x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Les tarifs des médecins généralistes ont augmenté au mois de novembre !

médecin

Nouvelle étape vers la fin du tarif unique chez le médecin ? Toujours est-il que depuis le 1er novembre les tarifs des consultations « complexes » ou « très complexes » augmentent de manière notable. Quelles sont ces consultations et comment sont-elles remboursées ?

 

Des consultations « à fort enjeu de santé publique »

 

Ce terme est celui utilisé dans le cadre de l’accord signé en 2016 entre l’Assurance maladie et les syndicats de médecins libéraux.

L’objectif est de permettre aux médecins d’appliquer des tarifs supérieurs pour les consultations demandant plus de temps ou une approche spécifique.

Deux nouveaux niveaux de consultations sont créés par le texte :

  • Consultations complexes à 46 €. Exemple : les trois consultations obligatoires de suivi du nourrisson, la prise en charge médicale des enfants de 3 à 12 ans présentant un risque avéré d’obésité, le premier rendez-vous relatif à une méthode de contraception pour les filles âgées de 15 à 18 ans.
  • Consultations très complexes à 60 €. Exemple : les consultations liées aux pathologies lourdes et/ou chroniques (les cancers, Parkinson, VIH, Alzheimer…). Après avoir annoncé le diagnostic, la mise en place du protocole thérapeutique par le médecin est facturé 60 €. Toutefois, ce tarif ne peut être appliqué qu’une seule fois par patient et par pathologie.

Ce sont au total une trentaine de motifs qui sont définis dans ces deux catégories et entraînent une augmentation des tarifs.

 

Comment sont remboursés ces nouveaux tarifs ?
L’entrée en vigueur des nouveaux tarifs ne change rien aux règles de remboursement actuelles. Les deux tiers des patients concernés bénéficient de la prise en charge à 100 % liée à une affection de longue durée et du tiers payant. Le coût supplémentaire de cet accord pour l’Assurance maladie est estimé à 37 millions.

 

Une hausse parfois jugée trop limitée

 

Avec pour objectif de reconnaître les difficultés de certaines consultations, cette nouvelle tarification ne fait toutefois pas l’unanimité chez les médecins.

Une source d’insatisfaction concerne généralement la limitation de la facturation des consultations « Très complexes » à une par an et par patient.

Face à ces situations, ce sont souvent plusieurs médecins qui interviennent dans la prise en charge approfondie du patient.

Or, un seul d’entre eux sera autorisé à appliquer le tarif spécifique. Comme le souligne une gynécologue, cette limitation risque fort de devenir une source d’ambiguïté.

 

Un risque de renonciation aux soins

 

Un rapport récent de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS) souligne toutefois le risque de renoncement aux soins de la part de certains patients ne bénéficiant pas de la prise en charge à 100 %.

Le retard pris par la généralisation du tiers payant à tous les assurés peut aggraver les difficultés financières des personnes financièrement fragiles.

Dans le cas d’une consultation à 60 €, le bénéfice du tiers payant limite la somme à avancer à 18 €, soit un reste à charge mieux supportable.

Pour les personnes bénéficiant d’une couverture santé complète, 70 % des nouveaux tarifs sont remboursés par l’Assurance maladie et les 30 % restants par la complémentaire santé.

Stephanie H.

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Assurance, Assurance santé, Famille

comparez les assurances santé pour économiser jusqu'à 50 %

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com