x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Comment bien négocier le prix d'un bien immobilier ?

négociation immobilière

Après des mois de recherche, vous avez trouvé l’appartement de vos rêves, seulement le prix affiché est trop élevé. Ne perdez pas espoir, toute opération financière peut conduire à des négociations.  Soyez préparé afin d’obtenir les meilleures conditions d’achat, que vous deviez traiter par le biais d’une agence ou en direct avec le vendeur.

 

Une affaire de prix

 

Négocier ne coule pas de source pour tout le monde.

Si l’objectif est d’arriver à faire chuter le prix de vente, se retrouver face à un professionnel de l’immobilier, qui connaît les ficelles du métier, qui saura répondre et détourner tous vos arguments, peut s’avérer déstabilisant.

Pourtant, il faut en passer par là. La négociation est une étape essentielle dans l’achat d’un bien immobilier et la majorité des vendeurs y est ouverte, à tel point que cette pratique a d’ailleurs tendance à faire gonfler les prix présentés en façade.

Avant de vous lancer dans des discussions ou de rencontrer le vendeur, la première étape consiste à définir votre budget.

Une négociation réussie est celle dans laquelle vous atteignez votre objectif. Pour vous sentir plus libre, vous pouvez toutefois établir un prix idéal ainsi qu’une fourchette dans laquelle vous seriez prêt à considérer l’acquisition du bien.

 

Intéressez-vous au marché

 

Il est important de bien connaître son sujet afin de savoir de combien vous pouvez faire baisser le prix affiché. Comparez l’annonce avec le prix moyen du marché local. C’est un premier indicateur.

Si le prix est assez proche, votre marge de manœuvre est réduite, en revanche, si vous voyez un écart important, il faut jouer dessus.

Afin de savoir si le bien convoité n’est pas surcoté, n’hésitez pas à le comparer avec d’autres annonces similaires. Cela pourra constituer un bon argument lors des discussions.

Autre point, regardez la date de publication de l’annonce. Un bien sur le marché depuis plusieurs mois se négocie à la baisse plus facilement et peut ainsi se transformer en bonne affaire.

 

 

Mettez en avant les défauts du bien

 

Afin de convaincre le vendeur que son bien est surestimé, jouez sur les défauts du logement.

Ils peuvent être nombreux et dépendre soit du bien (manque de lumière, installation électrique défaillante, travaux à prévoir, isolation, nuisances sonores…) ou bien au bâtiment (pas d’ascenseur, vétusté des parties communes, charges élevées…).

Montrez-vous toujours intéressé, mais pas dupe. Gardez la main sur les négociations. Pointer les défauts, les inconvénients, les défaillances peut faire pencher la balance de votre côté.

 

Négocier, oui, mais jusqu’où ?

 

Après vous être intéressé au bien, il est temps aussi de faire valoir vos avantages.

Faites valoir au vendeur que le financement du bien est assuré de votre côté. Si vous bénéficiez d’un apport, mettez-le en avant. Si vous avez obtenu un accord de principe de la banque sur un prêt, c’est aussi un argument auquel un vendeur se montrera sensible.

Attention toutefois à ne pas divulguer trop d’informations sur le montant réel du budget dont vous disposez.

Ne vous montrez pas non plus trop gourmand. La négociation est un art subtil, il faut des deux côtés savoir faire preuve de souplesse.

Si vous êtes parvenu à monter un dossier solide (prix de base surcoté, défauts dans les installations) et avez fait jouer toutes ces conditions en votre faveur, vous pouvez espérer une baisse du prix d’achat de 10%

Certains cas extrêmes peuvent amener à des négociations plus élevées, mais ce n’est pas la norme.

En revanche, si le bien affiché respecte les prix du marché et montre peu de défauts, misez plutôt sur une baisse de 5%.

Enfin, si le vendeur refuse votre première proposition, ne laissez pas tomber pour autant. Il vous en est encore possible de faire une meilleure offre, si vous en avez les moyens.

Vous pouvez aussi suivre l’évolution de la vente : si le bien reste sur le marché, manifestez-vous à nouveau. Le temps peut jouer en votre faveur.

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

votre logement neuf à partir de 100 000 € avec TVA réduite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com