x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Toyota Land Cruiser : quel avenir pour le "Roi du désert" ?

Toyota Land Cruiser

Le Toyota Land Cruiser est une véritable légende dans le monde du tout-terrain. Ses fameuses versions HDJ, qui ne sont plus produites, lui ont valu l’affectueux surnom de "Roi du désert". Mais au fil des ans, le Land Cruiser s’est assagi et a adopté un comportement plus urbain. Aujourd’hui, il nous présente ses nouveaux blocs prêts pour la norme Euro 6.

 

Rester droit dans ses bottes

 

S’il est un modèle qui a contribué à la réputation de fiabilité et d’innovation mécanique pour le célèbre constructeur japonais, c’est bien son Land Cruiser.

Originairement créé pour transporter les familles dans les conditions les plus extrêmes en privilégiant la sécurité et la faculté à passer partout, il a très vite été récupéré par les adeptes de sensations hors-pistes et de raids en contrées sauvages.

 

 

Puis, arrivèrent les années 90, l’ère du Rav4, un nouveau marché plus routier pour le Toyota Land Cruiser, et finalement un nouveau positionnement.

Bien sûr, le fleuron japonais conserve certain des principaux atouts qui lui permettent de barouder très sérieusement : garde au sol conséquente, liaison par ponts, transmission intégrale, blocage de différentiel…

Mais ne nous le cachons pas, aujourd’hui le Land Cruiser est devenu un 4x4 premium.

 

 

Plus timide, plus coquet, il est avant tout plébiscité pour son look, son confort, ses équipements (cher payés), et sa fiabilité reconnue, plus que pour ses aptitudes en hors-pistes.

D’ailleurs, les plus aguerris des raiders aux longs courts ne misent que sur les anciennes versions, devant se rabattre sur un marché de l’occasion où des véhicules qui comptent entre 300 000 et 500 000 km s’arrachent à prix d’or.

 

"Le Land Cruiser démarre à 37 000 € en trois portes, et 39 700 € en cinq portes."

 

C’est que Toyota renie un peu cette clientèle d’aventuriers qui a pourtant fait sa réputation. La marque préfère aujourd’hui séduire les familles qui ont un budget conséquent à consacrer à leur auto, et qui ne mettront que rarement les roues hors du bitume.

C’est un peu un discours de schizophrène que nous joue le japonais entre son poids lourd qui nécessite toujours plus de puissance, et sa gamme ultra écolo qui est louée par tous les environnementalistes.

 

 

Pour preuve, le stand Toyota du salon de Francfort où paradaient une Prius toujours plus horrible esthétiquement, et un Rav4 encore plus compact.

Tandis que le Land Cruiser était relégué en arrière plan, aux côtés du Hi-Lux, caché dans une sorte de tunnel lumineux. Pourtant, il a de nouveaux atouts dans sa manche, comme ses nouveaux blocs prêts pour la norme Euro 6.

 

La norme n’empêche pas le malus

 

Et pour accéder au Saint Graal de la norme anti-pollution, Toyota a du remiser son 3.0 l D-4D de 190 ch pour le remplacer par un 2.8 l D-4D de 177 ch.

Mais ce n’est pas tout car le japonais inaugure aussi, à partir de septembre 2015, un sixième rapport sur son mastodonte. De quoi faire tomber les émissions de CO2.

 

"Les nouveaux blocs de Toyota comportent un système de réduction catalytique sélective (SCR)."

 

Au final, les 8 000 € de malus écologique entraînés par l’ancien 3.0 l sont désormais divisés par deux (soit 4 000 €) sur les finitions à trois portes. Pour les autres, masse oblige, ce malus diminue un peu moins et s’affiche désormais à 6 500 €.

En revanche, le bloc essence 4.0 l V6 de 280 ch, qui respecte lui aussi la norme Euro 6, est toujours affligé du malus maximum à 8 000 €. Norme ou pas norme, il faut passer à la caisse pour avoir le "droit de polluer plus que son voisin".

 

 

Légère hausse des équipements

 

Mais que l’on se console, tout n’est pas perdu. Toyota a enfin pris conscience que ses tarifs étaient bien trop élevés pour la dotation proposée.

L’entrée de gamme Le Cap, à plus de 37 000 € tout de même, propose enfin la climatisation de série ! Et la finition supérieure Life reçoit enfin la navigation. C’est bientôt Noël !

 

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Légendaire, le Toyota Land Cruiser n’est plus le baroudeur que l’on a connu. La fiabilité, son argument principal, peut-elle suffire à mener bataille contre des Pajero ou des Pathfinder mieux équipés à tarif égal ? A priori non.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Automobile, Voitures neuves, Toyota

comparez les voitures neuves et trouvez le meilleur prix

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com