x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quels avantages à souscrire à une retraite complémentaire ?

retraite

La retraite complémentaire est un système obligatoire pour tout patron vis-à-vis de ses salariés. C’est grâce à elle que vous pouvez bénéficier d’une pension à peu près égale au salaire que vous perceviez avant de prendre votre retraite. La supplémentaire permet de cotiser lorsque vous êtes indépendant. Comment marchent les cotisations ? Comment calculer les montants ? Comment souscrire de manière individuelle ? Choisir.com vous explique ce que vous devez savoir.

 

Qu’est-ce que la retraite complémentaire ?

 

Votre retraite est composée d’au moins 2 parties : d’une part, la retraite de base, versée par la Caisse d’Assurance vieillesse, en fonction de vos trimestres et sur la base maximum de 50 % de votre salaire moyen sur vos 25 meilleures années.

D’autre part, la complémentaire, versée par l’un des 2 organismes : Arrco ou Agirc.

En plus de cela, vous pouvez vous aussi constituer une complémentaire retraite, de manière individuelle, au même titre que les travailleurs autonomes qui ne peuvent, par définition, pas s’appuyer sur leur employeur.

 

Les fonds de pension en France
Le système de retraite français est basé sur le principe de la répartition, contrairement au système américain, qui repose sur la capitalisation. Il a d’ailleurs donné naissance à des géants nommés fonds de pension, qui assurent la gestion financière de l’épargne destinée à financer les retraites. Si la création de fonds de pension en France a longtemps été violemment débattue, la question semble cependant en voie d’être tranchée, avec l’arrivée de fonds de pension « à la française ».

 

Souscrire à une retraite complémentaire

 

Pour avoir la certitude de bénéficier d’une retraite, lorsque vous êtes un travailleur autonome, vous devez avoir une complémentaire privée.

  • Le contrat Madelin s’adresse aux professions libérales, aux artisans et commerçants, aux dirigeants d’entreprise et aux agriculteurs. Vous devez effectuer au moins un versement par an. Il n’y a pas d’âge minimum pour cotiser et vous pouvez racheter jusqu’à 4 ans d’ancienneté. Toutefois, vous ne pourrez pas bénéficier de vos rentes avant l’âge minimal de la retraite, soit 60-62 ans.
  • Le PERP est le Plan d’Epargne Populaire souscrit sur du long terme. Sans condition d’âge, vous pouvez contracter à tout moment. Toutefois, le montant de vos rentes sera fonction de la durée et des sommes déposées sur votre PERP. Vous choisissez de l’alimenter de manière libre ou programmée. Comme le contrat Madelin, le PERP est bloqué jusqu’à l’âge légal du départ à la retraite.
  • L’assurance vie vous assure un revenu lorsque vous le souhaitez. Selon les sommes investies et l’âge de début, vous constituez votre complément de retraite.
  • L’investissement immobilier donne également de bons résultats. C’est un moyen de percevoir des loyers correspondant à un complément de revenu pour la retraite.

 

Cas concret : Née en 1976, Nathalie est journaliste freelance et cotise de manière individuelle pour sa retraite. Elle travaille depuis 1999 mais n’a pas mis en place de système de retraite dès sa première année. Elle gagne 42 000 euros par an et place 500 euros par mois sur un PERP depuis 2006. Au moment de liquider sa retraite en 2039, à 63 ans, elle aura totalisé 198 000 euros de capital, lui ouvrant une complémentaire de 7 100 euros par an.

retour au sommaire

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

demandez un bilan gratuit et personnalisé pour votre retraite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com