x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Renault : polluant mais pas hors-la-loi !

affaire renault

L’affaire Volkswagen a éveillé bien plus que de la méfiance. Aujourd’hui, c’est Renault qui se fait épingler par une commission d’enquête indépendante. En cause, des taux d’homologation de CO2 et de NOx qui ne correspondent pas à la réalité. Alors, véritable fraude ou simple arrangement avec les phases de test ?

 

Les infos s’emballent...

 

Les informations vont vite sur l’actualité de Renault. Trop vite d’ailleurs. Au point que certains de nos confrères tirent des conclusions hâtives qu’ils transforment en scoop.

Mais quand c’est une ministre qui mélange les affaires, pas étonnant que les actions de notre constructeur au losange dégringolent. Ce mardi 19 janvier, Mme Ségolène Royal, ministre du transport et de l’écologie, intervient au micro de RTL pour parler de l’affaire Renault.

Cette affaire, dévoilée la semaine dernière par une commission d’enquête indépendante, révèle que le Captur et l’Espace V génèrent des taux de pollution bien supérieurs aux normes en vigueur.

 

"Les tests en ateliers sont largement arrangés, mais leurs résultats sont légaux."

 

Cette commission d’enquête a vu le jour suite au récent scandale Volkswagen qui a secoué l’univers automobile. Son objet, vérifier en conditions réelles que les véhicules homologués respectent bien les taux de pollution imposés par la législation.

Une bonne idée cette commission pour faire le pont entre le flou actuel des tests et le nouveau protocole prévu pour 2017 (le WLTC). Car on le sait, les phases appliquées aujourd’hui sont largement optimisées par les constructeurs (véhicules allégés, températures optimales, etc).

 

"L’action Renault a perdu 20 % en bourse."

 

Ce n’est pas une fraude, mais un arrangement connu de tous. Cependant, il est vrai que les chiffres obtenus sur certains véhicules Renault sont assez déplorables...

 

 

Et les autres constructeurs ?
Renault n’est pas le seul constructeur épinglé par la commission d’enquête. Mercedes et Ford sont également pointés du doigt, et notamment le best-seller Opel Zafira qui dépasserait lui aussi largement les taux en vigueur.

 

Mais alors pourquoi 15 800 Captur rappelés ?

 

Dans ces tests en conditions réelles menées par la commission d’enquête, le Captur dCi 110 ch a été épinglé comme polluant de trois à quatre fois plus que les normes acceptables.

En cause, la calibration du piège à NOx (NOx trap) qui ne fonctionnerait de façon normale que dans une plage de température comprise entre 17° et 35°.

Pourtant, malgré ce que l’on pourrait qualifier d’anomalie, Renault n’est pas hors-la-loi puisque son dCi répond aux seuils imposés par les tests officiels, selon leur déroulement tout à fait critiquable.

Et il ne faut pas tout confondre. Pour l’heure, aucun rappel n’est en lien avec les découvertes de la commission d’enquête. 15 800 Captur ont bien été rappelés par le constructeur, mais cela ne fait pas suite à ces toutes dernières révélations.

 

"Renault n’a pas enfreint la législation, mais pollue tout de même."

 

En effet, Renault a identifié dès juillet 2015, soit bien avant le scandale Volkswagen, un problème sur son système antipollution. Cela concerne les Captur dCi 110 ch aux normes Euro6b fabriqués entre février et septembre 2015.

Ce rappel a débuté au mois de novembre, là encore avant que le constructeur au losange ne soit épinglé par la commission.

L’intervention d’une demi journée est entièrement prise en charge. Les propriétaires des véhicules concernés sont contactés par courrier afin, s’ils le souhaitent, de procéder à une mise à niveau en atelier.

S’ils le souhaitent car là encore aucune obligation légale n’existe. Puisque les tests sont bons.

 

Renault Captur

 

Pas prêts pour l’Euro6c

 

Le service communication de Renault demeure sur ses positions : « tous les véhicules Renault sont conformes aux normes en vigueur. ». Et continue de démentir le chiffre de 700 000 véhicules qui devraient peut-être être rappelés selon certains organes de presse.

Il s’agit en réalité d’une extrapolation sur les résultats de la commission, car le Captur n’est pas le seul dans le viseur, et l’Espace V semble être lui aussi largement incriminé.

Toutefois, le constructeur avoue que le fonctionnement de sa vanne EGR peut être largement amélioré. Dès juillet 2016, les propriétaires des blocs concernés pourront se rendre en concession pour une intervention là encore gratuite.

Quant à la NOx trap, il semblerait qu’elle ne puisse pas satisfaire aux normes Euro6c qui seront en vigueur dès septembre 2017. Renault doit donc se lancer dans un véritable plan d’amélioration.

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Peut-on reprocher à un constructeur de répondre au cahier des charges imposé par la législation sans aller au-delà ? Voilà un débat stérile où tout le monde peut avoir raison. Le protocole WLTC de tests en conditions réelles, prévu pour 2017, mettra fin à toutes ces ambiguïtés. Du moins nous l’espérons.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Renault, Automobile, Dieselgate

réservez gratuitement votre essai auto en concession

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com