x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Salon automobile de Genève 2015 : le bilan

Salon automobile de Genève 2015 : le bilan

Alors que s’est clôturé le Salon de Genève 2015, l’heure est au bilan pour les organisateurs et les constructeurs. Une fréquentation en hausse, des premières attendues, et des stands en vue pour les petits équipementiers, tout était réuni pour renforcer la réputation du salon helvétique. Le Salon de Genève 2016, 86ème du nom, se tiendra du 3 au 13 mars 2016.

 

Qualitatif avant tout

 

Même s’il est toujours de bon ton de se féliciter d’une fréquentation en hausse, le Directeur général de l’évènement aime à rappeler que « le mot d’ordre reste la qualité et non pas la quantité ». En effet, avec 682 000 visiteurs cette année (environ la moitié du Mondial de Paris), Genève n’a pas vocation à drainer d’avantage de public. Lucide, André Hefti précise « Nous ne cherchons pas à attirer d’avantage de visiteurs ; compte tenu de l’infrastructure existante, leur confort de visite en souffrirait ». Quant au Président du salon, Maurice Turrettini, il rappelle la philosophie de cette « vitrine mondiale de l’automobile qui réunit non seulement tous les grands constructeurs, mais qui accorde aussi une place de choix aux petits constructeurs, équipementiers, carrossiers et préparateurs ».

 

 

Rappelons que le Salon de Genève se retrouve parmi les cinq salons certifiés par l’OICA (organisation internationale des constructeurs automobiles) aux côtés de Paris, Francfort, Détroit et Tokyo.

 

Des constructeurs premiums chez eux

 

Si les passionnés d’automobiles ont pu trouver les tendances écolos des derniers salons un peu soporifiques, ils ont pu en revanche se rattraper en beauté cette année à Genève. Bien que la préservation de l’environnement ait été au cœur des préoccupations lors de l’élaboration de nombreux modèles, force est de constater le retour des gros bolides outrageux à souhaits qui font fi des émissions de carbone et des passages à la pompe. Si ce salon préfigure le futur, alors nous aurons droit aux voitures les plus sobres et les plus ennuyeuses, tandis que les plus aisés tâteront de l’accélérateur sans modération… à moins que ce ne soit déjà le cas…
 

Ferrari 488 GTB


 

Jaguar F Type-S coupé

 

Des constructeurs généralistes frileux

 

Il faut bien l’avouer, en termes de voitures « concrètes », celles que vous vous achèterez ou que vous croiserez sur les routes, les constructeurs sont de plus en plus frileux. Les restylages ne sont pas toujours évidents à détailler au point que l’on en arrive parfois au jeu des sept erreurs. Quelques changements distillés avec précaution pour ne pas trop bouleverser les acheteurs, mais aussi pour réduire les coûts de production, voilà ce que nous ont livré les généralistes en grande partie. Peugeot 208, Citroën C4, BMW Série 1, Audi Q3 et Range Rover Evoque étaient attendus… et ont déçu par le peu de changements qui leur ont été apportés. Du moins, la presse est déçue, pour le grand public les chiffres de vente parleront d’ici la fin de l’année.

En revanche, du côté des vraies nouveautés, la moisson a été prometteuse, mais principalement axée sur les SUV et Crossover. L’on retient notamment les Renault Kadjar, Honda HR-V, nouveau Suzuki Vitara et nouveau Hyundai Tucson. Côté berlines, c’est surtout la nouvelle Honda Jazz qui a fait sensation.

N’oublions pas non plus l’élection de la Passat au rang de voiture de l’année 2015, et la présentation de son pendant Alltrack dont la commercialisation est prévue pour mai 2015.

 

 

Des équipements démocratisés

 

Autre point, la bonne tendance qui s’est confirmée sur ce Salon de Genève, c’est la démocratisation des équipements de sécurité et de confort sur les modèles de série. En effet, les innovations techniques dont sont dotées les voitures premiums mettaient une bonne dizaine d’années à trouver leur place dans des véhicules accessibles à tous les foyers. Désormais, l’on peut retrouver des équipements de pointe sur des modèles d’entrée de gamme trois à quatre ans après leur apparition.

 

Pour aller plus loin sur l'achat de votre véhicule neuf
Choisir.com vous propose de retrouver tous les modèles Renault, Peugeot, Volkswagen, Nissan, Audi, Citroën et autres à des prix remisés. Découvrez le service.

 

Pour exemple, la Honda Jazz qui propose un système de lecture des panneaux, le freinage automatique à basse vitesse, le régulateur de vitesse adaptatif, ou encore l’alerte franchissement de ligne et angle mort. Le tout pour un budget inférieur à 20 000 €. Voilà qui a de quoi remonter le moral.

La Peugeot 208, dont, comme vu précédemment, le restylage est à peine perceptible, fait en revanche un bond technologique elle aussi en embarquant l’aide au freinage, l’aide au parking, et les feux full LED. Impensable pour une citadine il y a encore peu. Il est d’ailleurs possible que PSA nous réserve une année 2015 assez riche en surprises avec notamment la vision de nuit par caméra infrarouge sur la C1.
 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Un salon qui fait la part belle aux sportives et grosses cylindrées, avec pour principale mission la rencontre entre constructeurs et équipementiers. Le défi est une nouvelle fois réussi. Pour d’avantage de nouveautés destinées aux marchés les plus porteurs, il faudra patienter jusqu’en septembre avec le Salon de Francfort.

 

 
Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les promotions auto jusqu'à -41 % de remise

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com