x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Suzuki Baleno : la citadine low-cost arrive en concession

Suzuki Baleno

Après la désormais célèbre Swift, et la plus mitigée Celerio, Suzuki propose au marché français une troisième citadine : la Baleno. Le constructeur japonais mise sur un rapport qualité-prix alléchant, et sur sa réputation de fiabilité mécanique.

 

Pas de première impression

 

Venir se frotter à des stars comme la Clio ou la 208 sans avoir mis une robe de bal est un peu osé comme comportement. C’est pourtant ce que fait la Baleno en nous offrant un visage extérieur des plus inintéressants. 

Passons cet aspect esthétique pour nous assoir derrière le volant. Et là, la sensation d’ennui continue. Ni moche ni belle, la planche de bord est purement quelconque. Seule bonne note, un écran tactile de 7’’ plutôt bien intégré et une ergonomie relativement bonne.

 

Suzuki Baleno

 

"La Baleno est assemblée en Inde."

 

Les plastiques durs employés pour l’habitacle sont eux-aussi en dessous de ce que propose la concurrence. En revanche, la Baleno fait la différence sur le pragmatisme.

En effet, son habitacle se pare de rangements bien pratiques et offre des volumes bien supérieurs aux autres polyvalentes de cette catégorie. Son coffre de 355 litres (jusqu’à 1 080 l) supplante nos françaises qui sont en dessous des 300 l.

 

Suzuki Baleno

 

Même constat sur l’impression d’aisance dont l’on profite à l’avant comme à l’arrière. C’est peu élégant mais très spacieux.

Pourtant, la Baleno est plus courte de 7 cm qu’une Clio (3,99 m contre 4,06 m).

 

Suzuki Baleno

 

Les finitions

 

La Baleno démarre à 14 490 € en finition Privilège avec les jantes alliage 16’’, les phares Xénon, les feux de jour à LED, la climatisation manuelle, les capteurs de pluie et de luminosité, le CD MP3 et les rétroviseurs électriques dégivrants.

 

"Un rapport équipement-prix séduisant."

 

Elle passe à 16 190 € dans la version Pack qui inclue l’écran tactile 7’’ avec système multimédia, la climatisation automatique, le démarrage sans clé, la caméra de recul, le limiteur de vitesse, le régulateur de vitesse adaptatif, ou encore le freinage actif d’urgence.

Une dotation plutôt généreuse aux vues de la concurrence, et c’est bien là l’un des points forts de la Baleno.

 

Suzuki Baleno

 

Micro-hybridation inside

 

Proposée uniquement en essence, la Baleno se décline en 1.2 l Dualjet, 1.0 l Boosterjet (manuelle 5 ou automatique 6) et 1.2 l Hybrid SHVS.

 

"La Baleno est uniquement disponible en essence."

 

Le SHVS est un système de micro-hybridation qui, en plus de servir à alimenter le Stop & Start, soutient le moteur thermique lorsqu’il est en montée dans les tours.

Ne vous imaginez pas vous envoler avec cette modeste Baleno dont les performances routières ne sont pas le fort. Mais cette micro-hybridation permet de maîtriser sa consommation d’essence, particulièrement en ville où le moteur connaît des variations fréquentes.

 

Suzuki Baleno

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Ne choisissez pas la Suzuki Baleno pour son look, ni pour son confort, et encore moins pour son agrément de conduite. En revanche, choisissez là pour son prix, ses équipements et son habitabilité.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Suzuki, Automobile, Voitures neuves

comparez les voitures neuves et trouvez le meilleur prix

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com