x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Comment bien vendre sa voiture ?

Bien vendre sa voiture

Bien vendre pour mieux acheter. Rien de plus naturel en soi. En toute bonne logique économique, vendre son véhicule directement à un particulier, c’est en effet être sûr d’en tirer le plus grand bénéfice possible. Plus grand que ce à quoi vous pourriez prétendre en réalisant la transaction par l’intermédiaire du concessionnaire. Mais tout le monde n’est pas à même de s’improviser vendeur en automobile. Choisir.com vous donne la marche à suivre.

 

1. Etudiez les prix du marché !

 

Rien n’est invendable, il suffit de fixer le bon prix ! Vous êtes au-dessus de la valeur du marché ? Vous prenez en effet le risque de vous retrouver avec un véhicule sous le bras sans le moindre acquéreur.

A l’inverse, votre tarif est sous-estimé ? Au-delà de la moins-value qui risque irrémédiablement de se répercuter sur vous, ce n’est pas non plus sans inquiéter l’acheteur éventuel qui pourrait y voir la dissimulation de vices éventuels.

Pour estimer la valeur de son véhicule, un petit tour des différentes annonces sur Internet ou dans les journaux s’impose. Intéressez-vous aux fiches de vente des véhicules similaires au vôtre : même marque, même modèle, même année et même motorisation.

Notez les différences de tarifs et penchez-vous plus en amont sur les éléments pouvant expliquer ces écarts. Le kilométrage, le niveau d’équipement et la répartition géographique peuvent notamment entrer en ligne de compte.

Muni de ces différentes informations, vous êtes alors mieux armé pour tenter d’apprécier le potentiel et la valeur de votre auto comparée à ses rivales. 

 

 

2. Où et comment mettre en vente son véhicule ? 

 

Vendre un produit, c’est aussi savoir communiquer sur ce bien et le mettre en valeur. Sur vos affiches, vos annonces, privilégiez l’insertion d’une photographie. Même si cette dernière n’a rien d’obligatoire, elle rassure l’acheteur potentiel. 

De même qu’un prix trop bas, parce que vous seriez pressé de conclure la transaction, peut avoir des effets contraires à ceux escomptés. Il est même conseillé de se conserver une petite marge dans la fixation du tarif de départ.

Cette dernière vous permettra d’accorder une petite remise à l’acquéreur sans rogner sur vos bénéfices. En matière de politique marketing, il n’y a rien de tel pour convaincre un client indécis.

Soyez le plus précis possible dans le descriptif final en n’omettant pas de mentionner à la fois la marque, le modèle, l’année de votre auto, sa motorisation, son kilométrage, ses équipements mais aussi son prix et votre numéro de téléphone.

L’idée est de balayer le maximum d’interrogations qu’un acquéreur potentiel pourrait être amené à soulever. 

 

"Pour la question du support de publication, les moyens de faire la promotion de son véhicule ne manquent pas."

 

La petite affichette accolée sur une des vitres de la voiture a l’intérêt de jumeler à la fois le principe de la gratuité et de l’efficience. La personne qui s’arrête a en effet déjà vue l’état de votre véhicule. Si elle vous contacte, le marché est donc déjà à moitié conclu.

En revanche, pour vous rendre visible, vous avez tout intérêt à être mobile. Et, pour ne pas vous mettre en infraction avec la loi relative à l’interdiction de la vente sur voie publique, prenez garde à ne pas mentionner le prix de la transaction sur l’affichette.

Pour toucher un public plus large, vous pouvez aussi opter pour les petites annonces dans les journaux, dans les magazines spécialisés ou dans les quotidiens et hebdomadaires régionaux. Elles ont leur public d’aficionados.

Seule contrainte : cette pratique est généralement payante. Pour ne pas débourser un centime, privilégiez la solution du Web. Les sites de petites annonces gratuites sont de plus en plus nombreux. Et leur audience, de plus en plus grandissante.

 

Préparez-vous à bien vendre votre véhicule !
Lors du rendez-vous avec l’acheteur potentiel, préparez-vous à ce que des questions vous soient posées. Les plus courantes portent notamment sur la consommation du véhicule, le coût de son assurance ainsi que les raisons qui peuvent vous amener à vous en débarrasser. Plus vos réponses seront précises et plus vous apparaîtrez à l’acquéreur comme un partenaire de confiance.

 

3. Soignez les apparences ! 

 

Il ne suffit pas d’être bon dans la rédaction de l’annonce, il faut aussi montrer à voir à l’occasion du rendez-vous avec l’acheteur potentiel.

Si à son arrivée, l’acquéreur rencontre un véhicule sale et mal entretenu, vous partez avec un handicap dans la négociation. Son regard a des chances d’être obnubilé par la saleté, mettant au second plan tous les autres atouts de votre auto. Pour éviter cela, chouchoutez-la !

Nettoyez votre voiture tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Un bel aspect général rassure toujours, notamment sur l’entretien dont à dû faire l’automobile en question.

Dans la mesure du possible, effacez tout ce qui est petites rayures, petites bosses éventuelles et remplacez les enjoliveurs endommagés. Dans le cas contraire, vendez votre véhicule « en l’état » et mentionnez-le dans votre annonce.

Il n’y a rien de pire qu’une personne qui a l’impression de s’être fait « bernée » …

 

 

4. La transaction

 

Lors de votre rendez-vous avec l’acheteur potentiel, endossez votre meilleur costume de commercial. Répondez clairement aux questions qui vous sont posées. Votre véhicule ne doit (presque) plus avoir de secrets pour vous.

Dans le secteur du commerce entre particuliers, la fraude et l’escroquerie sont en plein essor. Méfiez-vous donc des acheteurs trop généreux ou pressés. Et en matière de paiement, n’acceptez que les paiements par chèque, voire même par chèque de banque.

Lors d’un essai, ne donnez les clés au conducteur qu’une fois assis à côté de lui, sur le siège passager. Il est en effet si facile de démarrer au quart de tour et de vous laisser sur le bord du trottoir ! 

Vous pouvez ensuite procéder à la réalisation de la transaction... Chaque vente de véhicule nécessite de remettre à l’acheteur à la fois un justificatif de contrôle technique datant de moins de six mois mais aussi un certificat de non gage (dit de situation) de moins de 15 jours.

A ceci, devra être joint un certificat de session rempli et signé en trois exemplaires par les deux parties. Si vous en disposez, ajoutez aussi le mode d’emploi ainsi que le carnet d’entretien du véhicule et les éventuelles factures prouvant l’ensemble des réparations déjà effectuées. 

Pour bien vous faire guider dans ces démarches complexes, n’hésitez pas à vous rendre sur le site officiel de l’administration française.

 

Bien choisir sa voiture neuve
Si vous vous décidez à revendre votre véhicule, c’est peut-être pour en racheter un neuf en échange. Or, sur le marché, il y a pléthore de marques et de modèles différents. Pour être sûr de ne pas commettre d’impairs, n’hésitez pas à demander et à réserver un essai en concession. Il n’y a rien de tel que d’être au volant d’une voiture pour pouvoir la juger !

 

Conso Mag vous en dit un peu plus sur tous les papiers à fournir lors de la vente :
 

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

réservez gratuitement votre essai auto en concession

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com