x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Electriques, hybrides, hydrogène, où en sont les motorisations alternatives ?

Toyota Yaris hybrid

Les véhicules propres, ou moins polluants, font partie des priorités des constructeurs qui développent chaque jour de plus en plus d’alternatives aux blocs thermiques. Mais l’on tourne systématiquement autour des mêmes problématiques : un prix d’achat trop élevé, et une autonomie trop faible. Quelque chose a-t-il changé ?

 

Les électriques

 

Si les voitures électriques nous ont longtemps laissé croire à leur démocratisation toute proche, force est de constater qu’elles restent inaccessibles à la plupart des automobilistes. Première cause, des prix de vente exorbitants pour des performances routières très moyennes. D’autant qu’en l’état actuel, avec un réseau national de bornes de recharge très limité, voire quasi inexistant dans certains endroits, la VE ne peut pas devenir la voiture principale d’un foyer.

190 km d’autonomie, voilà par exemple ce qu’annonce la Volkswagen e-Golf avec un prix de base de 28 600 €. Pour un budget plus raisonnable de 21 490 € (sans les batteries), la Zoé vous invite à 210 km de voyage (en savoir plus sur la Renault Zoé ). Mais n’oublions pas que les chiffres constructeurs sont toujours très optimistes, ou calqués sur un style de conduite absolument parfait et linéaire. Comme nous ne sommes pas des robots, peu de chance d’arriver à parcourir une telle distance.

Non, pardon, nous sommes un peu injustes. Si vous avez 65 460 € à investir, vous pourrez vous offrir une Tesla Model S qui annonce une autonomie de 375 km avec une batterie de 60 kWh. Pour espérer atteindre les 500 km, via une batterie de 85 kWh, comptez entre 82 000 et 96 000 €.

 

Volkswagen e-golf
 

Cela dit,  l’on apprécie l’effort des constructeurs de développer des VE qui ne ressemblent plus à des soucoupes volantes mais bel et bien à des voitures ordinaires.

Bien sûr, les tarifs affichés par les concessionnaires remisent déjà le bonus écologique que le gouvernement vient de faire passer au stade de superbonus en le revalorisant à hauteur de 10 000 €.

 

Pour aller plus loin sur l'achat de votre véhicule neuf
Choisir.com vous propose de retrouver des modèles électriques et hybrides à des prix remisés. Découvrez le service.

 

Les hybrides

 

En matière de voitures hybrides, l’on distingue deux technologies principales : l’hybride (dont la batterie se recharge uniquement en roulant), et l’hybride rechargeable (qui peut se brancher au secteur). Les innovations de ce côté-là nous sont tout d’abord venues du Japon avec Toyota dans un rôle de précurseur. PSA, avec sa technologie Hybrid4, lui a emboîté le pas avec un certain succès. Aujourd’hui, la majorité des constructeurs proposent de l’hybride, même les marques qui mettent en avant les performances routières à l’instar de BMW, Audi, Lexus ou Infiniti.

 

 

Cependant, les chiffres de consommation, et les rejets de CO2 dépassent parfois l’entendement. Une BMW ActiveHybrid 3 consomme 5,9 l/100 km et rejette 139 g de CO2/km. Les vertus écologiques ne sont clairement plus à l’ordre du jour dans ce genre de cas.

Autre tendance, l’option de blocs essence en lieu et place du Diesel pour s’associer à l’électrique. Un choix qui pourrait se justifier peu à peu avec la sobriété grandissante de l’essence. (Le Diesel est-il encore avantageux pour votre voiture ?)

 

"L’hybride est une excellente alternative qui permet à la fois d’utiliser les avantages de l’électrique, et de passer sur le bloc thermique en fin d’autonomie."

 

Notons que PSA s’est lancé dans le développement d’une technologie HybridAir qui n’a toutefois pas abouti. Décrié par de nombreux acteurs du développement durable, ce concept basé sur l’utilisation de l’air comprimé semble avoir été remisé au fond d’un placard pour longtemps.

 

BMW X5 xDRIVE 40 e 

 

Les voitures à hydrogène

 

Encore mystérieuses pour beaucoup, les voitures à hydrogène ne sont pour l’instant pas encore d’actualité en France. Le principe technique est simple, la voiture à hydrogène est une voiture électrique dotée d’une pile à combustible (remplie d’hydrogène). Pour faire bref, cette pile à combustible permet d’augmenter considérablement l’autonomie de la batterie embarquée.

Ainsi, l’hydrogène est en mesure d’annoncer des distances parcourues dignes d’un plein de carburant. De plus, la pile à combustible peut être rechargée en moins de cinq minutes. Un détail vient pourtant noircir le tableau. En effet, la production d’hydrogène est particulièrement gourmande en électricité, ce qui est finalement un non-sens écologique.

Une nouvelle piste semble toutefois être développée par les ingénieurs avec l’utilisation du glucose et du xylose contenus dans les plants de maïs. Affaire à suivre.

En Europe, la voiture à hydrogène débute sa commercialisation au Danemark, en Angleterre et en Allemagne. Pour l’heure, la France ne prévoit pas l’installation de structures adéquates pour ce véhicules qui ne peuvent pas être rechargées sur les bornes des VE.

 

  

L'avis de Choisir.com

 

La voiture électrique ne pourra regagner du terrain que si les infrastructures de recharge rapide se multiplient, ce qui ne semble pas être en voie d'arriver avant 2020. D'où la remarque de certains qui affirment que l'hybride a tué l'électrique. Ce n'est pas totalement faux. Mais si la production d'hydrogène se simplifie, l'hybride pourrait à son tour en être victime. Vous l'aurez remarqué, en ce qui concerne les voitures propres, tout reste au conditionnel, même en 2015. 

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com