x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Le paiement instantané débarque bientôt au sein de l'Union Européenne !

paiement instantané

La Banque centrale européenne a annoncé la mise en place d’un nouveau système de paiement instantané. Surnommé TIPS, pour Target instant payment settlement, il devrait permettre aux particuliers et aux entreprises d’effectuer des virements en temps réel dans toute la zone euro.

 

Concurrencer les cartes bancaires

 

La BCE avait bien essayé de lancer une carte bancaire européenne, mais faute d’accord entre les banques et la Commission, le projet avait été abandonné. Avec TIPS, la BCE veut s’attaquer aux américains Visa et Mastercard, leaders des services de paiement.

La BCE compte s’appuyer sur la plateforme déjà existante Target 2, qui est utilisée par les banques centrales et commerciales pour effectuer des règlements aux montants élevés en temps réel.

La plateforme TIPS, elle, devrait être lancée en novembre 2018 et permettre à la BCE de « s’assurer que la demande des paiements instantanés est satisfaite au niveau européen et de faciliter encore l’intégration de la zone euro. »

 

Quels avantages ?

 

Le service serait disponible toute l’année, 24h/24h, et pourrait être utilisé pour n’importe quel montant. Il serait proposé directement par les banques, à travers leurs applications mobiles par exemple.

L’accès à un tel système permettrait de simplifier les virements et de dire adieu aux délais bancaires, aux jours non ouvrés, aux opérations en cours de traitement… La banque, elle, pourrait limiter les risques de crédit.

 

Le coût du paiement instantané

 

Si un accord a été trouvé pour le lancement de cette nouvelle plateforme, son succès n’est pas encore garanti. Il y a quelques barrières à passer, les banques n’étant pas assurées du succès du paiement instantané ni de sa rentabilité.

Ce qu’elles savent, c’est qu’il faut faire un investissement élevé afin que les consommateurs aient accès à ce service et que les commerçants puissent recevoir ce paiement instantané.

D’autant que ces derniers ont déjà la garantie d’être payés avec la carte bancaire. Certes, pas en temps réel, mais l’argument reste faible.

Autre point, la BCE prévoit de prélever 0,20 centimes d’euros (0,002 €) par opération pendant au moins deux ans. Un prix « avantageux » mais qui risque tout de même de coûter cher aux banques, ou aux utilisateurs.

 

Et la place de la France ?

 

Clairement, la France n’est pas en avance sur les systèmes de paiement instantané alors qu’ils existent déjà dans de nombreuses nations, comme la Suède, le Danemark, le Royaume-Uni, ou encore le Japon et l’Australie…

Les banques françaises assurent néanmoins qu’elles se préparent au changement. Un tel système devrait participer à faire évoluer les habitudes de paiement, ce qui pourrait (enfin) sonner la fin du chèque, dont la France est un des plus gros consommateurs.

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez plus de 35 banques pour obtenir le meilleur tarif

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com