x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Nouvelles limitations de vitesse : le test

limitations de vitesse

Après avoir fait couler beaucoup d’encre et soulevé des débats houleux, les nouvelles limitations de vitesse sont mises à l’épreuve. Une expérimentation sur trois tronçons routiers est prévue à partir de cet été. Le CNSR (conseil national de la sécurité routière) critique la timidité de cette mesure.

 

Pourquoi le gouvernement souhaite-t-il limiter la vitesse ?

 

L’année 2014 a la triste particularité d’avoir vu son taux de mortalité routière bondir de 3,7 %. Cela après une baisse constante durant 12 ans.

Malgré des véhicules plus sécurisés et performants, la sécurité n’est finalement jamais acquise. Faut-il blâmer le conducteur, la route, la règlementation routière ?

Toujours est-il qu’il n’en fallait pas plus pour que le Ministre de l’intérieur s’empare du dossier et s’attaque à l’éternel suspect accidentogène : la vitesse.

 

 

Annonçant tout d’abord une baisse des limitations de vitesse, le ministre s’est ravisé le 11 mai dernier en dévoilant une expérimentation sur trois tronçons représentant 81 km de routes au total.

Dès cet été, ces trois segments routiers verront leur limitation de vitesse passer de 90 à 80 km/h.

Le CNSR, qui espère un abaissement pur et simple de la limitation à l’échelle nationale, ne décolère pas contre cette mesure qu’elle juge clairement insuffisante. Même son de cloche pour la Ligue contre la violence routière dont la présidente, Chantal Perrichon, précise que :

 

« … la baisse de 1 % de la vitesse moyenne entraîne une baisse de 4 % du nombre des accidents mortels. »

 

Par ailleurs, le Conseil de Paris devrait se prononcer sur une limitation de la circulation à 30 km/h dans le centre et dans l'est de la capitale dès la fin de l'année. 

 

Quelles sont les zones concernées par la limitation ?

 

Les tronçons choisis par le ministère pour cette expérimentation sont « très accidentogènes » selon Bernard Cazeneuve. Il s’agit d’une partie de la RN 57 en Haute-Saône (14 km), la RN 151 dans la Nièvre et dans l’Yonne (49 km), et la RN 7 dans la Drôme (18 km).

Ce test est actuellement prévu pour une durée de deux ans. Les résultats seront donc connus après les prochaines élections présidentielles. Les « heureux gagnants » hériteront alors d’une prise de décision qui se révèlera forcément impopulaire dans un sens comme dans l’autre.

Philippe Mougeot

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Automobile, Assurance auto, Assurance

Comparez les assurances auto pour économiser jusqu'à 250 €

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com