x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Faut-il succomber à la nouvelle Audi A4 ?

nouvelle a4

La nouvelle Audi A4 était l’une des vedettes du salon de Francfort. Entre les fans, heureux de retrouver les lignes de leur idole, et ceux qui pestent contre l’immobilisme de la marque, l’allemande à fait couler beaucoup d’encre. Mais concrètement, que vaut-elle cette nouvelle A4 ?

 

Oui, elle est vraiment nouvelle

 

Comme d’habitude, Audi ne souhaite pas changer une équipe qui gagne. « Le changement dans la continuité », cette doctrine s’applique encore à cette nouvelle A4.

Peut-on en vouloir à ce constructeur pour qui l’A4 est la meilleure vente mondiale avec 330 000 exemplaires vendus en 2014. Pas mal pour une fin de carrière !

 

"Cette nouvelle A4 prend 1,6 cm en largeur pour plus d’aisance aux coudes."

 

C’est donc dans cette logique, que l’on se retrouve, en cette fin d’année 2015, devant une A4 qui ressemble fort à sa devancière.

Certes les optiques sont modifiées, la calandre est élargie (pas forcément un plus) et les antibrouillards gagnent en modernité. Et globalement, la ligne est un plus racée, moins ramassée. Le peu que gagne l’A4, elle le prend en élégance.

 

 

Mais les vraies différences se cachent sous le vernis de la teutonne. Plus longue de 2,5 cm, pour atteindre 4,73 m, elle prend 1,2 cm d’empattement et se positionne mieux sur sa catégorie.

L’aérodynamisme a été au cœur des préoccupations du bureau d’étude, et ça fonctionne. Cette nouvelle A4 est dotée d’un cx de 0,23 ! Un record pour la marque, une bonne nouvelle pour la sobriété.

Les volumes sont donc logiquement en hausse avec un coffre de 480 l pouvant atteindre les 965 l. La version break de l’A4, facturée 1 700 € supplémentaires, propose elle de 505 l à 1 520 l.

Rappelons que cette version "Avant" est bien plus vendue dans nos frontières que le format berline.

 

 

 

Equipements en hausse

 

Dès l’entrée de gamme, à 30 850 €, l’Audi propose l’aide au stationnement arrière, le régulateur-limiteur de vitesse et système anticollision en ville. Ajoutons à cela l’interface multimédia, la climatisation automatique et les jantes alu 16’’.

 

"La fonction Stop & Go rend l’Audi A4 autonome jusqu’à 65 km/h."

 

Dans les options, l’A4 peut se doter du système de conduite prédictive, du système de lecture des panneaux routiers, ou encore du Stop & Go qui, couplé au GPS, permet au véhicule de se gérer tout seul dans les embouteillages.

Cette nouvelle A4 propose une myriade d’équipements innovants, mais arrive à faire preuve de pingrerie en facturant par exemple le miroir de courtoisie 90 € supplémentaires.

 

 

Moins de poids, plus de puissance

 

Cette Audi A4 de cinquième génération s’allège de 110 kg par rapport à sa devancière (merci la plateforme MLQ B).

Un bel exploit qui n’empêche pas la firme d’Ingolstadt de proposer des blocs plus puissants et plus sobres. Au total, cinq nouvelles motorisations font leur entrée.

 

"Le V6 3.0 l émet seulement 109 g de Co2."

 

Côté essence, les TFSI sont à l’honneur avec le 1.4 l 150 ch, ainsi que les 2.0 l 190 ch et 252 ch.

Pour le Diesel, l’on retrouve les 2.0 l TDI de 150 ch et 190 ch, pouvant être associés à une BV6 ou une S-Tronic, avec option Quattro pour le haut-de-gamme. Enfin, au sommet, le 3.0 l V6 TDI de 218 ch à la sobriété exemplaire.

 

 

Au volant

 

Au volant de cette A4, l’on prend ses aises, comme d’habitude chez la marque aux anneaux. L’espace de conduite peut largement convenir aux grands gabarits. De plus, la vision périphérique est excellente. Bref, l’on y est comme chez soi.

Les aides à la conduite sont nombreuses et innovantes. Certains diront restrictives mais la sécurité est clairement prioritaire, et faire perdre la tête à cette A4 semble de l’ordre de l’impossible.

 

 

Sur autoroute, c’est un concerto tranquille. Silencieuse et linéaire, elle avale les kilomètres dans le plus grand confort.

Sur route, son comportement est incisif, voire sportif. Via le Drive Select, le mode « sport » accentue encore les sensations en limitant l’assistance de la direction.

Force est de constater que même en diminuant ces attributs de conduite, l’allemande reste rivée au bitume et offre une excellente puissance de freinage.

 

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Peut-on se tromper lorsque l’on achète une A4 ? La réponse est non. Agréable à conduire comme à vivre, cette cinquième génération ne déroge pas à la règle. Seul défaut, des tarifs en hausse, particulièrement sur les options.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

réservez gratuitement votre essai auto en concession

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com