x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Quels sont les véhicules les plus chers à assurer ?

assurance auto

L’assurance auto est déjà assez onéreuse comme cela pour éviter que l’automobiliste ne contribue, par ses choix, à l’alourdir un peu plus. Choisir.com vous donne toutes les astuces pour contenir au mieux le montant de votre prime et vous aider dans la recherche de votre futur véhicule.  

 

Avec 5700 euros par an, le budget moyen des Français consacré à leur automobile ne cesse de s’alourdir depuis 1998. Le plus gros poste de frais est sans aucun doute représenté par l’assurance : près de 10 %. Et selon les véhicules, la note promet d’être plus ou moins salée, d’où l’attention de plus en plus grande des conducteurs sur cette question. Et les modèles les plus onéreux ne sont pas forcément toujours ceux que l’on croit.

 

Les véhicules les plus chers ne sont pas toujours les plus coûteux à assurer

 

Selon les résultats d’un classement de l’Argus de 2013, le montant de la prime d’assurance est loin d’être toujours proportionnelle à la valeur d’achat d’un véhicule.

Et au journal de citer pour exemple la Chevrolet Spark qui, avec moins de 400 euros à l’année pour notre conducteur modèle*, compte parmi les voitures les plus économiques à assurer.

A contrario, la Dacia Sandero, considérée communément comme la voiture du peuple, affiche quant à elle une prime plus élevée d’une cinquantaine d’euros.

Même remarque et mêmes effets du côté des « compactes ». La Dacia Lodgy, tout comme la Seat Altea, sont aussi chères l’une que l’autre à assurer, alors même que la seconde se vend à l’achat près de 7000 euros plus cher.

 

Le bonus des véhicules dits écologiques

 

Elles sont plus chères à l’achat mais peuvent aussi à terme être source d’économies. Outre le bonus écologique et les futures économies réalisées en matière de carburant, les voitures dites « propres » sont généralement assurées à un tarif inférieur.

 

"Les véhicules propres bénéficient d'une réduction moyenne de 30 %"

 

Chaque contrat d’assurance y va aussi de son empreinte écologique. Au regard de son équivalent en diesel, un véhicule propre bénéficie ainsi d’une prime moyenne de 30 % plus économique. Dans certains cas, le rabais accordé peut même atteindre les 50 %.

En tenant compte d’un prix d’achat initial supérieur de près de 5000 euros au modèle essence, il convient toutefois de bien peser l’intérêt réel de ces remises tarifaires par rapport à l’usage effectif que vous aurez de la voiture.

 

News Assurances vous explique en détail et en image comment assurer sa voiture électrique :
 

 

Attention à la couleur et aux équipements 

 

Et si conduire un véhicule jaune canari vous coûtait plus cher en assurance ? Aussi farfelue que l’idée puisse paraître, certaines assurances appliquent une surprime aux voitures de couleurs vives ou criardes.

Cette mesure trouve sa justification dans le fait que ces véhicules seraient statistiquement plus sujets à des accidents que les autres. Si vous êtes client chez l’un de ces assureurs, préférez les couleurs standards, moins repérables, mais plus économiques.

Si ce phénomène est toutefois en recul, il n’efface pas une autre discrimination qui demeure, elle, bel et bien réelle : celle relative aux équipements de votre automobile.

Si le toit panoramique offre ainsi un confort appréciable à l’automobiliste et à ses passagers, il rend aussi le véhicule plus fragile et à risque aux yeux de l’assureur. Ce dernier est alors susceptible de vous le faire payer d’une façon ou d’une autre.

 

 

La puissance de la voiture : un facteur susceptible de faire exploser la prime

 

Les assureurs n’aiment pas les voitures trop puissantes et le font savoir, à leur façon... Plus la puissance fiscale est élevée, plus les émissions de gaz carbonique risquent d’augmenter, et plus les recensements d’accidents avec ce type de véhicule sont nombreux. 

A 9 CV et au-delà, votre prime a toutes les chances de flamber. Si vos fins de mois sont plutôt serrées, optez de préférence pour des modèles de 4 ou 5 CV, tournant autour de 160 km/h.

A l’inverse, les SUV comptent ainsi parmi les plus chers à assurer. Si la Nissan Juke offre une cotisation encore raisonnable (450 euros), il en est autrement pour le Ford Kuga (plus de 700 euros) ou la BMW X5 avec une prime qui dépasse allègrement les 1000 euros.

 

Bien choisir son assurance auto
Pour éviter d’être assommé par le montant de son assurance auto, choisir le modèle de son véhicule est un premier pas. Vous pouvez aussi en parallèle opter pour la solution de la comparaison et du jeu de la concurrence entre les assureurs. Grâce à notre comparatif, mettez ainsi en opposition plus de 45 professionnels différents et réalisez jusque 250 euros d’économies. 

 

Citadine ou familiale ?

 

Si vous ne souhaitez pas débourser des fortunes en assurance, les citadines constituent  le type de véhicule le plus économique. D’autant plus, que selon les modèles, elles gagnent petit à petit en puissance, tout en faisant état d’un habitacle de plus en plus confortable. 

Pour notre assuré*, la prime moyenne pour ce type de véhicule tourne alors aux alentours de 400 euros. Les petits modèles restent là encore les moins chers avec une cotisation démarrant généralement aux alentours de 350 euros pour la Citroën C1 ou la Fiat Panda.

Pour des véhicules plus polyvalents, tels que la Dacia Sandero ou la Peugeot 208, la prime est plus élevée d’une cinquantaine d’euros. Une des plus onéreuses est l’Audi A1 avec un tarif qui approche dangereusement les 500 euros.

Mais le souci des citadines, c’est qu’elles ne sont pas forcément adaptées aux familles nombreuses. Il faut alors le plus souvent penser à investir dans un véhicule de type familial ou encore de type « break », mais avec un montant d’assurance qui s’apprécie en proportion.

 

"Les monospaces et ludospaces moins chers à assurer que les breaks"

 

Notre conducteur* doit alors débourser en moyenne près de 600 euros par an avec un tarif qui démarre aux alentours de 550 euros pour la Peugeot 508 et jusqu’à 650 euros pour la Citroën DS5 ou la Mercedes Classe C.

Si vous pouvez vous contenter d’un monospace ou d’un ludospace, l’assurance sera là en revanche moins ruineuse. Comptez 400 euros environ pour une Dacia Dokker ou 450 euros pour une Citroën C3 Picasso.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

D’un modèle de véhicule à l’autre, les primes d’assurance peuvent considérablement varier. Avant d’arrêter votre choix, n’hésitez pas à interroger votre assureur. Faites aussi un point sur l’utilisation que vous aurez de votre voiture. Et si votre budget est serré, pensez également au marché de l’occasion. Passé quatre ou cinq ans, la prime d’assurance commence à diminuer sensiblement, parallèlement à la baisse de la valeur vénale de votre voiture.

 

 

 

*Le portrait du conducteur modèle de l’étude ici détaillée est celui d’un homme d’une quarantaine d’années, originaire de Nantes et bénéficiant d’un bonus de 40 %. Selon les profils des automobilistes et leur région d’habitation, le montant des cotisations peut en effet parfois assez considérablement varier.

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Assurance, Assurance auto, Automobile

Comparez les assurances auto pour économiser jusqu'à 250 €

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com