x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Les conseils pour réussir votre état des lieux

Etat des lieux

Vous vous êtes enfin décidé à déménager. Après avoir fait les cartons, vidé l’espace et nettoyé, se pose la question, parfois épineuse, de l’état des lieux. Cette étape incontournable vous libérera définitivement de votre location. En règle générale, il se fait à l’amiable lors de votre installation. Mais à la sortie, le propriétaire ou la personne qu’il a mandatée (généralement un agent immobilier) trouvent souvent à redire. C’est que le dépôt de garantie laissé à la signature, et normalement restitué lors de votre départ, est en jeu. Alors comment faire au mieux ?

 

Prenez les devants

 

Tout commence le jour de la signature du bail. Au moment de la remise des clés, soyez aussi vigilant que votre propriétaire afin que ne vous soient pas reprochées par la suite des dégradations abusives.

Votre première responsabilité est de ne rien laisser passer lors de l’état des lieux d’entrée. Malgré l’euphorie, le caractère aimable de votre propriétaire, soyez minutieux, guettez les moindres défauts, les rayures sur le parquet, les lavabos qui gouttent, les interrupteurs défaillants...

Vous pouvez aussi prendre des photos, elles pourront être utiles ; et surtout, refusez de signer un document qui ne vous semble pas conforme. Vous n’avez aucune obligation si vous pensez qu’un défaut n’est pas mentionné. Ne faites confiance qu’à votre jugement.

Et si jamais vous découvrez une anomalie dans les premiers jours de votre installation, signalez-le à votre bailleur par lettre recommandée avec accusé de réception.

Au moment de votre départ, à part ce qui a été dégradé par vétusté, force majeure ou défauts de construction (plafonds fissurés, murs jaunis, moquettes usées…), vous êtes responsable du bon état du logement.

Celui-ci doit être conforme à l’état des lieux d’entrée que vous avez effectué. Seulement, il arrive que cet état des lieux remonte à des années.

Afin d’éviter de vous voir reprocher tout ou n’importe quoi, pensez à effectuer les réparations nécessaires – souvent minimes et visibles à l’œil nu. Rebouchez les trous, les petites fissures, remplacez la lunette des toilettes brisée…

Si nécessaire, faites appel à un professionnel, dans tous les cas il vous coûtera moins cher que ce que vous facturera le propriétaire.

 

Comment bien rédiger un état des lieux ? Nexity vous répond en images :
 

 

Le coût d’un état des lieux

 

Sachez qu’un état des lieux d’entrée peut vous être facturé, si une personne est mandatée, par exemple.

Néanmoins, les honoraires qui vous sont facturés ne peuvent dépasser le montant payé par le bailleur et le montant dû ne peut excéder un plafond de 3 € par mètre carré de surface habitable. Ainsi, par exemple : 30 m² pourront être facturé jusqu'à 90 € (3x30).

L’état des lieux de sortie, en revanche, ne peut être facturé.

En cas de contentieux, faites appel à un huissier. Si l’état des lieux ne peut être fait à l’amiable et de manière contradictoire, il reste cette solution. Si ces services restent onéreux, ils ont toutefois légèrement baissé depuis le 1er mai dernier avec la réforme des tarifs des professions réglementées.

Les frais d’huissier, qui sont à partager entre le bailleur et le locataire, dépendent de la superficie du logement et sont réglementés (attention : pour un état de lieux à l’amiable, les tarifs restent libres…).

Il vous en coûtera donc :

  • 110,47 € pour un bien de moins de 50 m²
  • 128,70 € pour un bien entre 50 et 150 m²
  • 193,05 € pour un bien au-delà de 150 m²

Ce n’est pas tout… il faut ajouter à ces montants l’envoi des lettres de convocation des parties, une taxe forfaitaire de 13,04 €, une indemnité de déplacement de 7,68 € et la TVA, qui s’élève à 20 %. Vous l’aurez compris, mieux vaut que ce soit à l’amiable.

Nous ne saurions donc que vous conseiller à nouveau, afin de récupérer l’intégralité de votre dépôt de garantie, de prendre beaucoup d’attention à l’état des lieux d’entrée, de ne rien laisser passer et de réparer au maximum les dégâts que vous auriez pu causer avant la remise des clés.

Vous pouvez aussi vous mettre d’accord avec le propriétaire pour faire un pré-état des lieux, ce qui peut s’avérer utile si vous avez des doutes.

 

Bon à savoir
Attention, si vous avez effectué des transformations importantes sans autorisation (casser une cloison, enlever la moquette, monter des bibliothèques…), vous serez alors obligé de remettre le logement dans son état d’origine..

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

simulez votre investissement locatif pour réduire vos impôts

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com