x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

La Ford Mondéo Vignale se met sur son 31

Ford mondéo Vignale

Pour hausser le niveau de sa berline, Ford la pare d’une finition Vignale sensée la porter aux cieux du segment premium. Faire du luxe, ou tenter de s’en approcher, sur une base déjà appréciée par les consommateurs n’est pas une mauvaise idée. Encore faut-il aller au bout des choses.

 

Une tenue chic, mais peu de choc

 

La Ford Mondéo est, de base, une berline plutôt agréable et dotée de qualités certaines. Mais de défauts aussi, que l’on peut parfois lui pardonner lorsque le tarif demeure raisonnable.

Et tout l’enjeu de cette Vignale est de contenter une clientèle qui, selon le constructeur, demande du premium.

Du coup, la Mondéo Vignale s’affiche 6 900 € plus chère qu’une finition Titanium, pour un ticket d’entrée à 40 400 € sur le premier bloc moteur. Mais les prestations sont-elles à la hauteur ?

 

 

Pour se décliner en Vignale, la Ford Mondéo a mis sa robe de soirée. Il n’en fallait pas moins pour oser porter le nom du célèbre carrossier italien qui officia chez Pininfarina puis chez Ghia.

A l’avant, la calandre en nid d’abeilles surplombe des antibrouillards étirés, et les optiques spécifiques adoptent le Ford Dynamic LED. N’oublions pas la double sortie d’échappement chromée, assez jolie.

 

"La Vignale se chausse de jantes spécifiques 18’’."

 

 

Sinon, à part un jonc chromé sur les flancs et le sigle Vignale allègrement repris, rien ne distingue vraiment cette Mondéo de l’extérieur.

Enfin, hormis la malle. Oui, vous avez bien lu, la Vignale est une quatre portes. Peut-être est-ce là l’idée du luxe esthétique pour Ford.

Il serait bon de rappeler au constructeur que les berlines tricorps sont un peu datées en Europe, et ne se vendent bien à l’heure actuelle qu’en Chine ou au Canada.

 

 

Pour bénéficier de cinq portes il faut se tourner vers la carrosserie SW, finalement bien mieux réussie avec ce détail de poids. Mais pour autant, elle aussi presque identique à son homologue en Titanium.

Pour bénéficier de la carrosserie break, il faut débourser 1 000 € supplémentaires.

Et pour faire bon ton, la Mondéo Vignale adopte des teintes qui lui sont propres, et qui sont apparemment plus résistantes dans le temps. Au final, la berline gagne en élégance, mais très légèrement.

 

Des finitions à la main… gauche

 

L’intérieur de la Mondéo est relativement agréable de prime abord, mais celui de la Vignale devrait être pimpant ! Ce qui n’est pas le cas.

Bien sûr il est agréable de prendre place dans les sièges en sellerie cuir Windsor (avec réglages en électrique, dont celui en hauteur). Un matériau très agréable au toucher que l’on retrouve sur la planche de bord. Mais ailleurs, les plastiques rigides demeurent.

 

 

Du coup, la console centrale fait moins d’effet, et le soufflet retombe vite. Non, cette Vignale n’est pas aussi qualitative qu’une vraie premium.

Et son traitement n’est pas non plus à la hauteur avec ses assemblages incertains et ses éléments aux apparences fragiles.

Le comble est que Ford nous assure des contrôles qualité drastiques, ainsi qu’une finition à la main en bout de chaîne de production. C’est plus qu’étonnant, à la limite de la blague.

 

 

En résumé, la Mondéo Vignale ne gagne pas réellement en qualité perçue. Elle reste largement en dessous d’une 508 ou d’une Passat. Un véritable coup d’épée dans l’eau sur la finition. La clientèle premium appréciera.

Pour assurer son offre, ou pour combler ses lacunes, Ford accompagne sa berline d’une flopée de services comme la prise de rendez-vous auprès d’un conseiller 24/24, un service de jockey (pour emmener et ramener votre véhicule de l’atelier), et un lavage complet à chaque révision ou réparation.

 

"Des services encore loin de la conciergerie Mercedes."

 

 

Le fin du fin, un espace VIP dédié aux propriétaires de Vignale au sein de 50 concessions Ford en Europe (les FordStore).

On imagine bien l’ambiance entre deux clients séparés par une baie vitrée. L’un aura droit au café gratuit, et l’autre devra chercher la monnaie dans sa poche ?

 

Les équipements

 

Pour sa dotation de série, la Vignale reprend l’offre de la Mondéo Titanium.

A savoir l’ouverture et le démarrage mains-libres, la commutation automatique des feux de route et de croisement, la climatisation automatique bizone, l’aide au stationnement avant et arrière, et la navigation sur l’écran tactile de 8’’ avec Sync 2.

Pour la conduite et la sécurité, les grands classiques de son rang sont disponibles comme l’ESP, l’aide au maintien dans la voie, la reconnaissance des panneaux de signalisation, ou encore les airbags frontaux, latéraux, rideaux et genoux pour le conducteur.

 

"Le toit vitré panoramique est disponible en option (1 000 €) uniquement sur la version SW."

 

 

Comme vu plus haut, la Vignale ajoute le réglage électrique du siège conducteur, en hauteur et à mémoire.

Mais aussi la caméra de recul, le système audio Sony, ou encore le très plaisant système de réduction du bruit. Bon point.

Mais tout cela est loin d’être suffisant pour justifier une telle différence de prix.

 

"Des options qui ne sont pas hors de prix, mais qui auraient pu être de série à ce tarif."

 

Alors il faudra encore recourir aux options comme le régulateur de vitesse adaptatif (500 €), l’alarme (350 €), les vitres arrière surteintées (150 €), ou encore l’Active Park Assist (250 €).

Pour 2 000 €, le Pack Ultimate comprend la suspension adaptative, le régulateur de vitesse ACC, l’avertisseur d’angles morts et le volant à réglages électriques.

 

 

L’offre moteur

 

Côté Diesel, la Mondéo Vignale propose son 2.0 TDCi en 180 et 210 ch. Le premier dispose de la boîte mécanique, et le second s’offre les services de la performante Powershift à double embrayage.

En essence, c’est le 2.0 l Ecoboost qui officie, armé de ses 240 ch, pour une consommation annoncée de 7,4 l/100 km.

 

 

Dans l’ensemble, les blocs se comportent bien chacun dans leur registre. Plus incisif, l’Ecoboost apporte un agrément bien évidemment supplémentaire à qui veut tâter de la pédale d’accélérateur.

Le TDCi présente quant à lui une belle souplesse, pour une conduite tout en linéarité. Avec son poids supérieur à celui d’une Passat, même le 180 ch s’en sort plus qu’honorablement.

La commercialisation de la Mondéo Vignale a débuté en septembre 2015.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Bon, c’est une Mondéo. Nous aimons bien la Mondéo chez Choisir.com. Mais les presque 7 000 € supplémentaires que réclame cette Vignale ne nous paraissent pas justifiés.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Automobile, Voitures neuves, Ford

comparez les voitures neuves et trouvez le meilleur prix

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com