x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Pourquoi le taux du livret a est-il abaissé à 1 % ?

Baisse du livret A à 1 %

Ce sera effectif le 1er août : le taux de rémunération du livret A passe de 1,25 % à 1 %. Une mauvaise surprise qui n’en est pourtant pas une, tant cette baisse du taux était prévisible.
 

Comment se calcule le taux du livret A ?
 

Le plus bas taux de son histoire, c’est pour cette raison que le livret A fait en ce moment la une. En théorie, le taux de ce livret, qui donne le ton à la rémunération de plusieurs autres livrets réglementés, obéit à un calcul fixe et précis. Ce calcul est réalisé 4 fois par an, le 15 des mois de janvier, avril, juillet et octobre et le changement de taux, s’il a lieu, s’opère le mois suivant.

Le calcul se fait :

  • soit selon une moyenne opérée entre le taux de l’inflation (hors prix du tabac) et ceux de l’Euribor et de l’Eonia (taux de référence sur le marché monétaire de la zone euro),
  • soit en ajoutant 0,25 % au taux d’inflation.

Le résultat le plus élevé obtenu selon ces deux méthodes de calcul est celui retenu par la Banque de France.
 

L’exception qui confirme la règle
 

Le 15 juillet, l’Insee, organisme qui suit l’inflation, a dévoilé une inflation de 0,3 % hors tabac sur un an à fin juin. Un taux faible, qui n’avait pas été atteint depuis fin 2009. Dès cette annonce, une baisse du taux du livret A a été anticipée. La Banque de France a procédé au calcul ci-dessus, privilégiant la formule basée sur le seul taux de l’inflation. Il est ressorti que le taux du livret A devrait être de 0,50 %.
 

Que s’est-il passé ensuite ?
 

Christian Noyer, gouverneur de la Banque de France, a recommandé un abaissement au taux de 0,75 %, un repli des taux étant actuellement la politique recommandée par l’Union européenne, afin de relancer consommation et croissance. Pourtant, les préconisations de Christian Noyer, qui a renoncé à suggérer un taux à 0,50 %, n’ont pas suffi. Au final, le gouvernement a eu le dernier mot, optant pour un taux à 1 %. Michel Sapin, ministre des Finances, a ainsi commenté sa décision : le taux du livret A « reste bien au-dessus de l’inflation actuellement constatée ; il permettra donc à l’épargne des Français de continuer à être correctement rémunérée, tout en favorisant un financement moins coûteux et abondant du logement social. »
 

Conséquences sur les autres livrets
 

Le livret A n’est pas le seul à subir les conséquences du faible taux de l’inflation. En effet, plusieurs autres livrets réglementés voient leur taux indexé sur celui du livret A, taux qui baisse donc mécaniquement. Voici les modifications de rémunération qui s’appliquent à compter du 1er août :

  • Livret A, Livret Développement Durable (LDD) et Livret Bleu : de 1,25 % à 1 %,
  • Livret d’épargne populaire (LEP) : de 1,75 % à 1,50 %.

Le nombre de livret A en France s’élevait à 63 millions fin 2013. Rendez-vous fin 2014 pour voir si cette baisse des taux va entraîner une redirection de l’épargne.

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les livrets d'épargne jusqu'à 3,20 % de rendement

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com