x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Bitcoin : Une nouvelle génération de monnaie... virtuelle !

Monnaie virtuelle Bitcoin

Son nom vient d'une combinaison de deux termes à savoir "bit", qui est une unité de mesure dans le domaine informatique et "coin", qui signifie pièce en anglais. Le bitcoin est une monnaie entièrement virtuelle, créée en 2009 par un groupe d'informaticiens dont le pseudonyme est "Satoshi Nakamoto".

 

L'objectif premier de cette monnaie est de permettre des échanges anonymes, sécurisés et rapides grâce à un système entièrement crypté. La technologie développée autour du bitcoin est unique, car il s'agit autant d'une monnaie mais aussi d'un protocole de paiement en soi. Elle n'est pas sujette à une autorité centrale, et n'est pas émise ni tracée sans toutefois être illégale.

 

Une monnaie qui échappe aux gouvernements

 

Le fondement théorique du bitcoin vient de Monsieur Friedrich Hayek, dont le courant de pensée économique implique que les hommes politiques ne sont pas les personnes habilitées à gérer la monnaie.

Enclins à favoriser et abuser de leur pouvoir, ils font courir un risque d'inflation continu, tandis que les banques, de leur côté, s'emploient à octroyer ou à réduire les crédits de manière significative, souvent disproportionnée, ce qui influence considérablement les flux et cycles économiques.

Ainsi, les créateurs du bitcoin tentent de mettre en place une monnaie qui échappe au contrôle politique, de l'Etat et des banques et ainsi limiter les risques de crises financières, pour enfin permettre aux citoyens de s'approprier eux-mêmes leur monnaie.

Aujourd'hui, le bitcoin représente la monnaie virtuelle décentralisée la plus connue et répandue. Par conséquent, elle n'implique aucune institution financière ni banque centrale dans son fonctionnement.

 

D'autres monnaies virtuelles existent
Il existe d'autres monnaies qui fonctionnent sur le même procédé, avec les mêmes risques également, notamment : orocoin, ORObit, Litecoin, Peercoin, Quark, Namecoin.

 

Les banques écartées de ce système financier

 

Actuellement, le nombre de bitcoins en circulation s'élève à 11 millions, ce qui correspond à une valeur de 2 milliards de dollars américains.

La valeur du bitcoin évolue passablement sur une courte période, par exemple un bitcoin valait 1'125 USD en novembre 2013, mais 361 USD seulement 5 mois plus tard, en avril 2014.

Pour les banques, cette monnaie qui échappe à tout contrôle représente un certain danger. Non seulement pour sa volatilité, mais aussi par le fait qu'elle n'est pas générée par un cycle déterminé.

Le risque pour les établissements financiers est palpable, car les transactions financières s'effectuent entièrement entre les utilisateurs et bénéficiaires, sans aucun intermédiaire bancaire.

Pour le moment, les opportunités offertes par le bitcoin ne sont clairement pas perçues par les banques.

 

Un mode d'échange aux avantages incontestables

 

En utilisant cette monnaie, les utilisateurs se dirigent vers un mode d'échange basé sur la confiance, la valeur du bitcoin n'étant que "d'usage".

Avec des frais de fonctionnement très faibles et un transfert quasi instantané ainsi que l'anonymat, l'utilisation du bitcoin trouve ses avantages indéniables.

De plus, il n'est nul besoin de faire appel à un intermédiaire pour se procurer cette monnaie, qui s'échange tout autour de la planète.

 

Des utilisateurs en charge de la sécurité

 

Certes l'utilisation du bitcoin est facile et efficace, toutefois il est recommandé la plus grande vigilance.

Technologique, d'une part, car le portefeuille doit être protégé sur son ordinateur personnel ou en ligne par ses propres soins. Le bitcoin est exposé au vol, et au piratage informatique.

Il faut donc s'assurer de vérifier par soi-même que le système est sécurisé, ainsi que l'accès.

Il est recommandé également une vigilance sur les transactions elles-mêmes, car elles sont faites de manière irréversibles (il n'y a pas de moyen de revenir en arrière après avoir effectué le versement).

 

Le FutureMag d'Arte s'est également penché sur ce sujet en interrogeant notamment des grands acteurs du secteur :
 

Stephanie H.

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Banque, Compte courant

comparez plus d'une quinzaine d'offres pour obtenir le meilleur tarif

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com