x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

La disparition des agences bancaires est-elle inévitable ?

la disparition des agences bancaires

Les clients des banques sont de plus en plus nombreux à se casser le nez à l’accueil de leur agence bancaire. Plus d’encaissement de chèque, plus d’accès à l’argent liquide... Ils sont redirigés vers le « mur d’argent », dont les machines proposent désormais tous les services autrefois tenus au guichet. Les agences bancaires sont en pleine mutation, mais celle-ci sera-t-elle suffisante pour assurer leur survie ? 

 

"3 mars 2025 : fermeture de la dernière agence bancaire française."

 

Tel est le titre provocateur d’un article fiction publié sur le site du Huffington Post. Un article qui imagine la disparition des établissements traditionnels au détriment de nouveaux acteurs, Orange ou Apple.

Une réalité qui pourrait prendre forme ? 

 

L’obligation d’évoluer vers le digital

 

Il est en tout cas certain que les banques de réseau sont confrontées à la concurrence des banques en ligne et à la digitalisation de leurs services. Et si certains établissements s’en accommodent, d’autres ont pris du retard dans le virage vers le numérique. A tel point que certains voient déjà poindre la catastrophe.

 

 

Brett King est un Australien, auteur à succès et surtout fondateur de l'application bancaire pour téléphone, MovenIl a reçu le prix de « Bank Technology News Innovator of the Year », décerné par le magazine American Banker.

D’après lui, les fermetures en cascade d’agences bancaires sont inévitables. Il s’appuie dans sa démonstration sur le bouleversement entraîné par l’arrivée d’Amazon sur les réseaux de distribution des livres américains. Dans un premier temps, les librairies ont survécu, mieux, de nouvelles ont même ouvert. Puis les effets d’Amazon se sont fait sentir, les ventes de livres en magasin ont drastiquement chuté et les librairies américaines ont été contraintes de fermer. 

 

Nous serions donc dans cette phase d’ignorance bienheureuse, juste avant l’effondrement du système bancaire traditionnel.

 

Faut-il voir dans ce qui arrive à BPCE (Banque populaire Caisses d'épargne), le 2nd groupe bancaire en France, une confirmation des augures de Brett King ?

La banque fait en effet face à un mouvement de grève d’envergure de ses conseillers en agence. Le 24 mars dernier, ils étaient 500 à manifester contre leurs conditions de travail, dans une alliance inédite entre syndicats. Les causes sont expliquées dans un article de Libération :

  • Érosion des effectifs
  • Multiplication des tâches
  • Perte du contact humain 
  • Objectifs commerciaux toujours plus ambitieux
  • Services déconnectés des besoins des clients

Les conseillers, de moins en moins nombreux, doivent gérer aussi bien les relations avec les clients que les appels téléphoniques et les nouveaux canaux digitaux de communication et services. Le malaise chez BPCE témoigne des difficultés que rencontrent les banques traditionnelles pour s’adapter aux nouveaux modes de consommation bancaire. 

 

Des stratégies divergentes 

 

La solution à cet état de fait n’est pas simple. Faut-il augmenter les effectifs des agences ou, au contraire, transformer le mode de fonctionnement des banques, réduire le nombre points de vente et embaucher des responsables digitaux ? Il n’existe pas une seule réponse, mais autant que de banques.

Le quotidien en ligne Finyear, spécialisé dans la finance d’entreprise et d’affaires, relate d’ailleurs la guerre des stratégies qui agite les banques anglo-saxonnes.

Ainsi, Lloyds va fermer 150 de ses agences, tandis que son ancienne filiale TSB prévoit d’en ouvrir de nouvelles.

Même antagonisme entre Wells Fargo, pro-points de vente, et JPMorgan Chase, qui ne prévoit pas moins de 300 suppressions d’agences. En France, Benoît Legrand, le Président-directeur général d’ING France monte au créneau. Il publie un livre intitulé « Changeons la banque ! ». Un manifeste en faveur des banques en ligne.   

Qu’elles ferment ou non, les agences bancaires se transforment. Mais il ne suffira pas de distribuer des tablettes à ses conseillers pour en faire des spécialistes du digital.

Les banques en ligne l’ont bien compris et conquièrent des part de marché à grands coups de campagnes marketing et offres alléchantes.

 

Adoptez la banque en ligne 
Comparez en quelques clics les banques en ligne pour réaliser des économies sur vos frais bancaires et autres opérations liées à l'utilisation de votre compte courant. Découvrir le service.

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez les banques en ligne

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com