x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Hausse des prix du gaz et de l'électricité : faut-il quitter le tarif réglementé ?

tarif réglementé gaz et électricité

Il y a quinze ans, le tarif réglementé de l’énergie était censé protéger le consommateur contre les imperfections du marché. Quinze ans plus tard, les offres de marché sont mises en valeur au travers de multiples campagnes publicitaires et par les politiques européennes. Alors, faut-il quitter le tarif réglementé ?

 

Le tarif de l’électricité a augmenté de 2.5 % au le 1er août. Un deuxième coup dur pour près de 90 % des ménages après la précédente hausse, elle-même de 2.5 % en novembre dernier.

Une minorité va pourtant pouvoir échapper à cette appréciation des tarifs. La raison de ce privilège ? Ils ont choisi de souscrire à une offre à tarif de marché, soit auprès d’EDF, GDF Suez/Engie ou auprès d’un fournisseur alternatif.

Ont-ils raison ? Y a-t-il un risque ? Le changement est-il vraiment synonyme d’économies ?

 

Tarif de marché/tarif réglementé : quelles différences ?  

 

Pendant longtemps, souscrire un contrat de gaz ou d’électricité, c’était obligatoirement choisir l’opérateur historique. 

L’Etat français avait en effet pris le parti de faire de l’énergie une question d’ordre nationale en imposant un tarif réglementé. 

Sous impulsion de l'Union européenne, ce monopole d’Etat a progressivement laissé place à un marché plus ouvert et libéralisé.

En complément du tarif réglementé, de nouveaux acteurs se sont se sont ainsi vus accorder l’autorisation de proposer leurs propres offres. 

Des tarifs libres, soumis à la seule loi de l’offre et de la demande : ce sont les tarifs de marché.

Petit à petit, les opérateurs historiques, se sont eux-mêmes mis à proposer leurs propres offres de marché.

 

Le tarif réglementé est-il menacé ? 
En ouvrant progressivement le marché de l'énergie à la concurrence, le législateur souhaite à terme déréguler complètement le secteur. Cette dérégulation a d'ores et déjà commencé pour certains consommateurs. A compter du 31 décembre 2015, les tarifs réglementés de vente de l'électricité et du gaz seront ainsi supprimés pour les plus gros utilisateurs. 

 

Comment sont calculés les prix des tarifs réglementés ?

 

Alors que les tarifs de marché dépendent essentiellement des choix marketing opérés par l’entreprise, les tarifs réglementés ne sont pas librement fixés par le fournisseur.

Tous les mois pour le gaz et une à deux fois par an pour l’électricité, ils sont directement déterminés par le ministère de l’Energie, après avis consultatif de la Commission de régulation de l’énergie (CRE).

 

"Des règles précises doivent servir de base de négociation pour déterminer le prix des offres réglementées."

 

Ces derniers mois, cette réalité a d’ailleurs valu aux ménages français des factures de régularisation rétroactives concernant la période 2011/2013, le Conseil d’Etat ayant estimé que les tarifs arrêtés par le ministère pour cette période ne respectaient pas les règles.

Si l’Etat reste en théorie le seul décisionnaire, les règles européennes imposent désormais aux gouvernements nationaux de tenir compte des coûts réels de la fourniture de l’énergie dans le calcul des tarifs réglementés.

 

EDF vous explique comment va se dérouler la fin des tarifs réglementés pour les gros consommateurs :
 

 

Les tarifs de marché sont-ils vraiment plus intéressants ?

 

Pour se développer, les opérateurs alternatifs doivent se différencier du modèle réglementé. Par les prix pratiqués et/ou par le gel des tarifs garanti pendant une période définie, les initiatives pour attirer de nouveaux clients sont nombreuses.

De fait, souscrire à une offre de marché permet en moyenne à un ménage de réaliser des économies de l’ordre de 5 à 10 % au regard du tarif réglementé. Toutefois, tous les contrats ne se valent pas.

Certains opérateurs préfèrent ainsi vous garantir des offres à tarif indexé. Comprenez par là que si les prix réglementés s’apprécient de 3 %, votre note augmentera également selon les mêmes proportions.

 

"Même si de façon générale, les offres de marché sont moins onéreuses, des cas particuliers peuvent exister. Soyez-y attentif !"

 

Pour plus de sécurité, les offres à tarif fixe se multiplient. Pendant une période de un, deux ou trois ans selon les contrats, votre fournisseur s’engage à vous bloquer le coût de votre énergie. 

En tout état de cause, n’hésitez pas à comparer à la fois le coût hors taxe du kilowattheure mais aussi celui de l’abonnement proposé par les différents acteurs. 

 

Auprès de qui souscrire ?

 

Si vous êtes un inconditionnel du tarif réglementé, votre seul fournisseur possible demeure l’opérateur historique : autrement dit, EDF pour l’électricité et GDF Suez/Engie pour le gaz

En matière d’offres de marché, au contraire, la concurrence bat son plein et une multitude d’opérateurs alternatifs se disputent le marché. Entre Total Spring (anciennement Lampiris), ENI, Antargaz ou Direct Energie, le consommateur a le choix du roi.

Si vous hésitez à quitter le giron de l’ex-monopole d’Etat, là encore, EDF et GDF Suez/Engie ont toutes deux développé leurs propres offres de marché pour les deux énergies. Les deux ex filiales sont en effet devenues concurrentes.

 

Le passage aux tarifs de marché est-il sans retour possible ?

 

Conscient du frein qu'une impossibilité de retour en arrière peut constituer pour le développement de la concurrence, le législateur a instauré dès 2010 le principe de réversibilité.

Consacré par la loi NOME, il offre désormais au consommateur la possibilité d’aller et venir entre les offres de marché et le secteur réglementé. Une tranquillité d’esprit en cas d’inversion du niveau des prix et la sécurité de payer moins cher, quoi qu’il arrive.

Finalement, le seul risque de profiter des offres de marché est bien de faire baisser la facture, avant d’y être contraint !

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

Généralement moins chères, les offres de marché sont aussi souvent plus sécurisantes, comme en attestent le développement des formules à prix "fixe". Le tarif est alors prévu contractuellement et vous êtes à l'abri de toute augmentation tarifaire ainsi que des factures de rattrapage rétroactives concernant toute la période sur laquelle court votre contrat. En période de crise, un peu plus de sécurité et de visibilité ne fait pas de mal.  

 

 

 

Notre spécialiste vous aide

Déménagement, résiliation, litige, coupure, devis personnalisé, question sur votre facture, le spécialiste énergie de Choisir.com vous aide par téléphone !

 
Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez et économisez sur les tarifs de l'électricité et du gaz

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com