x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Et si vous mettiez votre maison en location pendant les vacances ?

location saisonnière

La location saisonnière connaît un succès fulgurant. A tel point que certaines villes comme Paris cherchent désormais à réduire le nombre de logements concernés par ces autorisations administratives particulières. Il faut dire que la formule, de par sa souplesse et ses avantages, a de quoi séduire les foules. Choisir.com fait le point.

 

Une longère en Normandie, une villa sur la Côte d’Azur, un chalet en montagne ou même un appartement à Paris…Aujourd'hui de nombreux propriétaires se lancent dans la mise en location saisonnière de leur résidence secondaire.

Certains vont même plus loin et élargissent la démarche à leur propre résidence principale...

Depuis 2010, la location de particulier à particulier a plus que jamais le vent en poupe. Un bon plan pour amortir certains frais ou financer certaines dépenses, grâce à une fiscalité pour le moins favorable.

 

Locations saisonnières : quelques procédures et une grande souplesse

 

De par les bénéfices financiers qu’elle représente et de par sa souplesse, en période de crise, la location saisonnière séduit de plus en plus de propriétaires.

Si vous avez une maison de campagne dont vous ne profitez que quelques semaines dans l’année, ou si vous êtes amené à séjourner plusieurs semaines par an en dehors de votre résidence principale, la formule peut être l’occasion rêvée de réunir un petit pécule supplémentaire.

D’autant plus que, au prorata du temps loué, à raison de plusieurs centaines d’euros à la semaine, l’opération est très lucrative. A cela, s’ajoute une très grande souplesse de la réglementation.

 

"Aucune obligation n’est imposée au bailleur, en terme de fixation des prix, ou du nombre de semaines annuelles au cours desquelles il peut louer son bien."

 

Il y a toutefois certaines procédures à respecter. Avant toute publication sur quelque support que ce soit, une déclaration doit être déposée en mairie.

A ceci vient s’ajouter dans le cas de Paris et de sa petite couronne ainsi que pour les communes de plus de 200 000 habitants l’obtention d’une autorisation administrative particulière.

Dans tous les cas, vous serez tenu de remettre au locataire un descriptif complet du logement, ainsi qu’une copie relative aux conditions de location qui s’appliqueront alors à lui.

 

Une fiscalité intéressante 

 

La location saisonnière est aussi synonyme pour le bailleur de conditions fiscales particulièrement avantageuses

Elle est soumise à l’impôt sur le revenu, dans la catégorie des bénéfices industriels et commerciaux (BIC).

Vos recettes ne sont alors imposables qu’à hauteur de 50 % de leur valeur réelle, dans la limite de 32 600 euros annuels. Pour les gîtes ruraux, l’abattement est même porté à 71 % avec un plafond de recettes qui atteint 81 500 euros.

Toutefois, en tant que propriétaire bailleur d’une location saisonnière, il vous appartient de réceptionner pour la commune une taxe de séjour dont le montant peut varier entre 0.20 et 1.50 euros par personne et par nuit. 

 

Internet : une nouvelle façon de louer, synonyme d’avantages

 

Réserver ses vacances, cela passait hier par le bon vieux catalogue papier. Internet est aujourd’hui devenu le nouveau vecteur par excellence pour louer ou mettre en location sa maison.

Des sociétés présentes uniquement via ce support comme Abritel, Homelidays, Airbnb ou Housetrip en ont d’ailleurs fait leur marque de fabrique. 

 

"Le Web est désormais devenu l’intermédiaire privilégié par les locataires."

 

De nouveaux services sont aujourd’hui plébiscités comme l’accès à une galerie de photos, la géolocalisation ou encore l’accès au planning de disponibilité réactualisé en temps réel. 

 

Crédit photo : Airbnb

 

Pour le bailleur, ces sites constituent une fenêtre de visibilité à moindre coût. Nul besoin de passer par l’intermédiaire d’une agence pour espérer faire du chiffre d’affaires. A la clé, des économie de l’ordre de 20 à 40 %.

Ces sociétés ont en effet le mérite d’être beaucoup moins coûteuses. Le site Airbnb se rémunère ainsi essentiellement sous la forme de commissions. Ces dernières sont de l’ordre de 3 % pour les hôtes. Un peu plus pour les locataires (entre 6 et 12 % du coût de la réservation).

 

Des clients de plus en plus friands de ce type de locations 

 

L’hôtel et les résidences de locations ne font plus autant rêver qu’avant. Depuis quelques années, les vacances des Français tendent à prendre un nouveau visage.

Pour certains ménages, être en vacances, c’est aussi se sentir chez soi. Une aspiration à laquelle le principe de location de particulier à particulier a le mérite de répondre.

Poser ses valises chez un particulier, c’est forcément s’apprêter à séjourner dans un lieu unique qui ressemble à son propriétaire. C’est également l’assurance de trouver tout l’équipement nécessaire pour se restaurer et s’auto-suffire comme chez soi. 

La formule connaît d’ailleurs un succès de plus en plus fulgurant. Et l'Internet n’a fait qu’accélérer le processus en permettant une mise en relation presque directe entre le propriétaire et le locataire.

Il en résulte un style de vacances plus typique et original et de substantielles économies.

 

Découvrez un sujet réalisé par BFM TV sur la location saisonnière :
 

 

Attention aux annonces frauduleuses ! 
En parallèle de l'essor de ce type de formule, de petits malins en profitent aussi pour poster des annonces frauduleuses. Or nombre de sites qui les publient, se considérant comme de simples intermédiaires, se dédouanent ainsi de toute responsabilité. Toutefois, la pratique est en train d'évoluer et certains professionnels du Web, comme Abritel ou Homelidays, couvrent le client contre la fraude à hauteur de 800 euros. 

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

simulez votre investissement locatif pour réduire vos impôts

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com