x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Cette carte bancaire intelligente, on la veut !

Carte bancaire intelligente

L’inventivité en matière de fraude à la carte bancaire est sans limite. Heureusement, celle des entrepreneurs aussi et l’on ne cesse de voir de nouveaux systèmes de protection voir le jour.

 

L’innovation touche aussi le secteur bancaire, et nous pouvons nous attendre un jour à ne plus taper notre code de carte bleue mais à apposer nos empreintes digitales. Problème, ce n’est pas demain que nous disposerons d’ordinateurs capables d’enregistrer nos empreintes et de protéger nos données en ligne. 

 

Déjouer les attaques des pirates  

 

La solution à l’usurpation des données bancaires en ligne nous vient peut-être des Etats-Unis. A l’origine de la nouvelle carte bancaire anti-fraude de la start-up Final, trois victimes d’un vol de leurs données bancaires sur le net. Pas n’importe quelles victimes d’ailleurs, puisqu’elles ont fait partie du Target’s Data Breach.

Petit rappel des faits : en 2013, la chaîne de magasins américains Target s’est fait pirater. Les voleurs ont réussi à mettre la main sur les données de cartes de crédit et de débit de 40 millions de personnes, en pleine période de courses de Noël. Un scandale d’une ampleur sans précédent. Les pirates ont en effet non seulement obtenu les numéros de carte bancaire, mais aussi le nom associé, le code de sécurité (les 3 chiffres au dos) ! 

 

Un programme pilote pour l’été

 

Encore un peu de patience, puisque la carte intelligente de Final ne devrait être lancée qu’à l’été, au court d’un programme pilote. Mais les raisons de s’enthousiasmer sont nombreuses. Final a pensé à tout, ou presque !

 

  • Une carte, des codes 

Pour se protéger au mieux contre le vol de données, l’idéal serait de posséder une carte par commerçant, ou presque. C’est exactement ce que propose Final. Sa carte, unique, change de code en fonction soit de la transaction, soit du commerce. On ne parle pas du code PIN mais du numéro à 12 chiffres sur la carte.

Si les victimes du Target’s Data Breach avait eu une carte Final, elles auraient simplement supprimé ou fait opposition sur le compte assorti à Target et conservé leur carte bancaire. 

 

  • Des alertes pour mieux identifier les fraudes

La carte permet également d’instaurer un plafond mensuel de dépenses par compte. Ainsi, quand bien même un voleur mettrait la main sur les données, il serait limité. Il ne passerait pas non plus inaperçu, puisque l’on peut être averti par sms des dépenses faites avec la carte Final.  

Pas étonnant que cette « smart » carte ait trouvé des investisseurs sans trop de difficulté. Ses concepteurs ont récemment levé un million de dollar. Espérons que l’invention traversera l’Atlantique.  

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez les banques en ligne

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com