x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

A quelle pension retraite peut-on prétendre après la perte de son conjoint ?

 pension de réversion

La perte de son conjoint – outre la douleur qu’elle cause – entraîne le plus souvent une baisse des ressources pour le restant. En théorie, après le décès de son conjoint, il est possible de toucher une partie de sa pension retraite. Mais attention à ne pas nourrir trop de faux espoirs.

 

Des conditions complexes

 

La mise en place du versement de la pension de réversion n’est pas automatique. Vous devrez en faire la demande auprès de la Caisse d’assurance retraite du disparu. Si ce dernier avait cotisé auprès de plusieurs caisses, une seule demande suffira.

Ensuite, sachez que vous ne toucherez, dans le meilleur des cas, que 54 % du montant de la retraite selon le régime de base. Et encore, à condition de remplir les critères nécessaires.

Les règles peuvent varier selon les régimes de retraite, mais dans la plupart des cas, on exigera que :

  • vous ayez plus de 55 ans.
  • vous ayez été marié avec l’assuré (les couples pacsé ou en union libre sont exclus du dispositif). Cela fonctionne également si vous avez divorcé. La pension de réversion sera divisée en autant de parts que le décédé aura eu d’époux ou d’épouses. Le montant de ces parts est établi en fonction du nombre d’années de chacune des unions.
  • vos revenus annuels bruts soient sous le plafond établi (20 113,66 € si vous vivez seul, 32 181,76 € si vous vivez en couple pour l'année 2016).

Dans la réalité, les problèmes surviennent dès lors qu’il s’agit de prendre en compte vos revenus bruts. En effet, ils ne consistent pas seulement en la pension que vous pourriez-vous même toucher.

Cela inclut également les revenus tirés de placements et biens propres (sont exclus ceux que vous aviez en commun avec le défunt). Vous pensez être tiré d’affaires car vous avez donné l’essentiel de vos biens à vos descendants ? Il n’est est rien.

 

"Il est considéré qu’un bien donné dans les dix années précédant votre demande produit encore entre 1,5 % et 3 % de revenus."

 

En revanche, les modalités d’obtention de la retraite de réversion sont très nettement facilitées pour les fonctionnaires.

Les membres de la fonction publique transmettent à leur décès 50 % de leur pension, sans condition, à leur conjoint survivant.

 

Des précautions à prendre

 

Il est possible d’augmenter la part de la pension de réversion jusqu’à 60 %, en souscrivant à des régimes de retraite complémentaire, de type ARRCO, AGIRC ou RSI.

Mais toutes ces mesures pourraient ne servir à rien en cas de décès prématuré. En effet, la pension de réversion ne fonctionne qu’à partir de 55 ans et les retraites complémentaires imposent également des seuils d’âge, parfois plus élevés encore.

D’où l’intérêt de souscrire d’autres types de produits d’épargne pour protéger son conjoint. L’un des plus communs est l’assurance vie, dont on désigne son conjoint comme bénéficiaire.

 

Bien choisir son assurance obsèques...
Il existe aussi des assurances décès ou un contrat obsèques. Selon leurs modalités, elles permettent de prendre en charge les obsèques, d’apporter un soutien au conjoint survivant et de lui verser un capital. Afin de vous guider dans votre décision, notre comparateur vous propose en quelques clics de mettre en opposition les offres et devis de plusieurs grands acteurs du marché.

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

soulagez vos proches en optant pour l'assurance obsèques

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com