x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Chômeurs, Intérimaires ou en CDD : contracter un crédit, c’est possible !

Chômeurs, Intérimaires ou en CDD : contracter un crédit, c’est possible !

La majorité des nouveaux contrats de travail sont aujourd’hui des CDD, voire même des missions en intérim. A une instabilité professionnelle se mêle forcément une instabilité personnelle et financière par laquelle l’intéressé peut difficilement se permettre de tirer des plans sur la comète. A situation professionnelle instable, le crédit n’est en effet pas des plus aisés. Il n’en demeure pas pour autant complètement impossible… 

 

Selon un vieil adage populaire, le banquier est de ceux qui accepte de donner une couverture à un client quand il a chaud mais la lui ôte sitôt qu’il commence à avoir froid. Difficile, a priori, dans ces conditions d’espérer obtenir quelque chose quand on est au chômage, intérimaire ou en CDD. Dans une société où la consommation est érigée en maître, les fameux exclus du Sésame qu’est le CDI (Contrat à durée indéterminé) seraient doublement pénalisés : sur le plan du travail, bien sûr, mais aussi sur le celui de l’équipement. Or, les deux versants sont souvent intimement liés.

Comment envisager de chercher un travail sans voiture, sans ordinateur ou même, dorénavant, sans Internet ?  Il y a des frais, des postes de dépenses, des équipements dont on peut difficilement aujourd’hui se passer. Sans avoir les yeux plus gros que le ventre, il suffit d’un petit imprévu pour que le budget déjà serré ne suffise plus.

C’est pourtant dans de tels cas que la définition d’un crédit, en particulier à la consommation, pourrait revêtir tout son sens. Mais comment espérer convaincre un prêteur quand sa situation professionnelle n’est pas stabilisée ? De quels moyens les plus précaires peuvent-ils bien disposer pour espérer obtenir un peu de liquidités et faire face aux vicissitudes de la vie ?

 

Des solutions à la Banque Postale

 

Dans son rôle de banque publique, la Banque Postale propose aussi ses propres solutions. Si les conditions d’attribution demeurent approximativement les mêmes, le « Prêt personnel intérimaire » de la société filiale du groupe La Poste offre la souplesse du choix et de la modification de la date de prélèvement pour l’emprunteur ainsi qu’un TAEG légèrement plus intéressant (8.36%).

Pour 8000 euros empruntés, sur 48 mois, dans l’exemple mis en valeur par l’établissement financier, cela représente malgré tout toujours 1378.40 euros de frais. Toutefois, là où La Banque Postale tire son épingle du jeu, c’est dans la possibilité pour le débiteur de moduler le montant de ses échéances. Concrètement, vous pouvez librement choisir d’augmenter vos mensualités lorsque vous avez de l’activité mais aussi de les diminuer en période de creux. 

 

L’aide du FASTT pour les intérimaires

 

Les intérimaires bénéficient d’une structure représentative qui leur est propre pour les appuyer dans leur vie quotidienne. Son nom : le FASTT (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire), est une association réunissant à la fois des représentants des salariés ainsi que des professionnels du recrutement et de l’intérim. Elle propose notamment aux intérimaires de nombreuses prestations visant à leur faciliter l’accès au crédit.

En appui avec des groupes financiers comme Franfinance, filiale de la Société Générale, le FASTT est en mesure de vous négocier des conditions de prêt souvent un peu plus avantageuses. Pour un prêt automobile, par exemple, le TAEG est abaissé à 6.71% et la durée de remboursement prolongée jusqu’à 60 mois au lieu de 48.

Dans certains départements, Franfinance et le FASTT vont encore plus loin et vont jusqu’à proposer aux intéressés des solutions de rachats de crédits.  En particulier si vous avez déjà contracté certains prêts revolving, ce peut être un moyen pratique d’abaisser vos mensualités et surtout la charge de vos dettes.

 

L’ADIE pour les créateurs d’entreprise

 

Vous êtes chômeur et/ou au RSA et vous avez peut-être pour idée de créer votre propre société ? Or, une affaire avant de pouvoir être montée nécessite le plus souvent certains investissements initiaux. Des investissements auxquels votre situation ne vous laisse malheureusement pas droit. Pour ce faire, à l’image des intérimaires, les chômeurs futurs entrepreneurs peuvent toutefois là aussi bénéficier de l’appui d’une association pour la conception de leur projet. L’ADIE (Association pour le Droit à l’Initiative Economique) peut en effet vous proposer en tant que futur créateur des solutions particulièrement avantageuses en matière de micro-crédit pour le capital de votre future société. En toute simplicité, la demande peut être effectuée directement en ligne.

 

La solution Crédit Municipal

 

En cas de besoin rapide de liquidités, le demandeur d’emploi a rarement l’embarras du choix. Et les banques volontaires pour y répondre ne se bousculent généralement pas au portillon. A ce titre, les prêts sur gage proposés par les caisses de Crédit Municipal peuvent dans certains cas inextricables et/ou urgents constituer une solution de repli.

Moyennant la remise d’un objet de valeur, vous vous voyez accorder au prorata de son estimation, une certaine somme d’argent qui vous est alors prêtée. Dans tous les cas, vous restez par conséquent dans un premier temps propriétaire de cet objet. Ce n’est en effet qu’une fois passé un certain lapse de temps, sans nouvelle de votre part, que celui-ci peut être mis aux enchères pour éponger votre dette.

Si l’ancien Mont-de-Piété est surtout reconnu pour ses prêts sur gage, il peut aussi accorder des solutions de crédits classiques. Le Crédit Municipal de Bordeaux propose, par exemple, des prêts de trésorerie dont le TAEG démarre à 2.45%.

 

L’aide utile des associations

 

Bien au-delà des aides sociales et alimentaires bien connues du grand public, certaines associations comme la Croix Rouge ou le Secours Populaire peuvent aussi proposer des solutions pour les plus démunis dans le but de leur constituer des dossiers d’aide en matière financière. Sur sa page Internet, la Croix-Rouge Française fait ainsi état, pour les personnes exclues du système bancaire, et après étude de leur dossier, d’un dispositif visant à leur ouvrir des droits à un microcrédit personnel. Pour un montant d’emprunt variant de 300 à 3000 euros et une durée de remboursement jusqu’à 36 mois, les prêts sont alors négociés avec différents partenaires bancaires auprès desquels l’association se porte garante, et contre des taux d’intérêts de 4% en moyenne. Si la solution nécessite le montage d’un dossier assez complet, précis et parfois fastidieux, elle permet en retour à l’emprunteur de bénéficier de conditions de crédits bien plus avantageuses et surtout adaptées à sa situation.

 

Les prêts de la CAF

 

Mieux que les crédits, il y a aussi les prêts de la CAF. La fameuse caisse d’allocations familiales ne fait en effet pas qu’allouer des allocations et, en fonction de la situation de précarité mais aussi d’urgence des bénéficiaires, peut décider du déblocage d’aides financières particulières. Comprenez par là des prêts à taux zéro.

Toutefois, l’accord de ce type d’aides est aussi strictement encadré. Elles ne peuvent être décernées qu’aux seuls allocataires et doivent au préalable être validées par un travailleur social. Chaque dépense devra par ailleurs être dûment justifiée et ne pourra concerner que des biens dits de première nécessité tels qu’une automobile, un réfrigérateur, une gazinière ou un chauffage.

Impossible, par conséquent, de pouvoir compter dessus pour espérer s’offrir l’ensemble home-cinéma qui va emplir votre salon du meilleur son haute définition, ou encore du dernier smartphone à la mode de chez Apple. La solidarité n’est pas non plus une charité sans frein.

 

L'utilité des courtiers en crédit
Si vous rencontrez des difficultés à obtenir un crédit ou si votre situation professionnelle n’est pas des plus stables, n’hésitez pas à faire appel à un courtier. De par sa connaissance du secteur financier et de par ses relations avec les acteurs qui le composent, il est souvent amené et habitué à répondre à tous types de cas particuliers et à toutes les situations (intérimaires, CDD, chômeurs…). Pour trouver votre financement au meilleur taux, notre comparatif vous permet aussi de mettre en opposition les offres de près d’une dizaine d’acteurs..

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Trouvez le meilleur taux pour financer vos projets perso

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com