x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Avez-vous souscrit à des assurances inutiles ?

assurances inutiles

Entre les assurances « gadgets », les contrats qui font doublons, les garanties qui intègrent d’importantes clauses d’exclusions, les Français dépensent chaque année en moyenne 2800 euros pour un ménage de quatre personnes, parfois inutilement… Alors que le réflexe de la comparaison semble être entré dans les mœurs, êtes-vous sûr d’avoir fait la chasse aux garanties inutiles ?

 

1. La garantie « perte et vol des moyens de paiement »

 

A la souscription d’une carte bancaire, le conseiller vous encourage à opter pour l’assurance aux moyens de paiement. Au cas où vous vous feriez dérober vos coordonnées bancaires, vous êtes remboursé des sommes qui vous auraient été injustement prélevées sur votre compte.

Ce qu’oublie en revanche de vous signaler votre banquier, c’est que ce droit est en réalité ouvert à tous, titulaire ou non d’une assurance.

En cas de perte ou vol de votre chéquier et/ou carte bancaire, la loi est claire : votre établissement est tenu de vous rembourser l’intégralité des paiements frauduleux, à l’exception d’une franchise qui peut au maximum atteindre 150 euros.

L’intérêt de cette assurance réside alors avant tout dans l’annulation de cette franchise mais aussi dans une certaine simplification des démarches. A vous de voir si cela vaut l’investissement…

 

2. La garantie pour téléphone mobile

 

Nos nouveaux smartphones sont source de convoitise. Leurs écrans s’avèrent aussi de plus en plus fragiles. Face à cela, les assureurs et les opérateurs télécoms ont trouvé un nouveau jackpot : la possibilité pour l’utilisateur d’assurer son appareil contre le vol ou la casse.

Nombre de ces contrats sont soumis à d’importantes exclusions de garantie qui en réduisent l’intérêt. Les vols à l’arrachée ne font l’objet d’aucune couverture. Il en est de même si l’incident se produit à l’occasion de votre participation à un mouvement populaire ou de grève.

Quant aux cas de casse, les contrats précisent généralement que la garantie ne peut être sollicitée que si l’appareil est clairement hors d’usage. En d’autres termes, si ce dernier est simplement abîmé, l’écran rayé ou fissuré, n’espérez aucune indemnisation.

Attention aussi à la double assurance ! Si vous vous faites voler votre tablette tactile ou votre smartphone chez vous, votre contrat vous refusera là encore de vous couvrir : vous l’êtes déjà via votre assurance habitation.

Les cartes de crédit et votre banque, à l’exemple du contrat « Jazz » de la Société Générale, peuvent aussi dans bien des cas vous protéger en cas d’accroc avec votre smartphone. Avant de souscrire à ce type de garanties : réfléchissez-y à deux fois.

 

3. Les garanties « assurances scolaires »

 

Votre enfant, à l’issue de son premier jour de classe, vous a probablement déjà ramené, en sus de sa liste des fournitures, un petit dépliant faisant l’autopromotion de l’assurance scolaire. Un contrat dont l’intérêt est pourtant tout à fait relatif.

Sachez que l’assurance scolaire n’a rien d’obligatoire au sein même de l’enceinte de l’école. C’est seulement à l’occasion des sorties scolaires que sa présence peut être exigée par l’équipe éducative. Pourtant, là encore, rien ne sert de courir.

En tout état de cause, la majorité des contrats multirisque habitation couvrent déjà votre chérubin dans le cadre de ses activités. Cette sur-assurance n’aurait alors qu’un seul effet : celui d’alléger votre porte-monnaie.

 

Bien choisir son assurance
Ce n’est pas forcément le nombre de contrats souscrits qui détermine le niveau de couverture d’un assuré. Il faut aussi qu’il ait choisi le bon assureur… Pour vous aider, nos comparateurs vous proposent de mettre en opposition en quelques secondes les offres de près de 50 compagnies différentes, tant pour votre voiture que pour votre habitation

 

4. Les assurances « annulation voyage »

 

Partir en vacances est souvent un moment de dépaysement qui vaut aussi son petit pesant d’or. Alors, quand une cause extérieure vient perturber les projets initiaux, la note de cette défection promet souvent d’être salée.

Les opérateurs voyage vous proposent de vous couvrir contre ce type de risque. Avant de souscrire, renseignez-vous toutefois sur les clauses d’exclusion qui peuvent être plus ou moins nombreuses selon les contrats.

Mais savez-vous surtout, que votre carte bancaire peut aussi vous offrir dans bien des cas le même genre de services ? Certaines d’entre elles, notamment haut-de-gamme, peuvent inclure sans surcoût nombre de garanties similaires que celles proposées par les voyagistes.

A la seule condition que vous régliez vos achats avec votre carte. A la clé : les économies peuvent rapidement atteindre quelques centaines d’euros par an, d’autant plus si vous êtes du genre baroudeur.

 

5. Les extensions de garantie des appareils ménagers

 

A l’achat d’un appareil ménager ou hifi, le vendeur cherche souvent à vous convaincre d’étendre la garantie de votre produit d’une, deux voire trois années supplémentaires. Malgré son insistance, ne soyez pas dupe ! L’intérêt de ce type de garantie est parfois très relatif.

En cas de défaut de fabrication, les pannes sur un appareil apparaissent généralement au cours de la 1ère année mais beaucoup plus rarement entre le 13 et 36 mois. Seuls les contrats prolongeant cette prise en charge jusqu’à cinq ans commencent à présenter une once d’intérêt.

Interrogez-vous donc sur le rapport avantage/coût de cette extension de garantie. Dès lors que son tarif est supérieur à 10 % de la valeur d’achat du bien désiré, déclinez la proposition.

Au pire des cas, vous disposez toujours de la possibilité de faire jouer les garanties légales, et notamment celle des vices cachés.

 

Du nouveau grâce à la loi Hamon…

 

Chaque ménage disposerait en moyenne de 2.4 assurances. Sans véritablement en connaître les atouts, ni les limites et encore moins si elles ne font pas doublon avec un autre contrat qu’ils ont pu souscrire par ailleurs.

Depuis début 2015, la loi Hamon est venue renforcer les droits des consommateurs en la matière. Sans remettre en question l’existence de ces contrats, la réforme vise à mieux défendre les intérêts de ceux qui regretteraient leur choix de souscription.

Elle instaure notamment pour la première fois un délai de rétractation de 14 jours pour le client en cas de doublon des garanties entre son nouveau contrat et un autre signé auparavant.

Par ailleurs, l’ensemble de ces assurances peut désormais faire l’objet d’une annulation à tout moment, une fois passée la 1ère année d’ancienneté. Une bonne nouvelle pour le consommateur, à condition que ce dernier fasse preuve d’une certaine curiosité...

En attendant, le business est très rentable pour les différents acteurs concernés, lesquels ne manquent d’ailleurs pas d’imagination pour concevoir de nouveaux produits tels que l’assurance « facture » chez EDF et GDF Suez / Engie ou la garantie « soleil » chez les voyagistes.

A voir si leur intérêt se montre tout aussi excellent du côté du client… 

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Si les Français sont fans d’assurances, ils y sont aussi largement aidés par le marché. Ne tombez pas dans le piège consumériste de la surprotection. Voyez d’abord en fonction de vos besoins et de votre personnalité. Penchez-vous aussi réellement sur le niveau des garanties promises par le contrat. Si toutes ces garanties « accessoires » ne sont donc pas forcément dénuées d’intérêt, souscrivez-y avec modération.

 

 
Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez et économisez sur votre assurance habitation

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com