x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Apple peut-il vraiment mettre les réparateurs indépendants hors de course ?

iphone

Alors que le marché des smartphones est sur la voie de la stagnation, les boutiques de réparation de téléphones fleurissent le long des rues françaises et sur la Toile. Certaines agréées, d’autres non. En début d’année, de nombreux utilisateurs de la marque à la pomme ont retrouvé leur téléphone bloqué à cause de l’erreur 53. Leur seul tort : avoir fait réparer leur iPhone en dehors du circuit agréé par la marque. Se pose donc la question du verrouillage de la libre réparation par les constructeurs eux-mêmes.

 

Les raisons du succès de la libre réparation

 

Depuis la fin du règne du mobile subventionné, les consommateurs changent de moins en moins leur téléphone. Le cycle de renouvellement s’allonge désormais et atteint ainsi souvent les trois ans pour les smartphones les plus haut-de-gamme.

Résolument positionnée depuis ses débuts sur ce segment du marché, la marque Apple fait aujourd’hui naturellement partie des premières victimes. Et ses ventes d’iPhone ont pour la première fois commencé à se contracter au premier trimestre 2016.

Pour compenser cette perte financière, la firme pourrait bien être tentée d’user de stratagèmes pour inciter ses utilisateurs à passer par la case tiroir-caisse. Si les abonnés conservent plus longtemps leur téléphone, ils sont aussi indirectement contraints de l’amener plus souvent en réparation.

Face à cette demande, de plus en plus de magasins de proximité, de réparateurs non agréés voient le jour. Leur avantage : des délais de remise en état souvent plus rapide qu’en passant par l’opérateur et surtout des tarifs généralement meilleur marché.

 

Des solutions de dépannage toujours plus originales...
Sur la Toile ou en boutique, des solutions de réparations de smartphones toujours plus originales se développent. Des sites comme Remaker ou Save.co en ont fait leur cheval de bataille. Ici, il n’est nul besoin de se déplacer, c’est le technicien qui vient à vous ! De plus en plus de réparateurs proposent ainsi un service de dépannage directement à domicile, dans les heures qui suivent la demande. Conscients de la méfiance suscitée par l’utilisation de pièces non originales, certains vont même plus loin et proposent au client la possibilité de se procurer par lui-même la pièce défectueuse à l’agent.

 

Apple monopolise certaines réparations

 

C’est dans ce contexte que l’erreur 53 a fait couler beaucoup d’encre lors de la mise à jour logicielle IOS 9.2. Tous les utilisateurs ayant emmené leur iPhone en réparation afin de remplacer la fameuse Touch ID, devenue défectueuse, ont fait fasse à un code erreur.

Un blocage qui a tout bonnement rendu leur smartphone inutilisable pendant de longues semaines.

Depuis l'iPhone 5S, la Touch ID intègre un capteur d’empreinte digitale servant notamment à déverrouiller le téléphone ainsi qu’à valider les achats réalisés via l’iTunes Store.

Contrairement aux autres informations, abritées directement sur la carte-mère du mobile, tout est ici stocké sur le bouton « Home ». Avec, à la clé, un risque certain, au cas où de dernier se verrait remonter sur un nouvel iPhone.

C’est officiellement pour contrer cette menace qu’Apple, via sa mise à jour vers IOS 9.2, a justifié ce blocage pour tous ceux qui n’auraient pas fait valider le changement au sein du circuit officiel.

Si le problème a depuis été en partie résolu, seule la reconnaissance digitale restant écartée, obligeant de fait les utilisateurs à retaper leur code à chaque reprise, il risque néanmoins de laisser quelques traces indélébiles...

 

Bouton Touch ID d'un iPhone

 

L’inquiétude des professionnels indépendants

 

Avec l’erreur 53, Apple a pu semer le trouble au sein de sa communauté. Et leur montrer ainsi que, si les réparations sont peut-être moins chères ailleurs, elles ne donnent pas forcément toujours le résultat escompté.

En ce sens, bien que terminé, l’événement suscite encore de l’inquiétude parmi les professionnels indépendants.

Si la marque est capable de bloquer ses téléphones à cause d’un changement de la touche « Home », rien ne peut en théorie l’empêcher de faire de même pour un tout autre motif. Et ainsi récupérer le monopole du marché de la réparation.

Une pratique qui, si elle était adoptée, tomberait heureusement sous le coup de la loi. La législation française prévoit ainsi notamment au consommateur la possibilité de choisir parmi n’importe quel professionnel pour faire réparer ses multiples appareils.

Aux Etats-Unis, une plainte en action collective a de la même façon été déposée pour entorse à la concurrence. Résultat : Apple n’a pas tardé à réagir via une nouvelle correction de sa mise à jour logicielle, estampillée 9.2.1.

Reste à savoir si cette mésaventure ne risque pas de donner quelques idées aux concurrents…

 

Faut-il faire confiance aux réparateurs indépendants ?
S’il est bien entendu impossible de généraliser sur le sérieux ou non de ces professionnels, il convient toutefois de noter que les pièces qu’ils utilisent s’avèrent rarement être des pièces d’origine. Un détail qui peut avoir son importance, en particulier si votre smartphone est récent. Il est en effet susceptible de faire tomber la garantie commerciale du constructeur.

Sébastien Jaslet

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Les conseils pour bien choisir son mobile

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com