x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quels sont les risques de la cigarette électronique ?

cigarettes

Le lundi 29 septembre dernier, la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) a mis en lumière un grand nombre de dangers contenus dans la cigarette électronique : 90 % des liquides de cigarettes électroniques seraient non conformes. Quels sont les risques et comment les reconnaître ? Peut-on arrêter de fumer plutôt que de vapoter ?

 

Quels risques pour les vapoteurs ?

 

La cigarette électronique est apparue comme la solution miracle aux problèmes de tabagisme en 2010. On compte aujourd’hui 3 millions de vapoteurs pour plus de 15 millions de fumeurs.

La cigarette électronique ne serait pourtant pas le fameux Eldorado que l’on nous avait promis. A travers une étude menée depuis 2014, la DGCCRF a découvert que tout n’est pas rose dans cet outil magique. Bien au contraire.

Selon les normes françaises, lorsqu’un produit contient de la nicotine, cela doit être explicitement représenté sur le paquet, grâce à un picto représentant une croix ou une tête de mort. Ce n’est largement pas le cas sur vos flacons de recharge.

Vous pensez parfois ne pas consommer de nicotine mais il n’en est rien ! En outre, les chiffres indiqués sur la composition des liquides ne sont en rien fidèles à leur contenu. En un mot, vous n’avez aucune idée de ce que vous faites entrer dans vos poumons.

 

Comment reconnaître ces fameux liquides dangereux ?

 

Il est impossible de savoir clairement quels sont les flacons concernés. La DGCCRF a procédé à plus de 1300 saisies de produits et à retiré du marché ou rappelé plus de 56 000 produits révélés non conformes et dangereux.

Si, sur vos recharges, vous n’avez aucun avertissement de danger et que vous apercevez également un séduisant petit dessin de fruit, figurant la saveur de votre flacon, vous savez que ce produit n’est pas aux normes, ne respectant pas les lois d’emballage.

Il est interdit d’attirer les enfants avec à un joli dessin de fruit. 

 

Des dommages collatéraux

 

Il a été révélé, dans le rapport de la DGCCRF, que 6 % des flacons sont dangereux pour les enfants.

Aucune indication de dangerosité et aucune fermeture de sécurité pour les enfants. Sans parler des défauts d’isolation provoquant des risques de chocs électriques. 

La plupart des recharges possède un fort risque allergique, dont le contact prolongé avec la peau provoque plaques rouges et démangeaisons, lorsque le patient ne présente pas en plus d’allergie spécifique à l’un des composants.

De fait, ne pas prévenir la population de la dangerosité de tels produits, pour eux-mêmes ou pour leurs enfants, relève d’un comportement inconséquent.

 

Jeter un mégot dans Paris
Depuis le 1er octobre dernier, jeter un mégot dans une rue de la capitale vous vaut 68 euros d’amende. Adeptes de la cigarette dans la rue, votre addiction pourrait bien vous coûter 1 360 euros par paquet de 20 !

 

Arrêter de fumer avec l’aide de votre médecin

 

Finalement, arrêter de fumer est beaucoup plus sûr pour votre santé que de passer par l’intermédiaire de la cigarette électronique.

Parlez-en à votre médecin ; l’arrêt de la cigarette est un des pôles du ministère de la santé, faisant l’objet d’un accompagnement intéressant par acteurs de la santé.

En effet, les traitements et substituts prescrits par votre médecin sont remboursés à hauteur de 50 euros par an par la caisse d’Assurance Maladie. Les bénéficiaires de la CMU voient ce plafond augmenter jusqu’à 150 euros par an.

En outre, renseignez-vous auprès de votre mutuelle qui peut également prendre un charge une grande partie de votre sevrage.

 

Quelle mutuelle pour vous accompagner à arrêter de fumer ?
Cigarette électronique ou cigarette réelle, si l’une semble moins nocive que l’autre, il est tout de même plus sûr de tout faire pour essayer de s’en passer. Vous souhaitez sauter le pas ? Une bonne mutuelle vous aidera financièrement dans votre démarche. Notre comparateur met en opposition jusqu'à 50 formules afin de vous permettre de faire le meilleur choix.

 

Quelques précisions pour la compréhension de cet article :

90% des liquides sont jugés non-conformes, car la composition indiquée sur l’étiquette ne correspond pas à la composition réelle du produit notamment concernant le taux de nicotine. Or la loi française impose aux fabricants d’indiquer les compositions exactes pour ne pas tromper le consommateur. La cigarette électronique permet aux usagers de diminuer les dosages de nicotine progressivement, il est alors primordial de respecter des doses de nicotine précise. Un mauvais taux de nicotine pourrait compromettre cette démarche.

Pour rappel, la nicotine entraine un effet de dépendance chez le consommateur, plus les taux sont élevés, plus la dépendance est forte.

D’autre part, effectivement nous possédons tous des produits dangereux à domicile comme la javel. Les contenants peuvent posséder des dessins de citrons comme vous le dites mais possèdent tous les pictogrammes de danger qui avertissent les parents de ne pas laisser ces produits à la portée des enfants. Le problème mis en avant par la DGCCRF est le fait que certains contenants de liquide pour cigarette électronique ne possèdent pas ces pictogrammes, ce qui est illégal. Cela ne concerne que 6% des liquides des E-cigarettes.

Une partie de notre rédaction est fumeuse, cet article n’a en aucun cas le but de juger les personnes qui fument ou vapotent. Nous souhaitons seulement informer sur les défauts révélés sur les liquides des cigarettes électroniques…

Stephanie H.

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Assurance, Assurance santé

comparez les assurances santé pour économiser jusqu'à 50 %

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com