x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Toutes les solutions pour bien compléter sa retraite

Toutes les solutions pour bien compléter sa retraite

En matière de retraite, la France a fait le choix du système par répartition. Un système censé apporter plus de justice. Pourtant, pour être sûr de bénéficier de revenus convenables, il est aussi de plus en plus conseillé de capitaliser individuellement pour sa retraite. Choisir.com fait le point sur toutes les solutions à votre disposition. 

 

La retraite ne fait plus autant rêver qu’hier. En période de crise, et où les interrogations se multiplient quant à la pérennité du système par répartition, elle est même empreinte d’une certaine inquiétude. Selon les résultats d’une étude mondiale sur « l’avenir des retraites » réalisée par HSBC et publiée le 20 janvier dernier, les Français seraient près de 54% à penser que leur niveau de vie se dégradera une fois passée la vie active.

Les raisons de ce manque de confiance ? Un déséquilibre de la pyramide des âges, à l’heure à laquelle la génération du Baby-Boom prépare son départ à la retraite et où les actifs sont de moins en moins nombreux pour financer l’avenir du système. Par voie de conséquence, les réformes se succèdent et ces dernières n’incitent pas à l’optimisme.

Vous craignez pour le montant de votre future pension ? Préparez vos bas de laines ! Les solutions existent pour commencer à financer, dès aujourd’hui et à votre rythme, votre seconde partie de vie.

 

Les produits d’épargne retraite

 

Aucun capital mais une rente. C’est l’avantage – mais aussi l’inconvénient pour certains – des produits d’épargne retraite. Concrètement, vous financez durant votre vie active et acceptez de sacrifier une partie de vos revenus actuels pour votre retraite. En retour, lorsque l’heure de cette dernière sonne, le capital que vous aurez versé se transforme en rente viagère mensuelle, dont le montant est évidemment fonction de la somme que vous aurez réussie à économiser.

Cela vous offre la sécurité du versement d’un second revenu, en complément de votre pension, tout au long de votre vie, peu importe le nombre d’années. A contrario, la simple disposition d’un capital peut très vite montrer ses limites au fur et à mesure que les années passent. Le risque est en effet réel de mal le répartir et de l’avoir complétement épuisé ou bien entamé au terme, notamment, de la première décennie.

Toutefois, le coût de cette sécurité future pèse sur le présent. Dans le cadre d’un produit d’épargne, il faut en effet bien comprendre que l’épargne consentie est bloquée jusqu’au moment de votre départ en retraite. Impossible, par conséquent, de compter dessus en cas de coup dur imprévu, sauf cas exceptionnels strictement encadrés par la loi tels que le décès de votre conjoint ou en cas d’invalidité.

La majorité des contrats n’imposent cependant aucun minimum de versements. Par ailleurs, les sommes versées présentent l’avantage d’être déductibles de vos revenus, tout en affichant des taux d’intérêts entre 2.5 et 3%.

 

Trois contrats dominent le marché.

 

  • Le PERP (Plan d’épargne retraite populaire) a été mis en place à la suite de la réforme Fillon en 2003. Il est ouvert à tous. C’est le seul plan à prévoir la possibilité de transformer au moins une partie de ses cotisations en capital et non pas seulement en rente. En effet, depuis 2010, l’épargnant peut demander à ce que 20% de ses économies lui soient reversés sous forme d’un capital. Dans certains cas, cela peut aller jusqu’à 100% de son épargne, à condition de se porter acquéreur d’une résidence principale pour la première fois depuis au moins deux ans.

  • Le contrat « retraite Madelin » s’adresse aux travailleurs non salariés. C’est le seul des trois contrats à exiger une épargne minimum chaque année. Tout comme le PERP, le montant de sa rente ne peut être connu qu’au moment de la liquidation du placement.

  • La complémentaire Préfon Retraite est quant à elle destinée aux fonctionnaires. Tout comme le PERP, aucune épargne minimum n’est exigée. C’est le seul des trois systèmes, via un principe à points, à permettre au cotisant d’avoir une visibilité au fur et à mesure de la rente qu’il peut espérer une fois parvenu à l’âge de la retraite. En retour, son taux de rendement est légèrement inférieur à celui des régimes PERP et Madelin : environ 2.5% contre 3%.

 

Les produits d'épargne retraite ne sont pas des solutions de capitalisation !
Il est toujours bon de pouvoir compter sur un petit pécule de côté en cas d’imprévus. Du fait de l’aliénation de l’épargne qu’ils représentent, n’y placez donc pas toutes vos économies. En tout état de cause, les livrets d’épargne traditionnels (livret A, livret de développement durable) n’ont pas dit leur dernier mot. Ces solutions, grâce à leur taux garanti et à la disponibilité des fonds placés, peuvent aussi constituer un tremplin pour un éventuel placement futur en matière de préparation à la retraite.

 

Les assurances vie 

 

Il s’agit de la solution la plus plébiscitée par les Français. Il faut dire qu’elle offre aussi plus de souplesse que les produits d’épargne. A contrario des contrats PERP, Madelin ou Préfon, il n’y a pas ici de transfert de la propriété de l’épargne du cotisant à l’assureur. Comprenez par-là que votre épargne n’est dans le cas présent pas bloquée et demeure par conséquent disponible à tout moment, afin de faire face à d’éventuels coups durs.

Au moment de souscrire son assurance vie, l’épargnant a par ailleurs le choix entre des versements programmés ou libres. Les deux possibilités sont donc ouvertes, offrant ainsi une possibilité d’épargne à un large spectre de la population et notamment à ceux débutant leur carrière.

Une fois que l’heure de la retraite a sonné, le cotisant se voit alors là encore proposer le choix de liquider son assurance vie sous la forme d’une sortie en capital ou via le versement d’une rente viagère. Deux possibilités pour un maximum de libertés. A l’inverse des produits d’épargne retraite, le transfert de la propriété de vos économies auprès de l’organisme financier ne s’opère donc qu’à la fin de votre vie active, à la condition que vous optiez pour la solution de la rente et au prorata du pourcentage que vous souhaitez.

Toutefois, pour les foyers imposables, l’assurance vie ne prévoit aucun avantage fiscal à l’entrée. Autrement dit, toutes les sommes qui y sont placées ne donneront droit à aucune réduction d’impôt. Un détail qui peut avoir son importance pour certains ménages.

 

L’investissement immobilier

 

Investir aujourd’hui dans la pierre pour espérer en tirer des bénéfices pour plus tard, via la perception de loyers réguliers, tel est le choix effectué par certains investisseurs. Le logement locatif est en effet là encore, une fois l’apport initial amorti, susceptible de vous apporter des compléments de revenus appréciables, plus ou moins conséquents et avec le même esprit de régularité qu’une rente viagère. Différents dispositifs peuvent d’ailleurs vous aider dans cette démarche. Le premier d’entre eux est le PEL (Plan épargne logement). Ce placement est un moyen idéal pour commencer, chaque mois et à votre allure, quelques années avant votre futur achat, à vous dégager un capital précieux pour votre futur apport. Conservé plus de quatre ans, le PEL vous permet surtout de prétendre le moment venu à des taux d’intérêts souvent plus avantageux et réduits.

Dans un contexte où la crise du logement est criante, notamment dans certaines régions, le législateur est par ailleurs l’instigateur de différentes mesures fiscales incitatives visant à encourager l’investissement locatif auprès de tous ceux qui se sentent une âme de promoteur. Les lois Duflot et surtout Pinel du 1er septembre 2014, vous permettent ainsi de déduire entre 18 et 21% du prix du bien de vos impôts. En contrepartie, ce dernier doit être neuf ou avoir été totalement rénové. Vous devez par ailleurs vous engager à le louer à titre de résidence principale pendant au moins neuf ans, à des loyers plafonnés.

Pour les ménages plus modestes, l’investissement immobilier et la souscription d’un PEL à des fins plus personnelles en vue de l’acquisition future de leur résidence principale peut pourtant indirectement constituer une source de revenu supplémentaire. De par le loyer mensuel en moins à dégager, c’est en effet autant de ressources supplémentaires qui ne seront pas soustraites de votre future pension. Choisir.com, à travers ses différents comparatifs, vous offre aussi la possibilité d’optimiser et maximiser chacun de vos investissements en vous permettant à la fois de dénicher le prêt immobilier le plus intéressant mais aussi de mettre en opposition, région par région, tous les programmes de constructions en cours.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Grâce à leur souplesse, les assurances vie ont l’avantage d’ouvrir la capitalisation retraite à une large partie de la population. Sans risque et à son allure, il est alors possible de prévoir un complément retraite, tout en préservant sa situation du moment. A contrario, les contrats PERP, Madelin et Préfon, de par l’avantage fiscal qu’ils présentent, peuvent intéresser des franges un peu plus aisées de la population. Tout comme l’investissement immobilier, du fait de l’apport initial assez conséquent qu’il suppose. 

 

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

demandez un bilan gratuit et personnalisé pour votre retraite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com