x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Assurances animaux : quels soins vétérinaires couvrent-elles ?

assurance animal

La visite chez le vétérinaire est rarement une bonne nouvelle pour le propriétaire d’un animal. Pour atténuer le sacrifice financier que représentent les soins apportés à votre cher compagnon, il y a les assurances « animaux ». Mais les différentes formules se valent-elles toutes ? Que prennent-elles en charge et quels sont leurs champs d’exclusion? Choisir.com vous conseille.

 

Soucis de santé ou accidents de la vie, nos amis à quatre pattes ne sont pas non plus épargnés. Et lorsque le détour chez le vétérinaire s’impose, les propriétaires en savent quelque chose : la facture peut très vite atteindre des valeurs démentielles. Entre les visites de routine, de prévention et les vaccins ainsi que tous les imprévus, les Français dépenseraient en moyenne entre 600 et 800 euros par an pour leur animal. Un véritable gouffre financier. 

 

Le point sur les tarifs des vétérinaires

 

Ils sont totalement libres et peuvent par conséquent considérablement varier d’un bout à l’autre du territoire. N’hésitez donc pas à vous renseigner avant de franchir la première porte venue. Toutefois, en moyenne et de façon générale, le Conseil national de l’ordre des vétérinaires estime ainsi qu’une consultation classique coûte entre 35 et 50 euros. En cas d’urgence, la note tourne même plutôt autour de 70 et 75 euros. Parmi les frais courants, tablez là encore sur un budget annuel pour les vaccins entre 50 et 70 euros pour votre chien et de 60 à 80 euros pour votre chat. Mais les plus désagréables surprises interviennent à l’occasion des « pépins » de santé de votre plus fidèle compagnon. A raison de frais d’hospitalisation compris entre 30 et 65 euros par jour, les frais d’analyses en laboratoire qui atteignent par exemple entre 50 et 110 euros, il y a très vite de quoi se retrouver sur la paille. Dans les cas les plus extrêmes, les prix peuvent grimper entre 1200 et 1500 euros pour des séances de radiothérapie. Autant de dépenses que vous n’avez pas forcément prévues dans votre budget mensuel initial.

Face à cela, les assurances « animaux » peuvent constituer une solution pour les maîtres attachés au bien-être et à la santé de leur compagnon à quatre pattes. Fonctionnant comme de petites assurances vie, elles viennent alors vous rembourser tout ou partie des dépenses de santé que vous avez engagées pour votre Félix ou votre Médor préféré. Selon les formules, les contrats et les compagnies, les couvertures peuvent être cependant plus ou moins larges.

 

Des contrats multiples et des niveaux de couvertures différents

 

Il n’existe pas un contrat unique et le montant ainsi que l’étendue des remboursements dépend de l’organisme et surtout de la formule adoptée. Au-delà des prix, vérifiez donc bien l’ensemble des conditions de votre assurance ainsi que les taux de remboursement appliqués pour chacun des postes de santé, ces derniers pouvant varier de 50% à 100%.

En guise de simplification, le marché de l’assurance animale se décompose aujourd’hui en trois formules distinctes, reprises de manière plus ou moins aménagées dans le panel des offres proposées par les différents acteurs.

 

  • Les formules basiques sont surtout là pour prendre en charge les frais de santé les plus essentiels
  • Les formules premium intègrent quant à elles en sus le remboursement de frais plus courants en s’ouvrant à la prévention
  • Entre les deux, les formules intermédiaires sont des formules basiques enrichies de garanties optionnelles.

 

Pour quel niveau de garantie faut-il donc opter ? Tout dépend en réalité de vos moyens. Les contrats basiques présentent l’avantage d’être abordables. Comptez généralement entre 10 et 25 euros mensuels pour assurer un chien, entre 7 et 20 euros pour un chat. En contrepartie, les garanties sont réduites à leur plus simple valeur, c’est-à-dire en cas de gros pépins de santé de votre plus fidèle compagnon. L’hospitalisation, les consultations d’urgence, les frais chirurgicaux entrent par exemple dans le champ de la garantie mais l’ensemble des médicaments n’est pas forcément pris en charge.

Les plus prévoyants préfèreront peut-être opter pour des formules dites « premium ». Pour des tarifs compris entre 35 et 65 euros par mois, ces garanties ont aussi un prix. En plus du remboursement des frais de santé pour maladie ou accident, elles sont beaucoup plus complètes et proposent la prise en charge d’un certain nombre de frais de prévention et/ou de soins vétérinaires courants tels que les vaccins, le vermifuge ou les produits antipuces, voire même l’opération de stérilisation de votre animal.

Les moins aisés se replieront peut-être sur les contrats intermédiaires. Moins onéreux, ils tirent des avantages des deux formules, tant au niveau du prix pour les contrats de base que de la couverture pour les offres premium. Ils remboursent la plus grande partie des soins que pourraient avoir à subir votre chien ou votre chat, notamment les frais d’hospitalisation, les radios, les analyses médicales ou les médicaments.

 

La responsabilité civile animaleElle vous protège contre les dommages que votre animal pourrait occasionner autour de lui, notamment en griffant ou en mordant un passant. A ce titre, elle n’est pas incluse dans l’assurance santé animale. En revanche, elle est intégrée à la plupart des contrats assurances habitation. A condition de déclarer votre compagnon à votre assureur. Toutefois, dans certains cas, vous devrez souscrire à une garantie supplémentaire si votre chien fait partie des races jugées potentiellement dangereuses par la législation. Pour plus d'information, consultez notre comparateur d'assurance animaux.

 

Des contrats aux nombreuses exclusions de soins…

 

L’assurance animale n’échappe pas à la règle. A l’image de beaucoup d’assurances, au-delà des garanties proposées, elle se caractérise par un certain nombre d’exclusions de soins. Là encore, il n’existe pas de règles uniques et le mieux est de se plonger dans les méandres des conditions générales de son assurance. Si, par exemple, la majorité des contrats prévoient le bénéficie à vie des droits accordés à l’occasion de la souscription, certains organismes réduisent le montant des remboursements passé un certain âge, notamment après le dixième anniversaire de votre animal.

Inutile, par ailleurs, d’espérer assurer son chien ou son chat quand celui-ci commence à présenter quelques soucis de santés. La grande majorité des organismes n’acceptent pas en effet la prise en charge d’un animal s’il s’avère que ce dernier est déjà malade. Par conséquent, bien souvent, souscrire une assurance santé animale s’inscrit plus dans une logique de prévention et lorsque l’état de bonne santé de votre compagnon est avéré le jour de la signature.

De fait, tous ses antécédents de santé éventuels sont le plus clair du temps exclus du champ des garanties. L’ensemble des maladies héréditaires et/ou congénitales suivent généralement le même chemin. Veillez bien, enfin, au fait que votre animal de compagnie soit à jour de ses vaccins. Si ces derniers sont loin d’être systématiquement pris en charge par les différents contrats, leur non-respect entraîne de facto l’exclusion de la prise en charge de ladite pathologie, qui aurait pu faire l’objet de cette protection initiale. Prévenir plutôt que guérir, cela semble être le credo des assureurs. Et un moyen de limiter les remboursements. En tout état de cause, la possession d’une assurance animale ne signifie pas pour autant la fin complète des dépenses de santé chez son vétérinaire.  

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

trouvez la meilleure assurance pour votre animal de compagnie

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com