x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Crédit immobilier : comment optimiser ses chances face au banquier ?

Crédit immobilier : comment optimiser ses chances face au banquier ?

Pour contracter un prêt immobilier, il y a un moment où le passage devant le banquier s’impose. Or, à l’image de tout entretien, certains codes existent pour charmer le professionnel qui est devant vous. Rassurez votre banquier, découvrez toutes les astuces pour optimiser vos chances de crédit.

 

C’est un paradoxe économique. Alors que les taux d’intérêts sont au plus bas et que les chances de se retrouver écrasé sous le poids de la dette sont mathématiquement moins élevées, les banques sont aussi de plus en plus frileuses à l’idée d’octroyer un crédit. Du moins, depuis la fameuse crise des subprimes, elles n’ont jamais cessé d’accroître leurs exigences. En quelques années, certaines études montrent ainsi que le nombre de crédits accordés a baissé de près de 30%.
 

Toutefois, à l’impossible nul n’est tenu. Si elles font preuve de plus de prudence qu’il y a quelques années, les banques n’ont pas complètement fermé les robinets du crédit. A condition de vous montrer sous votre meilleur profil, ce peut être l’occasion de charmer votre banquier et de réaliser d’excellentes affaires. En sept points, apprenez à optimiser vos chances de voir votre crédit accepté

 

1- Rassurez votre banquier

 

C’est la première étape d’une opération séduction réussie. En cette période de crise et d’incertitude, vous devez chercher à lui prouver que vous êtes un emprunteur de confiance. A ce titre, le Graal, reste bien entendu le CDI (Contrat à durée indéterminée) à temps plein. Si tel est le cas, attendez cependant d’avoir au moins six mois d’ancienneté dans la même société. Votre dossier aura alors encore plus de chances d’être accepté au fur et à mesure que vous serez en mesure de justifier d’une certaine stabilité professionnelle.

Dans le cas contraire, ne désespérez pas ! Rien n’est forcément joué d’avance. En particulier, si vous êtes à votre compte et/ou profession libérale, n’hésitez pas à en faire trop et à ramener à votre banquier vos deux ou trois dernières années de bilan. La caution d’un ami et/ou d’une personne de votre famille peut dans bien des cas permettre de lever certains doutes. Quoi qu’il en soit, lors de l’entrevue, votre projet doit apparaître comme suffisamment réfléchi et abouti. Montrez au professionnel qui est devant vous que vous avez tout prévu, en particulier votre nouveau budget avec cette nouvelle dépense supplémentaire que représentera votre crédit.

 

Comparez les crédits auprès de plus de 100 banques
Afin de vous éviter la tournée des banques, les longues attentes, et le tout sans être sûr d'obtenir le meilleur taux, nous vous conseillons de faire appel à un courtier en crédit immobilier pour négocier sereinement votre emprunt et réaliser votre projet. Découvrir le service.

 

2- Soyez un gestionnaire modèle

 

Inutile d’espérer quelque chose si vous êtes en découvert de plusieurs centaines d’euros chaque mois ! Avant toute chose, le banquier a besoin d’être rassuré que vous pourrez bien lui rembourser l’intégralité de la somme qu’il vous a prêtée. Or, avouez qu’en de pareils cas, cela peut paraître difficile ! Dans la mesure du possible, le nouveau prélèvement représenté par le crédit doit en effet harmonieusement pouvoir se greffer à votre budget actuel. Fixez-vous donc une discipline de fer en matière de dépenses. Evitez les écarts, interdisez-vous tout découvert au moins pendant les 3 à 6 mois précédant votre demande.

 

3- Soyez plus fourmi que cigale

 

C’est la suite logique de la précédente étape. La meilleure façon de prouver à un banquier que vous vous fixez une discipline budgétaire de fer est de lui montrer que vous êtes prévoyant. Une épargne régulière, même minime, sera toujours appréciée. C’est aussi une façon simple de lui souligner que ce que vous serez désormais amené à dégager chaque mois pour financer votre crédit, vous le faisiez déjà en prévision de certains projets. Dans bien des cas, en effet, un établissement financier préfère faire affaire avec un ménage qui, même s’il ne présente pas de grosses rentrées d’argent, est capable de mettre un petit pécule de côté chaque mois, plutôt qu’avec un cadre supérieur dont la totalité de la paie aurait déjà été dépensée en à peine trois semaines. 

 

4- Optimisez votre ratio d’endettement

 

Il ne suffit pas de contracter un crédit, il faut encore le rembourser. Car au-delà des mensualités de votre nouveau prêt, toutes vos charges quotidiennes, d’énergie et de nourriture notamment, ne disparaissent pas pour autant ! Pour éviter qu’un crédit ne se transforme en goulet d’étranglement, c’est aujourd’hui un critère sur lequel les banques ne badinent plus : votre taux d’endettement ne doit pas dépasser le tiers de vos revenus. Dans la mesure du possible, il est par conséquent plus que recommandé d’épuiser l’ensemble de ses emprunts, et notamment à la consommation, avant d’envisager de s’endetter à nouveau pour un bien immobilier. Arriver devant son banquier avec toute une série de crédits sous le bras, et vous partez déjà avec un handicap. A défaut, tentez de regrouper l’ensemble de vos prêts via une opération de rachat de crédits. Dans la balance, cela peut vous permettre de faire baisser vos taux d’intérêts et surtout d’optimiser votre ratio d’endettement.

 

5- L’apport, un gage de confiance supplémentaire

 

L’époque où les établissements financiers n’avaient pas véritablement d’exigences en termes d’apport personnel pour un prêt immobilier semble bel et bien révolue. La grande majorité des organismes demandent désormais au souscripteur la possibilité de mettre dans la balance l’équivalent de 10% de la somme qu’il souhaite emprunter. Au-delà du sacrifice initial que peut représenter un tel apport pour le futur propriétaire, c’est aussi et surtout un gage de confiance supplémentaire pour le banquier, une preuve de votre solvabilité et de votre rigueur financière. Plus votre apport est important, plus les taux d’intérêts qui accompagnent votre emprunt s’avèrent d’ailleurs compétitifs. Toutefois, pour les plus modestes, cette condition n’est pas toujours rédhibitoire. Pour les primo-accédants et notamment en cas d’achats avec travaux, l’établissement financier peut dans certains cas encore accepter de financer votre projet à hauteur de près de 100%.

 

6- Constituez-vous un dossier irréprochable

 

Dès le premier entretien avec votre banquier, n’hésitez pas à vous présenter muni d’un dossier présentant précisément les différents éléments chiffrés de votre projet : son coût total, le montant que vous cherchez à emprunter et pour quoi faire. N’hésitez pas le cas échéant à  y joindre les premières pièces indispensables à toute souscription de crédit.

 

  • Vos trois derniers relevés de compte
  • Vos trois derniers bulletins de paie
  • Vos deux derniers avis d’imposition

 

Cette présentation permet ainsi à votre conseiller financier de mieux cerner dès le départ votre projet et potentiellement de vous suivre plus facilement. Elle démontre surtout le sérieux que vous avez mis à l’établir ainsi que votre motivation. Si cette dernière ne fait évidemment pas tout, elle peut dans certains cas constituer le petit élément supplémentaire qui peut faire pencher la balance de votre côté. On a bien souvent davantage envie de s’engager auprès de quelqu’un de déterminé, qui sait où il va et qui, inéluctablement, mettra tout en œuvre pour y parvenir.

 

7- Soyez convaincu de la viabilité de votre projet

 

Dans l’octroi d’un crédit, il y a toujours une petite part de subjectivité, dans un océan d’éléments objectifs. En particulier si votre dossier présente certaines faiblesses, votre force peut alors consister à tenter de charmer ou tout du moins de rallier le banquier à votre cause. Pour cela, soyez convaincu par votre projet, vivez-le ! Or, pour bien le présenter, il faut d’abord le connaître à la perfection. Avant de prendre rendez-vous avec votre conseiller financier, il apparaît donc primordial de vous renseigner un minimum sur le bien convoité et sur son environnement immédiat. Votre projet doit lui apparaître comme étant suffisamment abouti et réfléchi. C’est souvent la première étape d’une transaction réussie. En matière de crédit, il y a souvent peu de place au hasard.

 

Faites jouer la concurrence pour optimiser vos chances !
Votre profil présente quelques handicaps pour le prêteur ? Ne desespérez pas ! Ce n'est pas parce que votre dossier a été refusé une première fois par un établissement financier qu'il le sera forcément par un autre. En effet, les banques s'appuient toutes sur leurs propres conditions de crédits. Un taux d'intérêt un peu moins élevé et/ou une durée d'emprunt un peu plus longue peuvent notamment changer la donne. N'hésitez pas à confronter les offres de crédits de différents partenaires grâce à notre comparateur de crédit immobilier.

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les crédits immo auprès de plus de 100 banques

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com