x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Achèteriez-vous vos médicaments en supermarché ?

pharmacie

Le groupe Leclerc s'intéresse depuis 2008 au marché des médicaments vendus sans ordonnance, un marché qui pèse tout de même 2 milliards d'euros en France ! Le but de Michel-Edouard Leclerc, en plus de pouvoir proposer des médicaments en parapharmacie (dans plus de 200 centres) est de les proposer à des prix baissés de 25 % à 30 %. Actuellement le gouvernement est toujours opposé à la vente de ces derniers dans les grandes surfaces.

 

Les professionnels des pharmacies contre

 

Les pharmaciens s'opposent fermement à cette initiative, qu'ils jugent véritablement dangereuse. En exemple, la Suède qui a ouvert son marché et qui fait face depuis à deux fois plus d'accidents hépatiques provoqués par le paracétamol qu'avant la libéralisation.

Actuellement, les pharmaciens français disposent du monopole de la vente de ces médicaments, et toute vente effectuée en dehors des officines est punissable par l'article L. 4223-1 du code de la santé publique, au niveau pénal.

 

"Pour les pharmaciens, la vente de ces médicaments répond à un besoin individuel, au contraire du principe de la vente de masse"

 

En ajoutant des circuits de distribution, les consommateurs risquent une évidente confusion entre le terme de médicament et de marchandise.

La fédération des syndicats pharmaceutiques rappelle que le principe de santé publique dépasse de loin celui du commerce.

 

La quotidienne revient sur ce débat dans cette vidéo :
 

 

Un site internet novateur

 

Michel-Edouard Leclerc n'en démord pas et a même annoncé la création et le lancement d'un site internet dédié aux parapharmacies de son groupe.

Ce sera donc le 6 avril 2016 que le site sera dévoilé au public, avec une offre qui pourra être accessible à tous. Plus qu'une contre-attaque, Michel-Edouard Leclerc rappelle que la loi a autorisé les pharmacies à pouvoir vendre certains médicaments par le biais d'internet.

Il est donc temps, pour le chef d'entreprise, de permettre à tous les acteurs de pouvoir fonctionner ensemble comme il le déclarait, le 28 janvier chez BFM, « il y a de la place pour tout le monde. Le combat pharmacien contre Leclerc ne sert à rien ».

 

L'application santé E. Leclerc

 

Olivier Gryson, responsable du digital dans un laboratoire pharmaceutique, conseille même à Leclerc, dans un article publié sur Les Echos, d'étudier les tickets de caisse des clients afin de connaître leurs habitudes, données « qu'aucune pharmacie traditionnelle n'aura jamais ».

Il suggère ainsi à l'enseigne de proposer à ses clients une application mobile orientée vers la santé, avec plusieurs fonctionnalités personnalisées.

Parmi elles, on retrouve des conseils sur l'alimentation ainsi que la possibilité d'activer un rappel pour ne pas oublier le renouvellement de certaines ordonnances médicales.

Toujours selon, Olivier Gryson, il faut penser aux initiatives possibles, et notamment comment faciliter l'observance d'un traitement, médicamenteux ou non. 

Aujourd'hui, « les géants de la grande distribution ont développé un véritable savoir-faire dans l'exploitation des données du consommateur », et Leclerc, dans son approche, touche un point très particulier qui pourrait représenter une avancée historique dans le domaine médical.

Encore faut-il que l'idée soit acceptée des professionnels du secteur mais aussi du grand public...

 

L'envie de E.Leclerc ne date pas d'hier comme en atteste cette publicité de 2008 mais vite interdite de diffusion :
 

Stephanie H.

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Assurance, Assurance santé

comparez les assurances santé pour économiser jusqu'à 50 %

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com