x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Le prêt viager hypothécaire ouvre le crédit à tous y compris les seniors !

Prêt viager hypothécaire

Méconnu, peu utilisé et pourtant pratique : le prêt viager hypothécaire permet aux propriétaires d’un bien immobilier ayant des difficultés à emprunter de souscrire un crédit. Une solution à la mise en place aisée, mais dont il est important de comprendre les tenants et aboutissants.

 

Un dispositif adapté aux seniors

 

Vous avez plus de 65 ans et les banques rechignent à vous prêter de l’argent ? Si vous êtes propriétaire d’un bien immobilier (en tant que personne physique), il existe une solution : le prêt viager hypothécaire, également appelé un prêt avance mutation.

Inspiré du système anglo-saxon de "reverse mortage", il est disponible en France depuis 2006.

Le principe : vous empruntez un montant correspondant à une part de la valeur de votre logement. Vous n’êtes pas obligé de souscrire une assurance emprunteur ou décès. Vous n’êtes pas obligé de rembourser de votre vivant.

Vous pouvez faire ce que bon vous semble de l’argent emprunté : cela correspond à un prêt personnel, donc l’argent n’est pas affecté.

En revanche, après votre décès (sur votre héritage) ou lors de la vente du bien, la banque récupèrera le montant de l’emprunt plus les intérêts. Ce dispositif est ouvert à tous, mais les banques le pratiquent presque exclusivement pour les seniors de plus de 65 ans.

 

Une procédure encadrée

 

Le montant du crédit sera généralement compris entre 15 % et 75 % de la valeur de votre logement. Elle devra donc être estimée par un expert, choisi d’un commun accord par vous et la banque. Les frais seront à votre charge.

Outre cette valeur, la banque prendra également en considération votre âge et votre sexe pour déterminer le montant du prêt et son taux (fixe ou révisable). Une fois l’accord trouvé, il faudra le signer devant notaire.

 

"Vous restez propriétaire de votre logement, que ce soit votre résidence principale ou secondaire."

 

Vous pouvez continuer à l’habiter ou à le louer (mais devrez obtenir un accord écrit de la banque si vous voulez changer l’affectation du bien).

Votre seule obligation est ensuite d’assurer l’entretien du bien, afin qu’il ne perde pas de sa valeur.

 

Comment se rembourse l’emprunt ?

 

Vous n’êtes pas obligé de le rembourser de votre vivant. Mais il est possible de procéder à un remboursement anticipé, toujours le bienvenu afin de limiter les intérêts. Certains organismes exige un montant minimum pour un remboursement anticipé (10 % du capital emprunté).

Si vous ne remboursez pas, le prêt se dénoue à votre décès.Le bien est vendu par vos héritiers et la banque touche sa part sur la vente (montant du crédit + intérêts). Si vos héritiers souhaitent conserver le bien, ils doivent rembourser l’emprunt directement auprès de la banque.

Les montants du prêt et des intérêts cumulés ne peuvent pas, en théorie, être supérieurs à la valeur du bien.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Ce système est relativement simple mais peine à s’imposer car les taux pratiqués sont élevés. Il s’adresse en priorité à ceux pour qui les portes traditionnelles du crédit sont fermées. 

 

 
Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Crédit immobilier, Crédit

comparez les crédits immo auprès de plus de 100 banques

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com