certaines de ses chaines sur smartphone et tablette, ne fonctionne que lorsque ce dernier est connecté à son réseau wifi. De leur côté, Bouygues Télécom, Orange et SFR, via leurs applications « B.TV », « SFR TV » et « Orange TV » permettent à leurs clients Internet un accès à une grande partie de leurs chaînes (gratuites et payantes), que ce soit en Wifi ou en 3G, à leurs services Replay ou intègrent la possibilité de programmer à distance un enregistrement via le guide des programmes. Orange mise aussi sur la gestion du matériel et le contrôle de la connexion. Son service « Ma Livebox », disponible en wifi sur les téléphones et les tablettes, offre la possibilité à l’Internaute de vérifier et de paramétrer sa box ainsi qu’un éventuel contrôle parental. Une troisième application Orange « Livebox Phone » vous permet quant à elle de prendre connaissance en temps réel et à distance de vos appels manqués ou des messages laissés sur votre fixe. Connecté en wifi, votre téléphone portable se transforme même en deuxième poste fixe. Une application suffisamment révolutionnaire pour que l’opérateur historique soit copié par Bouygues et son « Bboxphone ». Pour sa part, SFR joue à fond la carte du « Multiscreen » en permettant à l’abonné de regarder à distance depuis son mobile l’ensemble de ses enregistrements TV et ses locations de VOD.

 

Bilan : avantage à Orange et Bouygues Télécom

 

  1. Comparatif réalisé selon les conditions valables au 10 juillet 2015.

 

-Deux autres box TV

 

La Box de Numéricâble, disponible uniquement aux abonnés Fibre de l’opérateur au carré rouge, intègre une expérience TV parfaitement concluante. De fait, c’est le seul décodeur à intégrer quatre tuners ainsi que le PIP (Picture in picture), permettant de regarder une chaîne de télévision en direct tout en jetant un coup d’œil sur le programme d’une autre. En revanche, l’aspect multimédia est bien le parent pauvre du matériel fourni par l’ex câblo-opérateur, si ce n’est une liaison possible avec Facebook et Twitter. Free a pour sa part dégainé il y a quelques mois sa nouvelle Freebox Mini 4K pour son offre d’entrée de gamme à 29.99 euros. Ce décodeur, au demeurant assez classique, présente cependant l’avantage de s’ouvrir à son tour au système d’exploitation Androïd de Google. Un peu à la manière de la Bbox Miami. Il est aussi théoriquement compatible avec la technologie de diffusion 4K. Cela ne présente toutefois pour l’heure aucun intérêt. Aucun programme n’est en effet encore diffusé sous cette norme. Par ailleurs, cela supposerait d’avoir le débit suffisant. N’espérez pas capter quoi que ce soit, par exemple avec les débits de l’ADSL ou même du VDSL. 

retour au sommairelire la suite : Comment bien comparer les offres ADSL ?

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez gratuitement tous les forfaits ADSL à partir de 19,90 €

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com