x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quelles sont les conditions de rappel des véhicules Volkswagen concernés par la fraude ?

volkswagen

En plus du NOX, le groupe Volkswagen a été épinglé pour une fraude au CO2. Alors que les rappels sont prévus pour le premier trimestre 2016 en France, le géant allemand est devenu le héros d’un feuilleton à rebondissements.

 

Une affaire boule de neige

 

 Le scandale Volkswagen a éclaté le 20 septembre sous l’impulsion d’une société de préservation de l’environnement américaine qui a décelé le fameux logiciel espion embarqué sur les véhicules.

Ce logiciel, capable de détecter les phases de test, permettait de réduire significativement les émissions de NOX.

Suite à cela, l’on nous a seriné de ne pas confondre cette pollution avec celle du CO2, et de ne pas incriminer les blocs prêts pour l’Euro 6 censés être à l’abri de cette tricherie.

 

"Le premier scandale VW portait sur le NOX, le deuxième sur le CO2."

 

Et finalement… désormais l’on sait qu’une deuxième fraude a été orchestrée par le groupe allemand. Cette fois, c’est bien le CO2 qui est en jeu.

Il s’agit de 800 000 véhicules millésimés 2016 qui sont en fin de compte en irrégularité. Outre la pollution environnementale, la consommation de carburant est aussi largement sous-estimée.

Ce n’est certainement pas avec ces aveux au compte-goutte que le géant automobile va restaurer la confiance perdue.

En novembre, VW a proposé l’amnistie aux salariés qui passeraient aux aveux concernant leur participation à l’implantation des logiciels espions. Véritable enquête ou simple poudre aux yeux, ce sont les petites mains qui se mettent à trembler...

 

Les rappels en France

 

Le responsable de VW France a annoncé le rappel programmé des 948 064 véhicules concernés par la fraude au NOX dans l’hexagone (sur les 11 000 000 dans le monde).

Une 1ère lettre a été adressée aux propriétaires des véhicules concernés au mois de novembre. Une 2ème en janvier afin de préciser les détails techniques du rappel. Un dernier courrier les invitera à se rendre chez leur concessionnaire pour toutes les modalités.

Les véhicules incriminés se répartissent en 574 259 VW et 24 523 VW utilitaires, 189 322 Audi, 93 388 Seat et 66 572 Skoda.

Les rappels ont donc commencé au mois de février 2016 pour les véhicules équipés du fameux logiciel espion, capable de détecter les phases de test destinées à mesurer l’oxyde d’azote émis.

La plateforme internet du groupe allemand a permis aux propriétaires de véhicules concernés de pouvoir être identifiés. Une démarche indispensable pour tous ceux qui ont acquis leur VW d’occasion et qui ne figurent pas sur les listes des concessionnaires.

 

"Le numéro vert de VW, 0 805 805 200, du lundi au dimanche de 7h à 22h."

 

Toujours selon VW France, les correctifs seront rapidement effectués. Ainsi, les blocs 2.0 l, qui représentent la moitié des véhicules non conformes, ne demanderaient qu’une demi-heure pour la mise à jour. Les 1.6 l, un peu moins d’une heure.

Le groupe affirme que cette modification ne changera en rien les performances des véhicules.

 

Tapis rouge pour la clientèle américaine

 

Le groupe Volkswagen a tranché et l’a annoncé dans un communiqué : « nous nous concentrons en Europe sur le processus de réparation et de service ». Entendez par là que les clients européens ne toucheront aucune indemnité malgré la fraude dont ils sont victimes.

Pour toute solution, le constructeur propose une simple reprogrammation sur les 1.2 l et 2.0 l TDI. Reprogrammation accompagnée du montage d’un convertisseur d’air sur les 1.6 l TDI.

Reste à connaître l’influence de cette reprogrammation sur les performances du véhicule et sur sa consommation.

 

"1 000 $ d’indemnisation par voiture aux Etats-Unis."

 

En revanche, les clients américains vont bénéficier d’une indemnisation de 1 000 $ par véhicule, assortie d’une assistance gratuite en cas de panne durant trois ans.

Certes, les blocs diesel sont moins répandus aux Etats-Unis. Cette indemnisation coûte donc bien moins cher à VW que de la proposer en Europe où le marché est particulièrement juteux.

Une logique à courts termes qui ne va pas dans le sens de l’apaisement. Reste alors la solution du procès collectif pour tenter de faire valoir ses droits.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Pour les consommateurs européens, une action collective semble être la dernière solution afin de faire valoir leurs droits.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

réservez gratuitement votre essai auto en concession

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com