x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Les nouvelles mesures pour favoriser votre investissement dans le crowdfunding

crowdfunding

Le ministre de l’Economie et des Finances, Emmanuel Macron, avait déjà manifesté son souhait de soutenir l’économie participative, également connue sous le nom de crowdfunding. Les annonces qu’il a faites fin mars ne sont donc qu’à moitié une surprise, mais sont en tout cas les bienvenues, tant pour les investisseurs que pour les porteurs de projets en quête de financement.

 

Le crowdfunding est un outil d’investissement et d’épargne qui se développe et se diversifie. Il promet des rendements attractifs, à condition de respecter certaines règles de prudence, déjà évoquées sur notre site. Il a en tout cas les faveurs des Français, à la recherche de nouvelles sources de rendement, dans un environnement de taux plus que morne. Il constitue également un moyen de diriger l’épargne vers des projets de « l’économie réelle ». Pas étonnant donc qu’il intéresse le gouvernement.

 

Pour les particuliers : investir plus sur chaque projet

 

C’est une mesure de précaution et elle est la bienvenue, mais elle est aussi fortement limitative : les sommes qu’un particulier peut prêter pour chaque projet de crowdfunding proposé sont plafonnées.

Le seuil était jusqu’ici fixé à 1 000 €. Une nouvelle mesure devrait le faire passer à 2 000 € par projet avec un taux de rémunération. Nous parlons ici plus spécifiquement du crowdlending, qui consiste à prêter de l’argent à une entreprise, contre un rendement fixé à l’avance.

Un système qui attire de plus en plus d’investisseurs, car les taux peuvent aisément dépasser les 5 %, voire les 10 % pour les projets les plus risqués.

 

"Les prêts non rémunérés pourraient quant à eux passer de 4 000 € à 5 000 €."

 

Pour profiter de ces nouvelles opportunités, il faudra passer par une plateforme ayant la qualification de IFP : intermédiaire en financement participatif.

 

Pour les entreprises : lever plus de fonds

 

Toujours dans une optique de sécurité, les sommes que peuvent récolter les sociétés au travers de plateformes de financement participatif sont elles aussi plafonnées.

Une situation qui pénalise le développement de projets de grande taille ou les entreprises plus importantes. Il était pourtant dommage de se priver de leur offre, car maturité peut aussi être synonyme de sécurité.

Résultat, les entreprises levant des fonds via des plateformes ayant le statut de conseiller en investissement participatif (CIP) pourraient désormais récolter jusqu’à 2,5 millions d’euros sur douze mois glissants, contre 1 million aujourd’hui.

 

Dans l’intérêt de tous : un univers d’investissement plus large

 

Jusqu’ici, pour investir dans une entreprise via du crowdfunding, on passe soit par le biais d’une obligation, soit par celui d’une action.

Les possibilités devraient être élargies, avec l’arrivée de produits avec des spécificités de fonctionnement, comme les actions de préférence ou les obligations convertibles.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Ces mesures d’assouplissement devraient permettre au secteur du crowdfunding d’accélérer encore sa croissance et le faire faire gagner en maturité. Elles ne doivent toutefois pas vous faire oublier que le financement participatif comporte toujours des risques.

 

 

 

En complément, découvrez un résumé en images des nouveautés du crowdfunding par MesFinances :

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez gratuitement les offres de bourses en ligne

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com