x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Comment fonctionne votre syndic de copropriété ?

syndic de copropriété

Il est au cœur de la vie des immeubles, pour le meilleur et parfois pour le pire : le syndic de copropriété. Ses tâches sont nombreuses, d’où l’importance de pouvoir lui accorder toute sa confiance.

 

Un syndic professionnel pour une variété de missions

 

La plupart des copropriétés font appel à un syndic professionnel pour leur gestion administrative et financière et les relations avec les habitants.

Il doit être élu à la majorité absolue par l’Assemblée des copropriétaires et ce pour une durée de 3 ans au plus. La loi Allur, qui date du 24 mars 2014, impose la mise en concurrence de plusieurs syndics.

 

Pour être syndic, il faut répondre à des critères précis, comme l’indique le site du Service public : 

  • Justifier d’une garantie financière suffisante destinée à assurer à la copropriété le remboursement de ses fonds en cas de faillite,
  • Justifier d’une assurance responsabilité civile professionnelle,
  • Ouvrir un compte bancaire ou postal séparé au nom de la copropriété (sauf vote contraire des copropriétaires),
  • Posséder une carte professionnelle de gestion immobilière délivrée par la préfecture.

 

Les actions du syndic sont publiques, puisqu’il publie un compte-rendu de l’Assemblée générale et tient des carnets d’entretien.

 

Les champs d’intervention du syndic sont très précis et il remplit plusieurs fonctions :

  • Une fonction financière  il est en charge de percevoir les charges et de gérer les finances de la copropriété, il établit notamment un budget prévisionnel.
  • Une fonction administrative : il souscrit les assurances nécessaires, vérifie les mises en conformité, demande des devis, choisit les prestataires pour effectuer des travaux.
  • Une fonction de gestionnaire : il applique en effet les décisions qui ont été votées en Assemblée générale. Il ne prend pas de décision par lui-même mais doit agir en ligne avec ce qui est décidé en Assemblée.
  • Une mission plus diplomatique : celle de conciliateur entre les copropriétaires, qui peuvent parfois avoir de graves différends. Il s’assure que tous agissent dans le respect du règlement de la copropriété.

 

Des services qui ont un coût

 

L’essentiel de la rémunération des syndics doit se faire selon un mode forfaitaire, en fonction de la quantité de travail qui incombe au syndic dans la gestion courante de la copropriété et de ses finances.

En cas de tâches ou missions ponctuelles, le syndic peut facturer des honoraires supplémentaires. La liste de ces prestations est précisée dans un décret de la loi Allur (mise en place de réunions supplémentaires, gestion d’un litige ou d’un sinistre…).

 

Comment réduire les coûts ?

 

Une première solution peut être de mettre en concurrence plusieurs syndics à la date de renouvellement du contrat.

Mieux vaut éviter de mettre un terme à un contrat en cours de validité. Il faut alors révoquer le syndic à la majorité absolue lors d’une Assemblée, en s’appuyant sur un motif de grief solide et réel, sous peine de voir le syndic demander des dommages et intérêts.

Une autre solution, plus radicale, est de se passer de syndic professionnel et de former un syndic bénévole.

Ce dernier peut tout de même toucher des honoraires, à condition qu’ils soient moins élevés que ceux d’un syndic professionnel. L’objectif est cependant de faire faire des économies à la copropriété et de parvenir à une gestion souple et de proximité.

Une solution qu’il faut toutefois mûrement réfléchir. Avec les obligations légales de plus en plus lourdes et complexes établies autour des biens immobiliers, rien ne garantit une gestion en conformité avec la loi si l’on ne fait pas appel à des professionnels.

Outre des qualifications en matière de gestion immobilière, des qualités de comptable sont également nécessaires, afin de gérer au mieux les budgets. Sans compter que cette tâche peut être chronophage, surtout dans les grandes copropriétés.

 

  
 

Les conseils de Choisir.com

 

Si le recours à un syndic professionnel s’impose, procédez à une mise en concurrence et négociez les tarifs appliqués aux missions non comprises dans les forfaits.

 

 
Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

simulez votre investissement locatif pour réduire vos impôts

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com