x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Résidence principale : tout savoir sur les différentes aides d'accession à la propriété

Les aides d'accession à la propriété

Accéder à la propriété est devenu de plus en plus compliqué, notamment pour les jeunes. En cause : le niveau des prix de l’immobilier. Pourtant, les aides existent pour encourager l’investissement et limiter le montant des mensualités des futurs acquéreurs.

 

Devenir propriétaire, un rêve inatteignable ? En dépit de taux d’intérêts historiquement bas, l’accès à la propriété devient de plus en plus difficile pour les primo-accédants. Selon les résultats d’un sondage OpinionWay, seuls 10 % des propriétaires de leur résidence principale auraient aujourd’hui entre 25 et 34 ans.

Face à cela, à défaut de gagner au loto, il est toujours possible de faire appel à diverses aides.

 

1. Le prêt à taux zéro + (PTZ)

 

Achetez une partie de votre maison grâce à un crédit sans frais de dossier ni intérêts ! Le prêt à taux zéro (PTZ) est une aide d’Etat visant à encourager l’accès à la propriété, grâce à un prêt d’argent accordé gratuitement et sans contrepartie.  

 

"Avec le Prêt à taux zéro, vous empruntez de l’argent gratuitement !"

 

L’aide est toutefois soumise à conditions. Il faut en effet comprendre qu’elle ne permettra pas de financer l’intégralité de votre projet. Le montant qui vous est alloué ne peut excéder certains plafonds, compris entre 18 et 26 % du prix de l’acquisition.

Par ailleurs, comme toute aide d’Etat, le PTZ est assorti de plusieurs restrictions. Il ne concerne que les primo-accédants pour les aider à financer leur résidence principale, lesquels ne doivent pas dépasser certains plafonds de ressources.

Il s’applique par ailleurs essentiellement lors de l’achat d’un logement neuf. 

 

Découvrez la vidéo du Crédit Foncier sur le PTZ :
 

 

2. Le prêt d’accession sociale (PAS) 

 

Le prêt d’accession sociale (PAS) vise à permettre aux personnes les plus modestes, pour lesquelles il n’est pas toujours aisé de se constituer un apport, d’accéder à la propriété sans tomber dans le surendettement.

Il s’agit d’un prêt conventionné réglementé dont les taux d’intérêts sont plafonnés, même s’ils peuvent varier d’un établissement financier à un autre et en fonction du montant emprunté.

L’avantage du PAS réside dans le fait qu’il n’est soumis à aucun plafond de financement. Il peut donc être utilisé pour amortir la totalité de l’investissement. Il est par ailleurs cumulable avec le prêt à taux zéro.

Dans la mesure où il est question d’un prêt conventionné, le PAS ne peut toutefois être souscrit qu’auprès d’un établissement ayant signé une convention spécifique avec l’Etat. De fait, la majorité des grandes banques sont aujourd’hui signataires.

 

Découvrez la vidéo du Crédit Foncier sur le PAS :
 

 

L'APL : vous pouvez aussi y prétendre ! 
L'aide personnalisée au logement n'est pas seulement réservée aux locataires. En tant qu'accédant à la propriété, vous pouvez aussi en bénéficier. Elle vise alors à réduire vos mensualités d'emprunt. L'aide à laquelle vous pouvez prétendre est directement versée auprès de votre établissement bancaire. L'APL est attribuée sans condition d'âge, pour toute résidence principale selon divers critères, notamment de revenus. 

 

3. Le prêt action logement

 

Dans certains cas, vous pouvez également prétendre à des conditions d’emprunt privilégiées grâce à votre employeur !

Le prêt action logement (anciennement 1 % logement) permet ainsi aux salariés d’une entreprise de profiter d’un prêt à des taux particulièrement intéressants.

 

"Grâce à votre employeur, profitez de conditions d’emprunt défiant toute concurrence !"

 

Pour l’année 2015, le taux maximum annuel est de 1 %. Le dispositif s’applique à l’ensemble des salariés d’une entreprise privée, employant au moins dix personnes. 

Votre demande doit directement être adressée à votre employeur ainsi qu’à l’organisme collecteur auprès duquel ce dernier verse sa participation. Dans tous les cas, n’espérez pas via ce dispositif être à même de financer l’intégralité de votre projet.

Le montant de la somme prêtée ne doit en effet pas représenter plus de 30 % du coût total de l’opération. Il est également soumis à divers plafonds, variables selon les secteurs géographiques, mais qui ne peuvent en aucun cas dépasser les 25 000 euros en zone A.

Cela reste bien entendu insuffisant pour espérer devenir propriétaire de son pied à terre.

Mais la possibilité d’une belle opération financière ne réside-t-elle pas avant tout dans le fait de savoir tirer profit de l’ensemble des aides à sa disposition ?

 

Bien choisir son prêt immobilier 
Avant d'investir dans la pierre, il convient d'être particulièrement attentif aux conditions d'emprunt. Un différentiel de quelques dixièmes de points et l'addition finale peut être radicalement différente. Or, bénéficier du meilleur crédit au meilleur coût, cela passe souvent par une négociation et un tour de la concurrence. Pour vous aidez dans cette tâche, notre comparateur vous permet de mettre en opposition les offres de prêt de plus de 100 banques différentes. 

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

comparez les crédits immo auprès de plus de 100 banques

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com