x

En poursuivant la navigation sur notre site, vous acceptez l’utilisation de cookies afin d’améliorer votre expérience. Paramétrer les cookies et en savoir plus.

Compte Epargne Logement (CEL) : les avantages derrière son taux bas

Compte Epargne Logement (CEL) : les avantages derrière son taux bas

Boudé, le CEL présente une rémunération peu attractive. Pourtant, ce produit d’épargne mérite d’être pris en considération par ceux qui auraient un projet d’achat immobilier ou de travaux.

 

Le taux de rémunération du CEL (Compte épargne logement) est indexé sur celui du Livret A : il en représente les deux tiers. Toutefois, il a été épargné au moment de la baisse du taux du Livret A à 1 % cet été et a vu son taux maintenu à 0,75 %, ce qui reste malgré tout peu élevé. Cependant, il serait dommage de juger le CEL uniquement sur ce critère. Il ouvre en effet la voie à des avantages en matière de crédit. Sans compter que les intérêts sont exonérés d’impôt sur le revenu et sont simplement soumis aux prélèvements sociaux. 

 

Viser l’obtention d’un crédit

 

Le CEL trouve son intérêt dans la perspective d’un achat immobilier ou de travaux, puisqu’il permet d’obtenir un taux préférentiel pour un crédit, ainsi qu’une prime de la part de l’Etat. Le montant du crédit octroyé est de maximum 23 000 €. Un seuil relativement peu élevé, mais en contrepartie, les conditions à remplir pour obtenir le crédit sont peu complexes. Ainsi, un CEL est plafonné à 15 300  € et la phase minimum d’épargne n’est que de 18 mois. Les sommes versées doivent avoir produit un minimum d’intérêts pour donner accès à un crédit. Rien de bien élevé toutefois.

Pour la construction ou l’achat d’un logement, il faut avoir cumulé 75 € d’intérêts. Ce n’est plus que 37 € pour des travaux d’amélioration ou de réparation et 22,50 € pour des travaux d’économie d’énergie.

 Ce ne sont donc pas des objectifs inatteignables, surtout pour trouver à la clef un crédit à taux privilégié. Sans oublier qu’à ce taux attractif s’ajoute un autre avantage : une prime de l’Etat, non soumise à l’impôt sur le revenu, allant jusqu’à 1 144 € en cas d’obtention de crédit. Optimisé, le CEL permet de souscrire un crédit à un taux inférieur à ceux des crédits travaux, souvent compris entre 3 et 6 %.

Le CEL est très encadré, l’emprunt est plafonné à 23 000 € sur une durée de 2 à 5 ans. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’il peut être cumulé avec un Plan épargne logement, à condition que tous deux soient ouverts dans un même établissement et que le montant total du prêt ne dépasse pas 92 000 €.

Et si finalement le projet immobilier ne se matérialise pas, aucun problème. Le CEL n’oblige à rien. Pas de versements obligatoires – hormis un dépôt de 300 € à l’ouverture –, et une épargne disponible à tout moment.  

Ingrid Labuzan

 

*Toutes les offres sur cette page sont suceptibles d'évoluer. Seules les conditions proposées par les marques sur leur site font foi.

Plus d'articles : Banque, Épargne, Livret d'épargne

comparez les livrets d'épargne jusqu'à 3,20 % de rendement

Le mail conso intelligent

Recevez tous les 15 jours la newsletter conso de Choisir.com