x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Crédit immobilier : trois astuces pour réduire son assurance emprunteur

assurance emprunteur

Sur un prêt immobilier de 20 ans, l’assurance emprunteur peut très vite représenter un coût de quelques dizaines de milliers d’euros. A défaut de pouvoir y renoncer complètement, il y a toujours moyen d’en abaisser le montant et, pour le plus rusé des emprunteurs, de gagner beaucoup d’argent. Choisir.com vous en livre le mode d’emploi.

 

Impossible d’y échapper dans le cadre d’un prêt immobilier. Corollairement à la baisse des taux d’intérêts, l’assurance emprunteur représente une part de plus en plus croissante dans le coût d’un emprunt.  Selon les profils des contractants, près du tiers du coût total du crédit peut ainsi être constitué de ces seuls frais d’assurance. Une véritable mine d’or pour le créancier, puisque 80% du marché reste de fait monopolisé par les banques.

Ces dernières semblent en effet avoir flairé le bon filon. Sous couvert de protéger l’emprunteur et sa famille contre certains incidents de la vie, n’importe quel contrat intègre aujourd’hui au moins une garantie contre le risque de décès et de perte totale et irréversible d’autonomie. Nombreux sont les organismes qui étendent mêmes les couvertures aux incapacités et aux pertes d’emploi.

Au total et en moyenne, l’assurance emprunteur représenterait entre 5 et 6% de la mensualité de chaque ménage consacrée au crédit. Au bout du compte, c’est donc plusieurs milliers d’euros de dépense à l’issue du crédit. Cependant des solutions existent pour réduire sensiblement vos frais d’assurance.

 

Comparez les tarifs des assurances emprunteurs
Impossible d’y échapper dans le cadre d’un prêt immobilier, l’assurance emprunteur représenterait même entre 5 et 6% du crédit ! Au bout du compte, c’est donc plusieurs milliers d’euros de dépense à l’issue du crédit. Trouvez donc la meilleure assurance emprunteur pour votre crédit immobilier. Découvrir le service.

 

 

Faites jouer la délégation d’assurance !

 

 

C’est encore loin d’être un réflexe. Si les Français commencent à penser concurrence en matière de crédit, le pli n’a semble-t-il toujours pas été pris en ce qui concerne l’assurance emprunteur. Par manque d’information, peut-être, mais aussi par manque de temps… Au moment de contracter un crédit, on se préoccupe souvent beaucoup des taux d’intérêts nominaux, et moins des frais annexes. Grossière erreur !  

 

"Depuis 2010, la loi Lagarde reconnaît à chaque emprunteur le droit de choisir une assurance différente de celle proposée par l'établissement bancaire."

 

A la clé, les économies peuvent atteindre 50% pour les profils les plus jeunes (moins de 40 ans).

Vous êtes sur le point de franchir le pas ? Chaque assurance emprunteur peut être résiliée annuellement, au moins deux mois avant sa date anniversaire. Seule condition à cela mais de taille : l'assuré doit dénicher un contrat de remplacement avec des garanties au moins équivalentes. Pensez alors à envoyer à votre banquier, dans les délais impartis, une « demande de substitution de garantie » (et non de résiliation en tant que tel) par courrier recommandé avec accusé de réception. La banque dispose de 10 jours pour étudier puis accepter ou refuser votre nouvelle assurance.

Pour éviter toutes sortes de mésaventures, le recours à un spécialiste, et notamment à un courtier en crédit et en assurance, est vivement recommandé.

Votre prêt immobilier est postérieur au 26 juillet 2014 et vous avez déjà essuyé un rejet de délégation de par votre banquier ? Il n’est pas encore trop tard. Quatre ans après la loi Lagarde, la loi Hamon vous permet en effet de changer d’assurance à tout moment dans les douze mois suivant la souscription. Dans les faits, c’est aussi une bonne façon de contourner les a priori défavorables et/ou réticences du prêteur à vous accorder un prêt avec une demande initiale de délégation d’assurance (en savoir plus sur les dispositions de la loi Hamon sur l'assurance emprunteur).

Dans tous les cas, aucun frais ne peut vous être demandé par votre établissement financier en cas de demande de délégation, que celle-ci soit par la suite acceptée ou refusée. Profitez-en!

 

Comment se calcule le montant de l'assurance emprunteur ? 
Selon les établissements et les contrats, trois méthodes différentes déterminent le tarif d'une assurance emprunteur. La plus répandue consiste à fixer le montant de la cotisation annuelle en fonction du capital initial emprumté. L'assurance emprunteur reste alors la même tout au long de la durée du crédit. Certains établissements préfèrent toutefois s'appuyer sur le capital restant dû. Si le taux annuel de la cotisation de départ est alors souvent supérieur, le montant de la cotisation elle-même est aussi dégressif au fur et à mesure que le prêt est remboursé. Enfin, dans certains cas plus rares, le coût de l'assurance peut être fonction, au prorata d'un certain pourcentage, de la mensualité remboursée par l'emprunteur. La cotisation reste, là aussi, fixe tout au long du prêt. Pour obtenir un devis, comparez les assurances emprunteurs.

 

Pensez au remboursement par anticipation ! 

 

En complément de vos petites économies sur votre livret d’épargne, pensez aussi au remboursement par anticipation de votre crédit. Avec les économies que vous réaliserez sur votre assurance emprunteur, cela peut en effet s’avérer être un excellent placement financier. Le gain potentiellement espéré devient d’ailleurs d’autant plus important lorsque le montant de votre assurance est calculé au prorata du capital que vous avez initialement emprunté, comme c’est le cas pour la majorité des contrats de groupe des grands établissements financiers.

Concrètement, à l’occasion d’un remboursement anticipé, vous gommez de facto une partie du capital initialement emprunté. Vous vous retrouvez alors avec un nouveau montant de capital, à partir duquel seront recalculées vos cotisations d’assurance. L’opération est, en revanche, moins avantageuse lorsque l’assurance emprunteur est indexée dès le départ sur le capital restant dû. Dans la mesure où le remboursement des intérêts s’avère supérieur à celui du capital au cours des premières mensualités, la démarche n’a dans ce cas d’intérêt éventuel qu’en seconde partie de prêt.

 

Un dernier cas de figure se présente lorsque la cotisation de l’assurance se base sur les mensualités payées par l’emprunteur. Deux solutions s’offrent à lui. Il peut choisir, dans un premier temps, d’abaisser le montant de ses mensualités et, par conséquent, se voir appliquer immédiatement la baisse de ses cotisations. A l’inverse, il peut également préférer maintenir le niveau de ses mensualités tel quel pour se débarrasser au plus vite de son prêt.  Si ses cotisations ne bougent pas, le gain est toujours réel au terme du crédit, ce dernier étant plus court. Autant de mois supplémentaires au cours desquels le débiteur ne se verra alors ponctionner d’aucun frais d’assurance.

Dans tous les cas, le remboursement anticipé sera d’autant plus rentable si vos conditions générales de prêt ne prévoient aucun frais bancaire spécifique à cet effet. En tout état de cause, n’hésitez pas à négocier l’intégration d’une telle clause avec votre banquier au moment de signer votre prêt !

 

Cas concret : Monsieur et Madame Thévenin ont contracté un prêt immobilier de 180 000 sur 20 ans. L’assurance emprunteur de leur banque affiche un taux annuel de 0.6% indexé sur le capital initial. Leur cotisation annuelle s’élève par conséquent à 1080 euros.

Après cinq années de crédit, M. et Mme Thévenin décident de procéder au remboursement anticipé d’une partie de leur prêt à hauteur de 8000 euros. Ils ont alors déjà remboursé 29782 euros de capital (150218 euros de capital restant dû).  A la suite de ce remboursement, il ne leur reste plus que 142 218 euros de capital à acquitter. Leur cotisation annuelle affichera dès lors un montant de 853 euros au lieu de 1080 euros. Sur les quinze dernières années du prêt, cela représente une économie de plus de 3400 euros

 

L'utilité du rachat de crédit !

 

A une période où les taux d’intérêts sont au plus bas, l’avantage d’un rachat de crédit se fait d’autant plus sentir. L’objectif est simple : annuler son prêt, devenu moins intéressant que ses équivalents en cours de négociation, pour bénéficier des nouvelles conditions générales plus avantageuses du moment.

Pourtant, à taux d’intérêts équivalents, l’opération peut là encore s’avérer tout aussi judicieuse. Au-delà de l’état du marché actuel, il faut en effet comprendre qu’en procédant à un rachat de crédit, vous repartez en réalité sur un nouveau prêt. Or, après quelques années de remboursement du précédent, le montant du capital emprunté n’a plus besoin d’être aussi élevé que l’initial.

 

"Grâce à un emprunt moins important, vous pouvez espérer bénéficier de taux d’intérêts plus avantageux mais aussi d’une assurance emprunteur elle-même en baisse."

 

Inéluctablement, le coût total du crédit subit alors une véritable cure d’amaigrissement. Les plus grands spéculateurs en profiteront pour maintenir le niveau de leurs mensualités, tout en remboursant à chaque fois – et de façon indolore  – davantage de capital. La contrepartie est directe : le crédit est amorti plus rapidement. Or, à durée de remboursement moindre, les taux d’intérêts fléchissent.  

Seule ombre au tableau : un rachat de crédit suppose dans la plupart des cas un changement d’établissement bancaire et une nouvelle domiciliation de ses revenus. Et, a fortiori, de ses prélèvements. Une démarche qui risque d’en rebuter plus d’un. A défaut, vous pouvez toujours feindre auprès de votre banquier la volonté de partir, en ayant préalablement obtenu différentes propositions de rachat de la part d’établissements concurrents. Vous le contraindrez ainsi, avec plus de force, à renégocier votre prêt. 

 

Bien comparer les prêts immobiliers
Pour gagner sur les taux d'intérêts et sur le montant de votre assurance emprunteur, vous avez décidé de procéder à un rachat de votre crédit immobilier ? Notre comparateur peut vous aider dans cette démarche en vous offrat une vision globale de ce qui se pratique actuellement sur le marché, et en comparant les offres de plus d'une centaine de banques. 

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Jusqu'à 60% d'économies sur votre assurance emprunteur

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com