x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Assurance vie : nos conseils pour faciliter la transmission du capital

Assurance vie

Souscrire un contrat d’assurance vie, l’alimenter, choisir des bénéficiaires : une démarche effectuée dans l’optique de transmettre son capital après son décès. Malheureusement, des complications peuvent surgir après la disparition de l’assuré. Voici donc quelques conseils afin que le capital soit transmis au mieux et le plus rapidement possible à ses destinataires.

 

1. Anticiper ce qui est prévu par la loi

 

La lutte contre les contrats d’assurance vie en déshérence a été intensifiée ces derniers temps. Les comptes des banques et des assureurs regorgent de contrats inactifs dont ils ne savent pas si le souscripteur est toujours en vie où, s’il est décédé, quels en sont les bénéficiaires.

Au décès du souscripteur, l’assureur a un mois pour verser le capital placé sur le contrat à son ou ses bénéficiaires. Ce délai passé, il devra payer des intérêts de retard, comme prévu par le Code des assurances.

Toutefois, cela ne s’applique qu’une fois les bénéficiaires identifiés et leur identité prouvée à l’aide des pièces légales nécessaires.

Les assureurs préfèrent en général attendre que tous les bénéficiaires de l’assurance vie se soient manifestés avant de débloquer le capital.

Toutefois, si la plupart d’entre eux ont apporté les pièces nécessaires et qu’il est difficile de retrouver un autre bénéficiaire, l’assureur peut procéder au versement des fonds aux bénéficiaires présents.

 

Pourquoi est-il important de comparer les contrats d'assurance vie ?
Les contrats d'assurance vie varient beaucoup de l'un à l'autre, entre les taux pratiqués et les supports d'investissement sélectionnés. N'hésitez pas à suivre nos conseils et comparer les différents contrats d'assurance vie afin de maximiser vos rendements. 

 

2. Toujours plus de précision

 

Etant donné ce qui est prévu par la loi, le meilleur moyen pour que le capital soit au plus vite débloqué est de faciliter l’identification des bénéficiaires.

A proscrire donc, un contrat d’assurance vie sans bénéficiaire. Ce serait un non-sens économique, puisque l’épargne est alors réintégrée dans la succession, et donc soumise à l’imposition sur les successions en vigueur. Tout l’intérêt fiscal de l’assurance vie est alors perdu.

Sans pour autant en arriver là, il est indispensable d’être le plus précis possible dans la rédaction de la clause bénéficiaire.

Mieux vaut spécifier le nom et prénom des personnes concernées, ainsi que leur adresse, leur date et lieu de naissance. « Mon cousin aîné » est par exemple une formulation trop vague. Ces précisions sont d’autant plus importantes si un des bénéficiaires vit à l’étranger.

Transparence et bonne communication valent aussi avec l’entourage. Il est recommandé d’informer les bénéficiaires de l’assurance de cet état de fait. Il est tout à fait possible de le faire uniquement par oral. Car procéder par écrit a des conséquences.

En effet, demander à son bénéficiaire d’accepter officiellement de l’être et l’indiquer à son assureur fige les choses. Il n’est ensuite plus possible de changer d’avis et de bénéficiaire.

 

3. Avoir les bons papiers

 

Plus encore que d’informer les bénéficiaires de son assurance vie, l’idéal est de leur indiquer où se trouve le contrat original.

S’il n’est plus obligatoire chez tous les assureurs de le fournir, il permet toutefois d’accélérer fortement le déblocage des fonds. Et cela peut éviter la tâche désagréable de fouiller dans l’urgence les papiers du défunt.

Une alternative pratique peut être de communiquer aux bénéficiaires le numéro du contrat et le nom de l’assureur.

Accélérer le versement du capital d’une assurance vie prend tout son sens lors de successions qui s’accompagnent de frais et d’impôts parfois élevés à régler.

D’où l’importance de préparer au mieux ce versement, en intervenant à la fois auprès de son assureur et de ses bénéficiaires.

 

Retrouver un contrat d’assurance vie
Vous pensiez être le bénéficiaire d’un contrat d’assurance vie mais personne ne vous a contacté suite au décès d’un proche ? Il est possible de vérifier si vous êtes le bénéficiaire d’un contrat dont le souscripteur a disparu. Pour cela, contactez l’Agira, un organisme spécialisé qui se charge de vérifier les contrats souscrits par des personnes décédées. Précisez donc bien le nom de cette dernière dans votre courrier de demande. .

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Épargne, Assurance, Assurance vie

Comparez les assurances vie jusqu'à 3,60 % de rendement

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com