x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Tout ce qu'il faut savoir avant d'acheter un logement 2/2

acheter un logement

Le mois dernier, nous passions en revue tout ce que vous deviez vérifier dans l’environnement d’un bien immobilier avant de l’acheter. Intéressons-nous maintenant au bien en lui-même. Pour ne pas regretter votre acquisition, suivez la liste de nos recommandations. 

 

Le coup de cœur, c’est bien. Mais ce n’est pas assez. Qu’en restera-t-il le jour où l’humidité fera cloquer votre plafond, ou quand vos voisins auront des enfants ?

Les agents immobiliers ne sont pas toujours les meilleurs conseillers lors de la visite d’appartements et le mieux est de procéder à des vérifications sur place par vous-même, ou du moins de poser les bonnes questions, pour éviter les mauvaises surprises. 

 

1. Le bien dans son contexte

 

Les qualités d’un appartement dépassent sa simple composition et décoration. Alors autant mettre les choses au clair avant même de se déplacer pour visiter un bien en vente. Demandez au préalable l’étage, s’il y a un ascenseur, la situation en matière de vis-à-vis et l’orientation des pièces.

Puis, une fois sur place, n’hésitez pas à vérifier par vous-même. Presque tous les smartphones disposent d’une boussole. Une orientation nord-ouest n'est pas vraiment la même chose que le plein ouest que l'on vous avait vanté...

 

"Ne subissez pas la pression de l’agent immobilier ou du prochain couple à la porte pour visiter le bien."

 

Prenez le temps de tout regarder et, surtout, revenez. Il est indispensable de voir votre futur logement à différentes heures du jour. Si vous visitez en plein été, imaginez-vous au cœur de l’hiver. 

 

2. L’état général : grattez bien

 

Ne vous laissez pas abuser par les techniques « cache misère ». Vérifiez l’isolation du bien : est-il sous les toits ? Dans quel matériau est-il construit ? Quelle est la qualité des fenêtres ? Quel est le mode de chauffage ? Autant de questions à vous poser pour éviter d’étouffer en été et de grelotter l’hiver, mais aussi de vous retrouver avec des factures d’électricité explosives. D’ailleurs, demandez à consulter ces dernières. Mieux vaut également regarder ce qu’il y a sous la moquette ou derrière le papier peint. Des fissures ? De l’humidité ? Ou, au contraire, un magnifique parquet ?  

Ne négligez pas non plus la qualité des installations : électricité, chauffage, chaudière, plomberie et robinetterie. Il est très courant de devoir refaire l’électricité d’un bien à son achat, mais mieux vaut le savoir, pour l’intégrer dans les coûts.

Traquez toutes les traces d’humidité et trouvez-en la cause. Un ancien dégât des eaux ? Une fuite récurrente depuis le balcon ? Si les causes sont dues à l’état général de l’immeuble ou de la maison, attendez-vous à des travaux, et donc à un coût supplémentaire. 

Enfin, ne vous limitez pas à l’appartement : l’état des parties communes de l’immeuble est tout autant à prendre en compte, de même que celui du parking ou de la cave.

 

Le saviez-vous ?
Certains achats immobiliers ou types de travaux peuvent donner droit à un crédit d’impôt. Découvrez quelle défiscalisation immobilière est faite pour vous.

 

3. Demandez tous les documents

 

De nombreux documents peuvent vous aider à prendre la bonne décision et lever les pièges. Demandez les PV d’assemblées générales afin de voir si des travaux sont prévus, consultez le montant des charges, renseignez-vous sur le syndic responsable de la gestion de l’immeuble.

Consultez le règlement de copropriété et vérifiez si le bien que l’on vous vend correspond à la description qui y est faite. On a ainsi vu un appartement mis à la vente avec un toit terrasse. Qui, après vérification sur le règlement de copropriété, n’appartenait pas à l’appartement en question…

Exigez les diagnostics techniques, qui sont obligatoires, étudiez également les impôts et les taxes administratives.  

 

4. Vérifiez la faisabilité des travaux

 

Les murs porteurs, tout le monde en a entendu parler. Il s’agit de la première chose à regarder si vous envisagez des travaux. Bien sûr, aujourd’hui presque tout est possible. Mais tout n’a pas le même coût. Méfiez-vous des promesses d’ouverture dans les murs porteurs, surtout dans les bas étages.

Evidemment, casser ce placard inutile pour agrandir la salle de bain et ajouter une baignoire, ce serait l’idéal. Mais est-il réellement possible de faire venir l’eau jusque-là ?

Vos envies ne seront peut-être pas toutes réalisables : il n’est pas toujours permis de percer une fenêtre, d’ajouter un étage ou de déplacer une porte d’entrée. Ce qui doit vous conduire à vérifier auprès de la mairie et de la copropriété la légalité des travaux entrepris par les anciens propriétaires et celle de ceux que vous envisagez. 

N’hésitez pas à demander l’avis d’un professionnel, tant sur la faisabilité des travaux que sur leur prix total.

Et tant que vous y êtes, demandez-lui un coup de main pour vérifier la taille du logement. Pour une maison, faites de même avec le terrain. Bien sûr, tout cela sera vérifié au moment de la vente. Mais pourquoi perdre du temps à aller jusque-là si le bien fait 5 m² de moins que ce qui est annoncé ?  

 

Devenez votre propre architecte !
Rien ne remplace les conseils d’un professionnel, mais il est très facile de vous faire par vous-même une idée des travaux et de l’agencement d’un appartement. Des logiciels très simples d’utilisation et gratuits, comme par exemple Sweet Home 3D, vous permettent de matérialiser le logement et de naviguer de pièce en pièce. Vous pouvez même y intégrer vos meubles, afin de vérifier si votre armoire normande tiendra dans le salon !

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

votre logement neuf à partir de 100 000 € avec TVA réduite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com