x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Programme neuf : cinq étapes pour bien acheter son logement

Programme neuf : cinq étapes pour bien acheter son logement

L’achat dans le neuf est souvent gage de sécurité et de confort pour l’acheteur. Pourtant, là encore, les déboires ne sont pas forcément très loin pour celui qui ne fait pas preuve d’un minimum d’attention. Choisir.com vous détaille les 5 étapes à respecter pour acheter son logement sur plan en toute sécurité. 

 

S’offrir le luxe tapageur d’un logement neuf en lieu et place de l’occasion, c’est le choix effectué par des investisseurs de plus en plus nombreux. A contre-courant, avant que votre futur chez-vous ne soit construit et aménagé, vous vous apprêtez à l’acheter, sans même l’avoir visité, directement sur plan, auprès de l’un de ces multiples promoteurs immobiliers. Une nouvelle façon d’acquérir son bien qui a le vent en poupe.

Pourtant, acheter un logement qui n’est pas encore sorti de terre, n’est pas sans risque. Certaines astuces et précautions s’imposent pour éviter les déboires.
 

 

1. Pour quel budget ?

 

L’achat d’un bien neuf est souvent un peu plus cher que sur le marché de l’occasion. Il offre cependant aussi en retour de multiples atouts. En tout  premier lieu, vous évitez les éventuelles mauvaises surprises budgétaires. Votre logement vous est livré neuf, clé en main, vous n’avez par conséquent aucun travaux de rénovation à prévoir. Pas ou peu de travaux d’optimisation énergétique non plus. En effet, votre appartement intègre de facto des matériaux de construction de dernière génération, plus isolants. A la clé, vous êtes assuré de réaliser des économies d’énergie par rapport à l’ancien.

Neuf ou ancien, il convient toutefois de faire attention à votre budget avant de vous engager et de vous endetter. Le crédit est en effet dans la plupart des cas un passage obligé avant d’investir. Il est communément admis que le montant des mensualités de son prêt ne doit pas dépasser le tiers de ses revenus. N’hésitez pas là encore à réaliser un relevé détaillé de vos dépenses mois par mois pour vérifier que cette nouvelle mensualité s’adapte bien à votre budget. N’hésitez pas à prévoir quoi qu’il en soit une petite marge de manœuvre en cas d’incartades imprévues et éviter ainsi que votre nouvel emprunt ne se transforme en goulet d’étranglement.

L’achat sur plan présente de ce point de vue un autre avantage : celui de payer son logement en plusieurs fois, au fur et à mesure de l’avancement de la construction. Les frais notariés s’avèrent également plus réduits pour tourner autour des 3% contre 7% dans l’ancien.

 

2. Bien connaître le site et le promoteur avant d’acheter

 

Si, bien entendu, il est impossible de procéder à une visite d’un logement neuf en cours de réalisation, il convient toutefois de bien connaître les lieux avant de s’engager. Acheter sur plan, c’est bien, mais cela ne vous exonère pas d’une visite de terrain. Il n’y a en effet rien de tel pour constater par soi-même la présence de nuisances éventuelles et être en mesure d’évaluer précisément leur ampleur. Sur Internet ou en mairie, renseignez-vous sur l’environnement immédiat de la localité où vous souhaitez investir (services publics, commerces, projets de constructions et/ou d’intérêt général éventuels). Un homme averti en vaut toujours deux.

Mais la première pierre de votre projet reste sans nul doute le promoteur auprès duquel vous entendez réserver votre bien. Avant de vous engager sur quoi que ce soit avec lui, partez en quête d’informations sur son sérieux, sa qualité, son professionnalisme et la ponctualité de ses livraisons. Jouez au client exigent, réclamez-lui la possibilité de consulter le plan-masse du nouvel ensemble en construction afin d’en savoir plus sur l’éloignement de votre immeuble par rapport à la chaussée ou sur son vis-à-vis éventuel par rapport à un autre bien.

Enfin, concernant votre appartement, négociez le plus tôt possible et avant toute signature toute adaptation et personnalisation que vous souhaitez lui apporter. Agencement des pièces ou nature des revêtements, les constructeurs prévoient de multiples options d’aménagements, parfois facturées au prix fort. Renseignez-vous sur le prix de ces services.

 

3. Signez un contrat de réservation en bonne et due forme

 

C’est le grand jour, vous avez déniché le logement de vos rêves et vous apprêtez à le réserver auprès du promoteur. Le contrat que vous allez signer avec lui est un contrat dit de réservation ou préliminaire. Même s’il ne s’agit pas encore d’un acte de vente, comprenez bien que ce document vaut engagement entre les deux parties. Ne négligez par conséquent pas sa lecture.

Chaque contrat est tenu de mentionner de façon précise la description de votre logement ainsi que sa position dans l’ensemble, son prix de vente et son délai d’achèvement. Il doit également faire état d’une notice explicative, voire d’un descriptif technique détaillant les matériaux de construction utilisés, les éléments d’isolation prévus mais aussi les équipements divers et variés, individuels et collectifs. Par ailleurs, chaque contrat est susceptible d’intégrer des clauses de modifications. Soyez-y particulièrement attentifs.

Dans tous les cas, vous bénéficiez quoi qu’il en soit d’un délai de rétractation de sept jours. Le dépôt de garantie qui peut vous être exigé à la signature du contrat ne doit par ailleurs pas excéder les 5% du prix prévisionnel si la livraison estimée a lieu d’ici un an. Au-delà, il est même abaissé à 2%.

 

4. Le contrat définitif : vérifiez bien l’ensemble des conditions ! 

 

Dans un délai de 4 à 6 mois en général après la signature du premier contrat et au plus tard un mois avant le rendez-vous notarié, vous recevez le contrat définitif, également appelé contrat VEFA (Vente en l’état futur d’achèvement). Ce dernier reprend l’ensemble des conditions du contrat de réservation tout en y apportant diverses précisions. Si certaines modifications ont été apportées depuis la date de la première signature, elles sont reportées ici. Au cas où ces dernières seraient majeures, sachez que vous êtes alors totalement en droit de revenir sur votre réservation initiale et de vous faire intégralement rembourser.

Ce contrat doit par ailleurs stipuler un délai de livraison ferme, là où la réservation ne fournissait que des indications temporelles. En cas de retard de livraison, des pénalités vous sont dues et reconnues. Vérifiez que le montant de ces dernières soit clairement notifié dans le contrat.  Ce dernier doit faire mention et informer clairement l’acheteur de l’existence des trois garanties légales VEFA qui le protègent : la garantie d’achèvement, la garantie dommages-ouvrage en cas de présences de vices cachés et/ou de construction ainsi que celle de remboursement des différents frais avancés au cas où le programme ne serait jamais achevé.

Enfin, ce dernier contrat inclue et fixe au futur propriétaire un échéancier précis de ses futurs paiements, à la suite du dépôt de garantie de 2% ou 5% qui a déjà été versé. Dans tous les cas, le solde est à régler à la remise des clés.

 

5. La livraison : contrôlez la conformité de votre logement

 

Après de longs mois d’attente, l’heure de la remise des clés a sonné. Au-delà de la joie qui accompagne souvent un tel moment, il convient aussi d’être particulièrement attentif à la conformité du bien qui vous est livré avec ce qui était prévu par le contrat définitif de vente.

Lors de votre visite de contrôle, montrez-vous vigilants et listez l’ensemble des défauts de conformité mais aussi vices de construction visibles qui vous interpellent. Signalez alors l’ensemble de vos réserves sur le procès verbal de livraison. A défaut, vous avez un mois pour en faire part à votre promoteur via un courrier recommandé avec accusé de réception.

Enfin, acheter un logement neuf ne vous exonère pas pour autant de tous risques en matière de vices cachés. Comprenez par-là l’ensemble des défauts non visibles par l’œil d’un non-professionnel. Si vous êtes confronté à ce type de situation, vous avez alors deux ans pour agir après les avoir constatés. Ils sont en revanche couverts sans aucune limite de temps.

 

Comparez les programmes avant de choisir
Achetez dans le neuf en étant bien accompagné ! Le comparateur de Choisir.com vous permet ainsi en temps réel de mettre en opposition près de 1000 programmes de construction différents, région par région. Cette aide, au-delà de vous faire découvrir d’autres ensembles de construction auxquels vous n’auriez pas forcément pensé, vous permet enfin d’avoir une idée plus précise des prix pratiqués sur le marché dans votre secteur.

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

votre logement neuf à partir de 100 000 € avec TVA réduite

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com