x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

La voiture autonome Google Car sera-t-elle le moyen de transport de demain ?

google car

La Google Car a révolutionné l'automobile. Cette voiture autonome encore expérimentale a été le premier véhicule à sillonner les routes sans conducteur aux commandes. Une petite révolution qui soulève aujourd'hui de nombreuses questions, auxquelles nous allons répondre.

 

Un véhicule totalement autonome

 

En 2010, Google frappe un grand coup dans le monde automobile. Le géant du web présente la Google Car, sa première voiture sans conducteur. Et à la grande surprise de tous, il obtient l'autorisation de la faire circuler sur la voie publique.

 

"La Google Car plonge l'automobile dans une nouvelle ère."

 

Développée par Google X, le discret laboratoire de la firme de Mountain View, la Google Car est capable de se diriger seule, en ville ou sur une voie rapide.

 

Google car présentée en 2014

 

Basée sur une Toyota Prius puis sur un Lexus RX 450h, elle utilise plusieurs capteurs permettant de détecter la présence de piétons, voitures ou autres usagers de la route.

Ces capteurs comprennent une série de radars, une caméra et un télémètre laser appelé Lidar. Ce dernier élément est loin de passer inaperçu puisqu'il occupe une bonne partie du toit du véhicule.

Grâce à ses 64 lasers, ce Lidar réalise chaque seconde une cartographie 3D du terrain, en haute définition. C'est une sorte d’œil bionique pour la voiture.

Toutes les données recueilles par ces capteurs sont ensuite analysées par des logiciels qui gèrent à leur tour les commandes de la voiture (accélérateur, frein, volant...).

 

Google car - Toyota Prius

 

Encore en phase d'expérimentation

 

La Google Car n'est pas commercialisée car il s'agit d'une voiture expérimentale. La législation internationale interdit d'ailleurs son utilisation et stipule qu'un conducteur doit rester maître de son véhicule en permanence.

Quelques États américains, et bientôt l'Europe, autorisent toutefois la Google Car à circuler sur les routes publiques pour mener des mises au point. Mais cette dérogation est accordée dans un cadre très strict !

La voiture doit être homologuée et porter une immatriculation spécifique. Un technicien doit être être également présent à bord lors de chaque sortie, pour reprendre le contrôle du véhicule en cas de défaillance.

 

Google car - Toyota Prius

 

Des assurances auto encore un peu frileuses

 

En théorie, le logiciel de conduite d'une voiture autonome est le meilleur des conducteurs. Il obéit parfaitement au code de la route, il n'est jamais fatigué et fait preuve d'une prudence exemplaire. Mais quelques ratés peuvent se produire...

Début 2016, une Lexus RX 450h autonome de Google a percuté un bus et s'est trouvée responsable de l'accrochage. Mais ce n'est pas le premier accident de la Google Car.

 

"Depuis 2010, ces voitures ont effectué plus de 3 millions de kilomètres et 17 accidents mineurs non responsables ont été enregistrés."

 

Ces petits accidents montrent que la technologie n'est pas encore infaillible mais ils mettent aussi le doigt sur un point essentiel, celui de la responsabilité.

Qui sera jugé responsable en cas d'accident ? Google ? Le passager ? Le constructeur automobile ? Pour l'heure, personne n'a de réponse et les assureurs ne s'empressent pas de s'aventurer dans cette marche vers l'inconnu.

 

Google car - Lexus RX 450h

 

Que cherche Google avec la Google Car ?

 

Google ne cherche pas à devenir un constructeur automobile avec la Google Car. Mais la firme a bien compris que la voiture autonome serait certainement la norme d'ici 15 à 20 ans et tente donc de mettre un pied dans cette technologie.

 

"Google est l'un des plus grands éditeurs de cartographie, ses cartes seront indispensables aux futurs voitures autonomes pour se repérer dans l'espace."

 

De leur côté, les constructeurs traditionnels ne comptent pas rester les bras croisés. Mercedes, BMW, General Motors, Ford ou Toyota travaillent également sur des projets de voiture autonome et commencent à faire rouler, eux aussi, leurs prototypes sur route ouverte.

Pour Google, la voiture autonome est aussi une manière de repenser l'automobile. Sa dernière Google Car, présentée en 2014, donne un aperçu de cette vision : une voiture de taille modeste, sans  volant ni pédales, destinée à des trajets urbains.

Avec une vitesse de pointe de 40 km/h, cette petite électrique fabriquée par un petit constructeur indépendant peut embarquer deux passagers. Il s'agit là, peut-être, du taxi de demain. Un taxi sans chauffeur, disponible à toute heure du jour et de la nuit.

 

Google Car 2014

 

  
 

L'avis de Choisir.com

 

La Google Car est une vitrine technologique impressionnante et montre bien la puissance de Google. Une expertise qui pourrait bien se retrouver dans votre prochaine voiture pour vous permettre de conduire sans les mains.

 

 
Arnauld Delacroix

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Comparez les assurances auto pour économiser jusqu'à 250 €

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com